La Macédoine
L'armée
par  © Alvise Czarnocki Lucheschi   
 

Nous avons besoin de vous

 

Pour plus de détails voir aussi :   La Macédoine et la fin des États Hellénistiques

Les Guerres Macédoniennes  et  les  capitales : Pella et Aïgaï

 

Sommaire

 

Présentation
L'organisation
     La phalange
     Composition
Les soldats
     Les pezhetairoi
     Les hypaspistes
     Les hetâiroi
     Les prodromoi
Les méthodes de combat
La hiérarchie
Bibliographie

Cliquez pour agrandir l'image
 
Représentation d'une phalange Macédonienne
par A. Karashchuk

 

Présentation

 
   La Macédoine fut, comme Rome, un peuple qui fit son histoire par la guerre. En effet, ce pays d'origine simples et "barbares" se développa en une puissance militaire qui permit à des Généraux (Et surtout un Général) talentueux de construire un des plus grands Empire que le monde n'ait jamais vu auparavant. Certes, comparée à la Grèce, la Macédoine n'a pas eu dans les arts, le même développement qu'a eu son armée. Cependant, il y avait une grande différence entre la Macédoine et les peuples Grecs : La première fut unie sous un seul Roi, les autres étaient divisés en petites cités-États qui se firent la guerre entre elles.
 
   Ce fut exactement à partir de son Roi Philippe II (359-336) que la Macédoine profita de cet avantage. Ses désirs ambitieux d'expansion, ainsi que son talent militaire, lui permirent de solidifier le pouvoir royale Macédonien. La raison pour laquelle ce talent devint légendaire, est dû aux reformes faites au sein de l'armée Macédonienne, réformes qui furent un facteur clef dans ses campagnes militaires, ainsi que celles de son fils.
 


 

Phalange sur une amphore Tyrrhénienne -
Staatliche Antikensammlungen

Photo avant retouches : wikimedia.org

   Lorsque que Philippe II monta sur le trône en 359 "l’armée" Macédonienne n'était pas celle que l'on connaît aujourd'hui. À dire le vrai, il n'y a aucune source détaillée qui mentionne l'aspect du soldat Macédonien avant les réformes de Philippe II. On peut donc supposer qu'il s'agissait d'un mixe entre le soldat Thrace et Grec, les deux régions qui entouraient ce royaume. Philippe II passa une grande partie de son règne à organiser, agrandir et perfectionner son armée. La Macédoine, détenait déjà naturellement des richesses, comme des mines d'argent et d'or, ainsi que des bonnes relations commerciales avec les villes voisines. Le Roi eut donc la chance de trouver les caisses de l'États plutôt remplies, le problème financier ne fut donc pas un obstacle pour ses plans militaires.
 

L'organisation

 
         La Phalange
 
   La force militaire Macédonienne s’accrut rapidement. La discipline et l'organisation devinrent la règle d'or, surtout pour le combat en formation de phalange (ou phalanx ou phálanx, en Grec : φάλαγξ) durant lequel tout devait parfaitement se dérouler. Pour ce dernier, le Roi Philippe II s’inspira de la phalange Grecque, mais il inversa le principe des armes. En effet, la lance Macédonienne (ou Sarissa, en Grec : σάρισα) pouvait atteindre les 6 m. de longueur, contrairement à celle des Grecs, qui mesurait seulement 2 m. De plus, le bouclier devint plus petit par rapport à celui des Grecs, vu que le maniement de la Sarissa demandait les deux bras. Selon les différentes sources, la phalange possédait 15 hommes par ligne et pouvait atteindre 8, 16, voire 32 rangs de profondeur, mais il est plus probable qu'il s'agissait de 16 rangs, vu que cette quantité rendait la phalange à la fois consistante mais aussi "manœuvrable". Une phalange Macédonienne, pouvait donc faire à première vue une grande impression sur l'armée ennemie, ses longues lances la rendant menaçante.
 
   D'après Polybe (Général, homme d'État et historien Grec, v.205-126 av.J.C), ce n'étaient que les hommes des 5 premiers rangs qui baissaient leurs lances, le reste levait graduellement les lances jusqu'aux soldats des dernières lignes qui tenaient la Sarissa verticalement. L'auteur prétend qu'en les tenants ainsi, la quantité de bois et de pointes en fer permettait de protéger les soldats face aux projectiles ennemis.


 

Cavalerie Macédonienne tardive
par Peter Dennis

 
          Composition
 
   L'armée Macédonienne était divisée en trois grandes parties et une plus petite :
Les Pezhetairoi (Au singulier : pezhetairos, en Grec : πεζέταιροι) qui formaient la phalange et ainsi la majorité de l'armée. Véritable épine dorsale de l'armée Macédonienne. Littéralement leur nom veut dire "compagnons de pied" (en Grec, pezos signifie "guerrier de pied" ou "fantassin", et hetâirois signifie "compagnon" ou "ami").
Les hypaspistes (ou hypaspistài tỗn hetaírôn, en Grec : πασπισταὶ τῶν ἑταίρων, "porteurs des boucliers des compagnons") "valets d'armes" des phalangistes, formant l'infanterie d'élite.
La cavalerie (ou hetairoi ou hetâiroi, en Grec : ἑταῖροι) qui était principalement composée de la cavalerie lourde (Dont les cavaliers furent appelés aussi "Compagnons" les hetâiroi donc), on y trouvait aussi les prodromoi (ou pródromoi, au singulier : Prodromos, en Grec : πρόδρομοι) qui formaient la cavalerie légère.
Ajoutés à ces forces on trouvait les archers et frondeurs qui étaient recrutés principalement chez les pays voisins.
 
   Le talent de Philippe II et plus tard aussi de son fils, Alexandre le Grand (336-323), fut celui de mélanger ces quatre unités en un seul corps efficient, étant à la fois rapide, fatal et organisé. Sous Alexandre (et en partie sous son père) l'unité la plus petite de l'armée fut la dekas qui, contrairement à son nom, pouvait atteindre les 16 hommes et non pas 10 comme le nom le pourrait indiquer.  Puis il y avait la taxis (Pluriel : taxeis, en Grec : τάξις) qui arrivait à environ 1500 hommes et finalement la lochos (pluriel lochoi, en Grec : λόχος, Pluriel : λόχοι), pouvant atteindre entre 240 ou 256 hommes (Donc c'était l'unité qui formait une phalange). On trouva aussi à une période des lochoi de 640 hommes.
 
   Sous Philippe V (221-179) cet ordre changea. En effet, la dekas fut appelée lochoi, les lochoi changèrent donc leur nom en speirai et les taxeis en strategiais. Il y eut aussi une nouvelle unité qui apparut : la tetrarches composée de 4 des nouvelles nommées lochoi. On est incertain si le nombre de soldats par unité changea sous Philippe V, mais il est très probable que cela n'en fut pas le cas ou du moins pas de manière drastique. En fait, il faut dire que depuis la mort d'Alexandre et jusqu'à la conquête Romaine, l'armée Macédonienne ne vit guère de changements. Certes, des troupes mercenaires, venant des quatre coins du nouvel Empire, furent ajoutées comme force supplémentaire, mais le principe des 4 unités resta intact.  

 


 

Soldat Romain contre pezhetairos
Image : pinterest.com

Les soldats


          Les pezhetairoi
 
   Ils étaient le pilier principal de l'armée Macédonienne et sont devenus aujourd'hui le symbole du soldat Macédonien. Les Pezhetairoi possédaient un bouclier rond d'environ 60 cm (Orné de motifs de divinités, il était attaché au bras gauche, voire au dos), une courte épée double tranchant (ou xíphos) ou recourbée à l'intérieur avec un seul côté tranchant (ou kopís) et, comme déjà mentionner auparavant, la fameuse Sarissa pouvant atteindre une longueur de 6 m. À l'extrémité antérieur, la Sarissa était dotée d'une pointe plus large et grosse, probablement servant comme contrepoids ou pour la stabiliser verticalement dans le sol.
 
   De plus, les Pezhetairoi possédaient comme armure soit une cotte de maille, soit un linothorax ou une cuirasse complètement en bronze (ou thốrax), soit un mélange entre les deux. Leurs tibias étaient protégés par deux cnémides. Une autre caractéristique typique du fantassin Macédonien était son casque (ou krános) de style Phrygien, d'origine Thrace. Celui-ci était, par rapport au casque Corinthien Grec, plus ouvert sur les oreilles et possédait des protèges joues plus pointues (Sans protection pour le nez), voire un masque sur la partie inférieure du visage pour rendre les Pezhetairoi plus terrifiant. Certains casques possédaient un cimier de crins de chevaux.
 

          Les hypaspistes
 
   Ils étaient les vétérans de l'armée Macédonienne, leur rôle principal était la protection du côté droit de la phalange. En effet, vu que les pezhetairoi portaient leur bouclier attaché au bras gauche, le flanc droit était vu comme le "talon d'Achille" d'une phalange Macédonienne, dépourvue de toute protection. Donc, leur nom "porteurs des boucliers des compagnons", doit être compris comme "protection supplémentaire" vu que les hypaspistes jouaient en fait le rôle du "bouclier" du côté droit d'une phalange. Bien que les hypaspistes fussent un corps d'élite, ils étaient armés légèrement pour pouvoir se bouger plus rapidement et ainsi intervenir dans les zones critiques. En ce qui concerne leur armement, il n'y a aucune source qui nous décrive exactement son aspect.
 


 

Représentation d'hypaspiste
par Christos Giannopoulos

   Par contre, vu qu'il s'agissait d'une unité rapide qui avait toujours un rôle primordial dans le combat corps à corps (Un armement similaire à celui d'un peltaste est donc exclu), on peut en déduire que le soldat portait une spolas (Composée principalement de lin ou cuire, similaire au linothorax), des cnémides, un bouclier similaire à celui de l'hoplite (Probablement fait seulement en bois) et une épée (ou xíphos ou kopís) comme arme principale (Parfois aussi une lance). Le casque était certainement identique à celui des Pezhetairoi, mais vu qu'il s'agissait d'un corps spécial (des vétérans), il est fort probable que celui-ci était marqué par une couleur distinctive (Comme par exemple le rouge) et par des crins de chevaux au milieu du casque et sur les côtés probablement deux plumes.
 
   À l'origine les hypaspistes avaient la fonction de garde du corps. Bien qu'ils étaient recrutés au sein de la population, leur rôle de garde royale leur permis d'atteindre un statut social plus haut que celui des Pezhetairoi. Ayant été une garde du corps (Avant d'atteindre, sous Alexandre le Grand (336-323), un rôle plus actif en bataille), il est certain que ces soldats étaient soumis à un entraînement encore plus intense que celui du simple phalangiste, entraînement qui s'est maintenu au cours des siècles. Sous Philippe II (359-336), il y avait un total de 3.000 hypaspistes, par contre sous Philippe V (221-179) ce nombre pouvait atteindre les 4000 effectifs. Il faut ajouter que certaines sources affirment que sous Philippe V et Persée (179-168), les hypaspistes étaient appelés chalkaspides (En Grec : Χαλκάσπιδες "boucliers de bronze"). Il est très probable, par contre, que ce n'était qu'un simple surnom qui n'était pas officiel. 
 
          Les hetâiroi
 
   Ils étaient principalement recrutés au sein de la noblesse. Au début, ce terme se référa seulement aux cavaliers les plus proches du Roi, puis servit à définir l'élite au sein de ce groupe lui-même et finalement, sous Alexandre le Grand (336-323), le nom changea en "Compagnons" (hetâiroi), terme qui définissait pratiquement toute la cavalerie Macédonienne lourde. Tout de même, le Roi possédait une unité d'élite, appelée ile basilike, qui était sous son contrôle direct (Le reste était normalement commandé par un des Généraux du Roi). Il y avait un total d'environ 3.000 hetâiroi, divisés en 12 escadrons. Au cours de ses conquêtes Philippe II (359-336) annexa la Thessalie. Ainsi il eut à disposition un des meilleurs peuples cavaliers de l'époque et n'hésita pas à les intégrés, comme cavalerie lourde, dans les rangs de son armée.

Autre représentation d'un
hetâiroi

 
   Les hetâiroi étaient l'"as" de l'armée Macédonienne, vu que leurs interventions donnaient souvent la victoire. En effet, et contrairement aux autres cultures, les hetâiroi peuvent être vus comme ensemble de la première cavalerie de "choc" de l'histoire. Dans tous les autres cas, la cavalerie n'était utilisée qu'à la fin d'une bataille et en petites quantités tandis que celle Macédonienne jouait un rôle clef, voire primordial lors des batailles. Les hetâiroi possédaient comme arme principale un xiston (En Grec : ξυστόν, "lance", plus robuste et longue que la simple dóry), qui était une longue lance pouvant atteindre les 4 m, ainsi qu'un kopís ou xíphos. Il portait une cuirasse en bronze ou un linothorax et un manteau coloré (De couleur pourpre, rouge ou jaune), soulignant leur appartenance à l'aristocratie. Par contre, il ne possédait ni de bouclier (Vu que son poids aurait rendu encombrant le maniement du xiston) ni de cnémides. Les hetâirois portaient un casque Béotien, étant à la fois léger et permettant une meilleure vue.
 
          Les prodromoi
 
   Ils formaient la cavalerie légère et avaient le rôle d'éclaireurs ainsi que celui de provoquer l'engagement d'une bataille, voire de poursuivre l'ennemi en déroute. En ce qui concerne cette unité de cavalerie, nous en savons beaucoup moins que chez les hetâiroi. On peut supposer que leur armement était similaire à celui de la cavalerie lourde, par contre là où on est sûr, c'est qu'ils ne portaient pas d'armure. Les prodromoi étaient recrutés au sein de la population, voire dans les pays voisins comme par exemple la Thessalie.

 

Les méthodes de combat

 
   Le principe de combat de l'armée Macédonienne se basait sur deux grands piliers : L'infanterie au centre et la cavalerie sur les ailes. Ce furent Philippe II (359-336) et Alexandre le Grand (336-323) qui inventèrent ce style de combat. Naturellement, au cours des siècles et surtout durant les Guerres des Diadoques, les Généraux de l'armée Macédonienne eurent tendance à modifier légèrement cet technique, par exemple en ajoutant des troupes mercenaires ou, comme sous le règne des Séleucides, en armant les hetâiroi encore plus lourdement. Par contre, la tactique de base resta la même.
 
   Avant une bataille, les hetâiroi se plaçaient sur l'aile droite, tandis que sur l'aile gauche se trouvaient soit la cavalerie Thessalienne, soit un autre contingent d'hetâiroi, soit une autre unité de cavalerie. Le centre était occupé par les phalanges. Sur le côté droit, entre la cavalerie lourde et la phalange, étaient placés les hypaspistes. Les mercenaires ou l'infanterie légère étaient positionnés sur les arrières ou sur le flanc gauche. Comme, chez les Romains et les Grecs, les archers, frondeurs et peltastes se trouvaient en avant ligne (Avant de se retirer juste avant l'impact des deux armées ennemies), voire sur les côtés ou arrières des lignes.
 
   Au début d'une bataille, la cavalerie légère avait comme rôle de provoquer l'ennemi et de le rendre "agité" et ainsi détourner la concentration de sa cavalerie lourde. En effet, les deux flancs de cavalerie lourde entreprenaient des mouvements circulaires pour attaquer les ailes ennemies. Ils attaquaient toujours en premiers, suivis immédiatement par les phalanges et le reste de l'infanterie qui devaient ajoutés une "pression" supplémentaire sur les lignes adverses. On peut donc dire que l'infanterie servait surtout à tenir l'ennemi en échec, tandis que la cavalerie faisait des attaques qui avaient pour but de rompre l'ennemi.
 


 

Cavalier Thessalien sur un sarcophage,
époque d'Alexandre - Bataille d'Issos
Musée archéologique d'Istanbul

 

La hiérarchie

 
   Le commandant avec le plus bas rang, était le Dekadarchos (ou Dekadarchês, en Grec : δεκαδάρχος) qui commandait une dekas, puis il y avait le Lochagos (ou Lochágos, en Grec : Λοχαγός ou Λγος), sorte de Capitaine, qui commandait une lochos et enfin le Taxiarchos (En Grec : ταξίαρχος) commandant la taxis. Sous Philippe V (221-179), comme nous l'avons vu, ces noms changèrent. Au lieu d'un Taxiarchos, il y eut un Stratégos (ou Stratège, en Grec : στρατηγός, en Latin : Strategus) on trouve aussi le mot Strategia (En Grec : στρατηγία), sorte de Général. Le Lochagos devint le Speirarchos (En Grec : σπεραρχος), on trouve aussi le nom Speira (En Grec : σπερα) et le Dekadarchos changea en Lochagos. La nouvelle tetrarches était commandée par un Tetrarchos (En Grec : τετραρχος), on trouve aussi le nom Tétrarchia (En Grec : τετραρχία).
 
   L'Hipparque (en Français) que l'on trouve souvent attaché à l'armée Macédonienne était en fait un Commandant de la cavalerie Athénienne. Dans l'armée Macédonienne un autre grade est connu (Semble-t-il depuis Alexandre le Grand, 336-323), le Chiliarque (ou chiliarchos ou Khiliarkhês, en Grec : χιλιάρχης, de χίλιοι khilioi, "mille" et de ảρχή arkhê "le commandement"), qui à l'origine commandait 1.024 hommes. Le nom désigne une fonction militaire, il commandait une chiliarchie, et/ou administrative, d'abord dans l'Empire Perse, puis dans le royaume de Macédoine et les monarchies hellénistiques. Ce terme revêt du temps d’Alexandre des significations différentes. On peut distinguer la chiliarchie équestre et la chiliarchie aulique (de aulos : "trône"), équivalent pour Alexandre au Vizir Perse, que seuls Héphestion (ou Héphaestion ou Héphaistion ou Hêphaistíôn, 356-324) et Perdiccas (323-321) ont exercé. Souvent les sources confondent les termes "Chiliarque des Compagnons" et "Hipparque des Compagnons".
 
   La cavalerie était commandée par les Généraux du Roi. Comparée à l'armée Romaine, celle Macédonienne n’atteignait pas le même degré d'organisation. Par contre, le principe des rôles était le même : Les nobles proches du Roi recevaient des titres de Généraux, tandis que les officiers de bas rang, étaient souvent élus parmi les vétérans.
*Il faut souligner que les descriptions faites sur l'armée (surtout dans le domaine des stratégies de combat), sont celles utilisées dans la plupart des cas. Des changements dans les formations, ainsi que l'ajout de nouvelles troupes (Ou le manque de certaines unités), étaient très fréquent dans les armées de l'antiquité. De plus, l'armée Macédonienne sous Philippe V n'était plus aussi "glorieuse" que celle d'Alexandre le Grand (336-323). Cela, ne signifiant pas qu'elle fut moins redoutable.

 

Bibliographie

 
   Pour d'autres détails sur l'armée Macédonienne voir les ouvrages de :
  
Miltiadēs V.Chatzopoulos :
- L'organisation de l'armée Macédonienne sous les Antigonides : Problèmes anciens et documents nouveaux, Centre de recherche de l'antiquité grecque et romaine, Fondation nationale de la recherche scientifique, Athenes, 2001.
Peter Connoly :
- Greece and Rome at War, Greenhill Books, Londres, 1981 et 1998.
Donald W.Engels et Rogers D.Spotswood :
- Alexander the Great and the logistics of the Macedonian army, University of California Press, 1978.
Robert Malcolm Errington :
- A history of Macedonia, University of California Press, Berkeley, 1990.
Miltiade Hatzopoulos :
- Macedonian institutions under the kings, Kentron Hellenikes kai Romaikes Archaiotetos, Athènes, 1996 - Diffusion De Boccard, Paris, 1996.
- L'organisation de l'armée macédonienne sous les Antigonides, Meletimata 30, Athènes, 2001.
Pierre Juhel et Andreé Laronde :
- L'armée du royaume de macédoine à l'époque hellénistique (323-148 av. J.-C.), Université Paris-Sorbonne, Histoire ancienne et archélogie, Paris 4, 2006.
Nicholas Geoffrey Lemprière Hammond et Frank William Walbank :
- A history of Macedonia : Volume III : 336-167 B.C., Clarendon Press, Oxford, 1972 et New York, 1988.
Deborah Jane Murrell, Peter Dennis et Sabine Minssieux :
- Les guerriers Grecs, Babiroussa, Paris, 2010.
Joseph Roisman et Ian Worthington :
- A companion to ancient Macedonia, Wiley-Blackwell, Malden, 2010.
Nick Sekunda et Peter Dennis :
- Macedonian armies after Alexander, 323-168 BC, Osprey Publishing, Botley, Oxford, 2012.
Nick Sekunda :
- The Macedonian army, pp : 146-147, The Classical Review 53, N°1, 2003.
Philip Sidnell :
- Warhorse : Cavalry in ancient warfare, Hambledon Continuum, London, New York, 2006. .
Frank William Walbank :
- Philip V of Macedon, University of Cambridge. Hare prize, University Press, Cambridge, 1940.
Leslie J.Worley :
- Hippeis : The cavalry of ancient Greece, Westview Press, Boulder, 1994.
 

 Pour plus de détails voir : La bibliographie complète de la Macédoine

 

Pour voir correctement les traductions des noms en Grec ancien,
vous pouvez télécharger et installer la police de caractère jointe.
  Copyright © Antikforever.com