Les cités  du  Sumer  et  de  l'Akkad :
Kish
 

Nous avons besoin de vous

 

  Pour plus de détails voir aussi :   Le Sumer - L'Akkad

 

  Sommaire
 

Localisation et généralités
Histoire
Archéologie
Bibliographie

   

 

Cliquez sur un nom de ville ou de région

 

 


 

Ruines de Kish

Localisation  et  généralités

 
   Kish (En Sumérien : Kiš, en Akkadien : kiššatu) fut une ville de Moyenne-Mésopotamie identifiée à la ville moderne de Tell El-Oheimir (ou El-Oheimir ou El-Akhymer ou Tell al-Uhaymir, le principal tell du site), dans le Gouvernorat de Babil en Irak. Elle se situe à environ 14 km à l’Est de Babylone et à environ 80 km. au Sud de Bagdad. On y trouve aujourd’hui les vestiges de tombes et de palais Sumériens. Quelques-unes des plus anciennes inscriptions parvenues jusqu'à nous concernent Kish.
 
   D'après la Liste Royale Sumérienne, Kish exerça la royauté sur la Mésopotamie juste après le Déluge. La Liste Royale Sumérienne, est un texte écrit au XVIIIe siècle av.J.C. Elle fut retrouvée près de Nippur et reconstituée à partir de dix-huit tablettes différentes par Thorkild Jacobsen. Elle donne les dynasties et les noms des Rois qui régnèrent sur le pays du Sumer depuis les moments les plus reculés de Kish "où la royauté est descendue du ciel" jusqu’au règne du Roi d'Isin Sin-Magir (ou Sîn-Magir, 1828-1817). Le début de la liste est en grande partie mythique.
 
   La cité eut une grande importance aux débuts de l'histoire Mésopotamienne et exerça longtemps sa domination sur les autres états de Basse-Mésopotamie. Certains de ses Rois ont exercé un contrôle politique sur les autres souverains du Sud Mésopotamien. Les Rois de Kish se sont parés du titre de "Lougal ou Lugal" qui désigne le Roi et signifie "Grand homme" et "Ensi" celui de Prince. Le titre de Roi de Kish fut repris par des souverains d'autres cités en raison de son prestige du à son origine légendaire. Kish fut une importante cité religieuse où résidait le Dieu Enlil (Dieu de l’air et de l’atmosphère, divinité la plus importante du panthéon). Les archives d'Ebla, en Syrie, attestent de l'existence de contacts importants avec les Rois de Kish.

 

L'histoire.......

 
   Le site de Kish fut occupé dès la période de Djemdet Nasr (près de Kish) v.3100. D'après la Liste Royale Sumérienne la royauté aurait débuté dans la ville juste après le Déluge. On trouve le même type de légende pour Éridou. La première dynastie identifiée compterait 23 Rois. Les deux premiers noms connus de ces Rois sont : Jushur (ou Jucur ou Gushur ou Ngushur ou Gishur ou Gaur ou Ga Our) qui aurait créé la dynastie, mais aucune preuve archéologique ne vient corroborer son existence ni même son identité, et Kullassina-Bel (ou Gulla-Nidaba-Anna-Gad) dont les règnes remontraient à vers 2900 ?. Comme le nom de ce dernier semble être une phrase en Akkadien signifiant "Chacun d'entre eux était Seigneur", il a parfois été suggéré que l'apparition de ce nom sur la Liste Royale désignait une période et non pas une autorité centrale de la première période de Kish. Les noms des 10 souverains suivant de la cité, précédant Étana le Pasteur sont tous des mots Akkadiens pour animaux, par exemple : Kalbum (ou Ga-li-bu-um) "chien" ou Zuqaqip (ouy Zukakin) "scorpion". Nous avons connaissance, vers 2750, d'un Arwi'Um (ou Arwium ou Arpu-Rim), 12e Roi de Kish, fils de Mashda auquel il succéda, mais cette succession n'est pas confirmée par l'archéologie.
 
   Puis vint son frère, Étana le Pasteur (ou le Berger ou Entena, en Sumérien : men.te.na lugal.e lu bi.in.e.de, en Assyrien : me-ta-na, v.2800 ou v.2750), 13e Roi de la Liste Royale Sumérienne. Il est sûrement comme les précédents un personnage légendaire, qui était peut-être à l'origine un individu ayant réellement existé et qui fut finalement mythifié. Dans la Liste Royale il est présenté comme "Le berger, qui est monté au ciel et qui mit de l'ordre dans tous les pays". Bien que son règne n'a pas encore été archéologiquement attesté, son nom fut trouvé plus tard sur des sceaux. Étana est parfois considéré par les spécialistes comme le premier Roi et fondateur de Kish. La Liste Royale lui attribue un règne d'une durée de 1.500 ans. Il est le personnage principal d'un texte nommé mythe d'Étana. Jusqu'ici trois versions en trois langues ont été retrouvées.
 
   La plus ancienne, Babylonienne, vient de Suse. Une version Assyrienne provient d'Assur et la version "standard" de Ninive. Ce texte nous est malheureusement parvenu dans un état incomplet et il manque la fin. L'histoire raconte que le Roi désespéré de ne pas avoir d'enfant, tenta d'atteindre le Ciel dans le but d'obtenir un remède qui lui permettrait de pouvoir avoir un fils pour lui succéder sur le trône de Kish. On ne sait pas s'il réussit dans sa quête !, mais la liste royale lui attribue Balih (ou Baliich) comme fils et successeur. Suivent 7 Rois dont on ne sait rien, ont-ils seulement exister ?.

Murex inscrit au nom de Rimush
(Roi d'Akkad et de Kish, 2279-2270)
- Musée du Louvre

 
   On connaît mieux les deux derniers Rois de cette Ière dynastie : En-Men-Barage-Si (ou Enmen-Baragesi ou Emmembaragesi ou En-Barrage-Si, 2631 à 2601 ou v.2615 à v.2585), 22e Roi qui succéda à Ilta-Sadum (ou Iltasadum ou Il-Tasadum, v.2615), il aurait régné 900 ans selon la Liste Royale. Deux fragments de vase en albâtre, retrouvés à Nippur, portent le nom de Mebaragesi, Roi de Kish, les spécialistes pensent qu'il faut l'identifier avec le En-Men-Barage-Si de la Liste Royale. Si leur approche est correcte, il serait le premier souverain dont la réalité de l'existence est attestée à la fois par la Liste Royale Sumérienne et par des documents épigraphiques.
 
    Cette Liste Royale lui attribue une campagne à travers la vallée de la Diyala, atteignant l'Élam et qu'il eut une grande victoire sur celui-ci, préfigurant les nombreux conflits qui opposèrent ce pays aux différents royaumes de Mésopotamie. Il aurait également construit le premier temple de la ville. Il est également mentionné dans une section de l'original Sumérien de "Gilgamesh et Agga" comme le père d'Agga.
 
   Plus tard lors de la renaissance Sumérienne de la IIIe dynastie d'Ur, le Roi Shulgi (ou Sulgi ou Shoulgi, 2094-2047) adressa des poèmes de louange au Roi d'Ourouk, Gilgamesh (ou Gis-Bil-Gin-Mes), qu'il crédita de la capture d'En-Men-Barage-Si, après l'avoir vaincu, contredisant ainsi la Liste Royale. Dans une autre partie de l'épopée, Gilgamesh proposa sa "sœur" En-Men-Barage-Si pour être la femme du monstre Humbaba (ou Huwawa, Démon gardien de la forêt des résineux où vivent les Dieux), ce qui provoque un débat quant au sexe d'En-Men-Barage-Si. Toutefois la plupart des spécialistes prennent cette référence comme une plaisanterie.
 
   Son fils, Agga (ou Aka ou Akka ou Aga, 2601 à 2581 ou v.2585 à v.2570), fut le dernier Roi de la Ière dynastie. Il est devenu le héros d'une épopée, appelée "Gilgamesh et Agga", l'opposant au Roi d'Ourouk, Gilgamesh (ou Gis-Bil-Gin-Mes), mais dont les dates de règne sont plus généralement données pour v.2700-v.2660 (?). Le récit raconte la tentative d'Agga de soumettre la ville d'Ourouk et Gilgamesh. Ce dernier choisit de résister et malgré la puissance de l'armée de Kish, il réussit à faire rebrousser chemin à Agga rien qu'en se montrant du haut de ses murailles pour l'intimider. Le fait que les mêmes évènements soient rapportés dans deux documents, sont peut-être à considérer comme réels. La Liste Royale Sumérienne lui compte un règne de 625 ans.
 
   Cette Ière dynastie de Kish se fit supplanter la royauté par celle d'Eanna (ou Ourouk). Eanna "la maison du Ciel" était le temple principal de la Déesse Inanna, Ishtar chez les Akkadiens, dans la ville d'Ourouk. Ce fait ayant un rapport avec le précédent récit pourrait attester d'une réelle rivalité entre les deux cités. Contemporaine de Kish et Lagash, Oumma et Ur vont s'impliquer dans des rivalités de territoire. Selon la Liste Royale Sumérienne, pour la IIe dynastie, huit Rois de Kish règnent pendant 360 ans, avant d'être une fois encore renversés.
 
   Les sources épigraphiques mentionnent d'autres Rois dans la dynastie, mais la plupart ne peuvent être rattachés à des souverains cités par la Liste Royale. Ces inscriptions nous livrent des noms de Rois que les spécialistes situent entre 2600 et 2430. On trouve entre autres : Uhub, dont l'inscription nous apprend qu'il fut fils de Pu-Zuzu et qu'il fut renversé par le Roi d'Ur et d'Ourouk. Un nommé Lougal-Tar (ou Lugal-Tar-Si, v.2360 à v.2340) est connu pour avoir bâti l'enceinte du parvis du temple d'Inanna. Il épousa Bara-su.
 
   Ce qui est sûr c'est que Kish reprit le contrôle de la région un temps avec les deux Premiers Rois de sa IIe dynastie : Ulib (v.2570) et Mesalim (ou Me-Salim ou Meslim, v.2550 à v.2530). Sous son règne, la cité arbitra un conflit frontalier entre Oumma et Lagash. Kish domina à son tour le Sumer, peuplé en majorité de populations Sémites. Cela ne signifie pas une unification sous ses Rois, mais une prédominance parmi les villes qui demeurèrent cependant indépendantes, mais tributaires. Mesalim contrôla les voies commerciales entre le Sumer et l'Akkad et Nippur. Il laissa plusieurs inscriptions à propos de la construction du temple de Ningirsu (ou Ningirsou) et du rite du Burgu.


 

Ruines de la Ziggourat de Kish

 
   Il se prétendit "Fils bien-aimé" de la Déesse Ninhursag. Son pouvoir ne dura pas, la royauté passa ensuite à Ur, jusqu'au Roi A-Ane-Pada (ou Aanapadda, v.2525-v.2485), puis à Awan et surtout à Lagash avec ses Rois guerriers Our-Nanshe (ou Ur-Nanshe, v.2490-v.2465) et son fils E-Anna-Tum (ou Eannatum, v.2455-v.2425) qui prirent le titre de Roi de Kish. Ce dernier dut affronter plusieurs coalitions comprenant l'Élam, Kish, Ourouk et Ur dont il sortit vainqueur à chaque fois. Leurs successeurs ne furent pas capables de conserver leur position de force sur la région, s'en suivit une période d'instabilité à Lagash.
 
   Kish resta cependant une importante cité religieuse fortifiée et entourée de remparts où résidait le Dieu Enlil. Un de ses Rois, En-Bi-Ishtar (ou Enbi-Ishtar, v.2440) fut cependant battu par le Roi d'Ur et d'Ourouk, En-Shakansha-Ana (ou En-Sakus-Anna ou Enshakushanna ou Enukduanna, v.2430-v.2400) qui se vanta sur une inscription qu'il laissa sur un vase offert au Dieu Enlil d'avoir vaincu Enbi-Ishtar. Il semble qu'il fut peut-être aussi Roi de Kish au moins jusque vers 2410. Le dernier Roi de la IIe dynastie fut Lougal-Anne-Mudu (ou Lugal-Anne-Mundu ou Lugalannemundu, v.2410) qui dut avoir un règne très bref.
 
   La IIIe dynastie de Kish, aurait été fondée par la Reine Ku-Bawa la Cabaretière (ou Kubaba ou Kug-Baba ou Kug-Bau, v.2410 à v.2400), Ku-Bawa "Û-Kurun-Na" veut dire la "femme-vin", c'est-à-dire une cabaretière ou une taverne. Il est dit à son propos dans la Liste Royale que c'est "celle qui consolida les fondations de Kish" et qu'elle régna 100 ans. Elle eut un enfant Puzur-Su'en (ou Puzzur-Su'en ou Puzur-Sîn, v.2400 à v.2370) qui lui succéda et serait le fondateur de la IVe dynastie. Toujours selon la Liste Royale, elle aurait été renversée par Puzur-Nirakh, Roi d'Akshak (ou Aksak ou Akashak, Mésopotamie du Nord), mais Puzur-Su'en, reprit le trône de Kish et le transmit à son fils Our-Zababa. Ku-Bawa fut divinisée et des sanctuaires en son honneur sont répartis dans toute la Mésopotamie. Dans les régions Hourrites elle peut être identifiée avec Kebat ou Hepat, un titre Hourrite de Déesse Mère Hannahanna. Ku-Bawa (ou Kubaba) devint la Déesse tutélaire qui protégeait la ville de Karkemish sur le Haut-Euphrate au début de l'ère Hittite vers 1450.
 
   Our-Zababa (ou Ur-Zababa, v.2370 à 2334), fut le fils de Puzur-Su'en, il lui succéda et fonda la Ve dynastie. Les souverains d'Ourouk profitèrent de la faiblesse de Lagash et leur cité deviendra, au milieu du XXIVe siècle, la plus grande puissance de la région grâce au début à Lougal-Zaggesi (ou Lugal-Zaggisi ou Lugal-Zagesi, v.2340-2316) Roi d'Oumma et d'Ur et d'Ourouk. Sous le règne d'Our-Zababa une légende raconte qu'un nommé Sargon (Le futur Sargon d'Akkad, 2334-2279) devint ministre (ou Échanson) du Roi de Kish, contre lequel il finit par se rebeller grâce l'aide de la Déesse Inanna, il détrôna ce dernier et devint Roi. Une autre version de la fin de cette histoire, est le témoignage de certains textes qui nous apprennent que Sargon était bien l'Échanson du Roi de Kish. Il aurait été choisi par Our-Zababa comme son héritier et aurait dû fuir et fonder la cité d'Akkad (ou Agade) parce que le Roi d'Oumma et d'Ourouk, Lougal-Zaggesi avait conquis Kish et mis à mort le Roi Our-Zababa ?.
 
   Quoi qu'il en soit la Ve dynastie, la succession de Our-Zababa, va voir s'affronter pas moins de quatre Rois en un an tous vassaux des Akkadiens : Zimudara (ou Simudar ou Zimudar), son fils Usi-Watar, Ishtar-Muti (ou Eshtar-muti) et Isme-Shamash (ou Ishme-Shamash ou Ischme-Schamasch). Finalement le trône reviendra à un cinquième, Nannyia le Lapidaire (ou Nannia, 2334 à 2316 ou 2303 à 2296). Avec Sargon d'Akkad prit fin la période dite "archaïque". Son règne vit l'unification de toute la Mésopotamie. Il établit sa capitale à Akkad (ou Agade) et Kish devint une capitale provinciale de son Empire et de celui de ces successeurs. Puis de 2142 à 2004, lors de la renaissance Sumérienne sous la Troisième dynastie d'Ur Kish garda ce même statut. Après la chute d'Ur, Kish fut soumise à Isin, avant de reprendre quelques temps son autonomie. Elle fut ensuite vassale des Rois de la dynastie de Manana, puis fut prise par le Roi de Babylone, Sumu-la-El (ou Sumulael ou Sumulad ou Sumu-la-ilu, 1881-1845).
 
   Elle resta dès cette époque une partie du royaume Amorrite Babylonien. Au XVIIe siècle la ville d'Ourouk fut abandonnée par une partie de ses habitants s'établirent à Kish. La cité suivit ensuite l'histoire de la région et à la chute des Amorrites et de l'invasion du Roi des Hittites, Moursil I (ou Mursili, v.1620-v.1590) elle était toujours occupée. Ce sera aussi le cas lors de la période suivante des Kassites de la IIIe dynastie de Babylone (1570-1153). Après la première moitié du Ier millénaire, elle ne fut plus qu'une ville de second rang. Kish est encore habitée au début de notre ère. Il a été fouillé sur le site de Kish des niveaux des époques Parthe Arsacide (141 av.J.C-224 ap.J.C) et Sassanide (224-637).

 

Archéologie

 
   Le site de Kish, situé à environ 14 km. de Babylone, s'étend sur une très grande surface ovale qui est divisée en deux par l'ancien lit du fleuve Euphrate et qui compte un ensemble d'environ 40 tells, dont les principaux sont : Tell El-Oheimir (ou El-Oheimir ou El-Akhymer ou Tell al-Uhaymir ou Uhaimir, en arabe : tall al-ʾuaymir  بتل الأحيمر) à l'Ouest, son nom signifie "le rouge" par le fait qu'il y a des briques rouges qui construisaient la ziggurat, on pense que c'est à cet endroit que se trouvait la ville de Kish ; Tell Ingharra (Tell Inghara ou Ingharra) à l'Est, qui est considéré comme le site où se trouvait le temple d'Inanna ; Tell el-Khazneh "le trésor" et Tell el-Bender "le port", où ont trouvé des documents datant des Parthes.


 

Ruines d'un temple néo-Babylonien de Kish

 
   Ils ont été trouvés en 1873 par George Smith. Cet ensemble s'étend sur un périmètre de 4 km. x 1 km. Les fouilles, très restreintes, s'avérèrent avoir un résultat assez décevant, les découvertes qui furent faite sont loin d'être à la hauteur du prestige qu'eut la cité. C'est François Thureau-Dangin qui identifia le site à la ville de Kish. Les premières fouilles furent entreprises de 1912 à 1914 par un Français, Henri de Genouillac.
 
   Il mit au jour environ 1400 sceaux répartis entre le musée archéologique d'Istanbul et celui du Louvre. Elles furent reprises de 1923 à 1933, par une équipe Anglo-américaine du Oxford Field Museum et de l'Université d'Oxford, dirigée par Stephen Langdon, John Henry Mackay et Louis-Charles Watelin et plus tard par Louis-Charles-Émile Pariès Watelin. Plus récemment, en 1988, 2000 et 2001, une équipe Japonaise de l'Université Kokushikan, dirigée par Ken Matsumotoa a fouillé sur le Tell Ingharra. La dernière campagne n'a duré seulement qu'une semaine.
 
   Tell el-Oheimir et Tell Ingharra correspondent à deux agglomérations dont on pense que la réunion forma la ville de Kish. La première était la ville nommée Hursagkalamma et la seconde était Kish proprement dite. Des traces d'occupation au néolithique ont été relevées. La plus ancienne construction attestée remonterait à la fin du IVe millénaire. Les deux plus anciens bâtiments sont le "palais A" et le bâtiment appelé, selon les briques utilisées pour sa construction, "bâtiment plano-convexe" ou "palais B".
 
   La ville fortifiée est entourée de remparts et est centrée sur les palais et sur le temple. Au centre émerge la ziggourat dédiée au Dieu Zababa qui unissait le monde divin à celui des hommes et le temple qui lui était attaché (à Tell d'El-Oheimir). Au Nord de ces édifices fut dégagé un grand bâtiment d'époque Akkadienne dont la fonction demeure incertaine. Les autres monuments importants que l'on peu trouver dans la cité sont d'époque néo-Assyrienne et néo-Babylonienne (ou Chaldéenne). Un grand nombre de tablettes fut découvert, datant de ces époques, dans le bâtiment appelé pour cette raison par les archéologues "Bibliothèque du Babylonien ancien". Les temples les plus importants de Kish étaient l'Édubba (ou É.Dub.Ba, "Maison des magasins") avec ses chapelles, l'Éhursagkalamma (ou É.hur.sag.kalam.ma, "Maison de la montagne du pays"), un temple dédié à Ishtar et le temple de l'Akitu.

 

Bibliographie

 
   Pour d'autres détails sur la ville voir les ouvrages de :
 
Jean Bottéro et Marie-Joseph Stève :
- Il était une fois la Mésopotamie, Gallimard, Collection Découvertes, Paris, 1993.
Jean Bottéro et Barthel Hrouda :
- L'Orient ancien : Histoire et civilisations, Bordas, Paris, 1991 - En Allemand : Der Alte Orient : Geschichte und Kultur des alten Vorderasien, Orbis-Verl, München, 1991-1998.
Henri de Genouillac :
- Fouilles Françaises d'El-'Akhymer; premières recherches archéologiques à Kich; mission d'Henri de Genouillac, 1911-1912, É. Champion, Paris, 1924-25.
Cyril John Gadd :
- The dynasty of Agade and the Gutian invasion, University Press, Cambridge, 1963.
Jean-Jacques Glassner et Benjamin R Foster :
- Mesopotamian chronicles, Society of Biblical Literature, Atlanta, 2004.
Marlies Heinz :
- Sargon of Akkad : Rebel and usurper in Kish, Universität Freiburg Philosophische Fakultät, Orientalisches, 2007.
Henry Hoyle Howorth :
- The early history of Babylonia, p : 32, The English Historical Review 16, N° 61, Janvier 1901.
Fritz Rudolph Kraus :
- Sumerer und Akkader : Ein problem der altmesopotamischen Geschichte, North-Holland Publishing Company, Amsterdam, 1970.
Stephen Langdon :
- Excavations at Kish/ 1, 1923 - 1924, Paul Geuthner, Paris, 1924.
- Babylonian penitential psalms to which are added fragments of the epic of creation from Kish in the Weld collection of the Ashmolean Museum, Paul Geuthner, Paris, 1927.
Stephen Langdon et Louis-Charles Watelin :
- Excavations at Kish/ 2, 1924 - 1925, Paul Geuthner, Paris, 1928.
- Excavations at Kish/ 3, 1925 - 1927, Paul Geuthner, Paris, 1930.
- Excavations at Kish/ 4, 1925 - 1930, Paul Geuthner, Paris, 1934.
Stephen Langdon et John Henry Mackay :
- Report on the excavation of the "A" cemetery at Kish, Mesopotamia. Part I., Field Museum-Oxford University Joint Expedition, Field Museum of Natural History, Chicago, 1925.
Ken Matsumoto :
- Preliminary Report on the Excavations at Kish/Hursagkalama 1988–1989, pp : 261-307, al-Rafidan 12, University of Tokyo Press, 1991.
Ken Matsumoto et Hori Oguchi :
- Excavations at Kish, 2000, pp : 1-16, al-Rafidan 23, University of Tokyo Press, Tokyo, 2002.
- News from Kish : The 2001 Japanese work, pp : 1-8, al-Rafidan 25, University of Tokyo Press, Tokyo, 2004.
Gibson Mc Guire et Henry Field :  
- The city and Area of Kish, Field Research Projects, Miami, 1972.
Gibson Mc Guire et Harvey Weiss :
- Kish, Akkad and Agade Review of The City and Area of Kish, pp : 434-453, Journal of the American Oriental Society 95, N°3, New-York, Juillet/Septembre 1975.
Louis-Charles-Émile Pariès Watelin et Thomas Kenneth Penniman :
- Excavations at Kish, E.Leroux,  Paris, 1930-1934.

 

 
  Copyright © Antikforever.com