Les Parthes Arsacides
141   av.J.C   à  224 ap.J.C
 

Nous avons besoin de vous

 

 Pour plus de détails voir aussi : Les Parthes, la civilisation - Ctésiphon

 

.....Retour  
 
Rois Parthes

 


 

Tétradrachme de Vononès I

   Vononès I (ou Vonone ou ou Vonon ou Arsace XVIII, en Persan : ونون یکم, en Grec : Βονώνης Α’, ΟΝΩΝΗΣ sur ses pièces, 6 ou 8 à 12, puis Roi d'Arménie de 12 à 15/16) succéda à Orodès III, pour un règne très court. C'était le fils aîné de Phraatès IV. Il fit parti des enfants envoyés à Rome comme otage dans les années 10 av.J.C. Après l'assassinat d'Orodès III, le conseil Parthe des anciens demanda à l'Empereur Romain Auguste (27 av.J.C-14 ap.J.C) un nouveau Roi de la maison des Arsaces. Auguste nomma Vononès I, mais celui-ci ne put se maintenir sur le trône très longtemps. Il avait été éduqué comme un Romain et était méprisé par la noblesse Parthe qui le considérait trop romanophile, pour l'esprit de l'Orient. Un autre membre de la maison Arsacide, Artaban III, qui vivait parmi les nomades Dahan dans l'Est de la Parthie, fut alors porté sur le trône. Dans une guerre civile il battit et expulsa Vononès I de Parthie.
 
   Les pièces de monnaie de Vononès I datées de l'an 8 à 12, portent la mention "Vononès Roi, conquérant d'Artaban" commémorant une victoire temporaire sur son rival. Celles d'Artaban III commencent en l'an 10. En 12 Vononès I, vaincu fuit en Arménie où Auguste le nomma Roi. Mais en 15/16 Artaban III exigea sa déposition. Comme Auguste ne souhaitait pas commencer une guerre avec les Parthes il enleva Vononès I du trône d'Arménie et l'envoya en Syrie où il fut maintenu en otage à Antioche, mais dans un luxe du à son rang. Plus tard, il fut transféré en Cilicie et selon Tacite (ou Publius Cornelius Tacitus, historien et Sénateur Romain, 56/57-v.120) lorsqu'il il essaya de s'échapper, vers 19 ap.J.C, il fut tué par ses gardes.


 

Tétradrachme d'Artaban III

 
   Artaban III (ou Artabano ou Artabanus ou Artabanos ou Arsace XIX, en Persan : اردوان سوم, en Grec : Αρτάβανος Γ΄, 10 ou 12 à 38/40) fut le fils d'une Princesse de la dynastie Arsacide qui vivait à l'Est de la Parthie, parmi les nomades Dahan. Il fut porté au trône par les nobles Parthes, avec l'appui de l'Empereur Romain Auguste (27 av.J.C-14 ap.J.C), qui ne reconnaissaient pas Vononès I. Les pièces de monnaie d'Artaban III donnent un début de règne en l'an 10. La guerre entre les deux prétendants fut longue et est douteuse quand à ses faits. Sur une pièce de monnaie de Vononès I, il est mentionné une victoire sur Artaban III. Ce qui est sûr c'est qu'Artaban III finit par vaincre complètement son rival et occupé la capitale Parthe Ctésiphon. En 12 Vononès I fut reconnu Roi d'Arménie, sous la protection des Romains.
 
  Cependant, en 15/16 lorsqu'Artaban III envahit ce royaume, il exigea sa déposition. Comme Auguste ne souhaitait pas commencer une guerre avec les Parthes il enleva Vononès I du trône d'Arménie et l'envoya en Syrie. Le nouvel Empereur Romain Tibère (14-37), comme son prédécesseur Auguste, jugea bon de ne pas soutenir Vononès I. Tibère conclut même un traité avec Artaban III, dans lequel ce dernier fut reconnu comme Roi et ami des Romains. L'Arménie fut donnée, en l'an 18, à Artaxias III (ou Zénon, 18-34/35), le fils ainé du Roi du Pont (Royaume du Pont Polémoniaque), Polémon I (37-8 av.J.C) et de la Reine Pythodoris de Trallès (8 av.J.C-318 ap.J.C), fille de l'Ethnarque Pythodoros de Trallès et d'Antonia de Smyrne, une fille illégitime de Marc Antoine. Artaban III tout au long de son règne fut très préoccupé par les nobles Parthes. Il passa pour un Roi très cruel en raison de son éducation parmi les barbares Dahan. Pour renforcer son pouvoir, il tua tous les Princes Arsacides qui auraient le contrecarrer.

Lettre en Grec d'Artaban III aux habitants de Suse
- Musée du Louvre

 
    Le souverain dut aussi mater des rébellions de ses sujets. Il intervint dans la cité de Séleucie du Tigre où il prit parti en faveur des Oligarques. Ce fut sous son règne que deux brigands Juifs, Anilai et Asinai parvinrent à conserver un fief au Nord de Ctésiphon, durant 15 ans, avant que les Parthes n'y mettent un terme. En 34/35, Artaban III tenta à nouveau la conquête de l'Arménie, où il voulut y établir comme Roi son fils Arsace I (34/35). Une guerre avec Rome fut inévitable car les Romains, selon les accords passés, étaient les seuls à pouvoir nommer les Roi d'Arménie.
 
   L'Empereur Tibère refusa d'accepter cette remise en cause du protectorat Romain sur le royaume et présenta un autre candidat au trône au nom de Mithridate d'Arménie (35-37 et 42-51), le frère du Roi d'Ibérie, Aderk (ou Pharasman I ou Pharasman ou Pharazman ou Farasmanes, 1-58). À la cour d'Arménie, en 35, le parti pro-Romain fit empoisonner Arsace I après moins d'un an de règne et proclama Mithridate Roi. Le pays tout entier devint alors une zone tampon où Romains et Parthes s'affrontèrent. En 35, Mithridate fut détrôné par Orodès I (35 et 37-42), un autre fils d'Artaban III. Mais Mithridate avec l'aide de mercenaires Sarmates, la même année, mis en déroute l'armée Parthes d'Orodès I.


 

Autre monnaie d'Artaban III

 
   Des nobles Parthes, refusant l'autorité d'Artaban III, demandèrent de l'aide à l'Empereur Tibère pour mettre sur le trône un des descendants de Phraatès IV. En 35, Tibère envoya le petit fils de ce dernier (Filiation incertaine), Tiridate III  (ou Teridates, en Persan : تيرداد سوم‎, 35 à 36). Celui-ci devint Roi grâce à l'appui du Général Romain Lucius Vitellius (5-51), le père de l'Empereur Vitellius, qui rétablit l'autorité Romaine en Orient. Artaban III abandonné par ses partisans fuit vers l'Est en Hyrcanie où il leva une grande armée composée en partie d'auxiliaires Scythes (ou Dahan) et marcha sur la Parthie.
 
   Tiridate III prit à son tour la fuite et se réfugia en Syrie, laissant le trône à Artaban III. Cependant, celui-ci n'était pas assez fort pour une guerre contre Rome, il signa donc un traité avec Vitellius en 37, dans lequel il renonça à toute autre prétention. Les guerres permirent à un certain nombre de villes, dont Séleucie du Tigre, de devenir indépendantes. Malgré le traité Vitellius reprit la lutte, Artaban III se réfugia alors chez un vassal, le Roi Izatès II d'Adiabène (Royaume en Assyrie avec pour capitale à Arbela, Arbil aujourd'hui en Irak), pendant qu'un certain Cinnamus (ou Sinnaces) fut proclamé Roi des Parthes. Par des négociations et la promesse d'un pardon complet Artaban III, avec l'aide d'Izatès II, récupéra rapidement une fois de plus son trône, mais il ne profita pas longtemps de cette nouvelle prise de pouvoir, il mourut peu après. Le nom de l'épouse d'Artaban III est inconnu, mais elle lui donna quatre fils : Deux furent Roi d'Arménie, Arsace I (34/35) et Orodès I (35 et 37-42) ; Artaban qui avec sa femme et son fils furent tués en 40 par Gotarzès II parce qu'ils étaient considérés comme des rivaux potentiels pour le trône Parthe et Vardanès I qui lui succéda. Certains historiens, dont André Verstandig, pensent que Gotarzès II peut avoir été son fils adoptif et se référant à la numismatique, Artaban III peut avoir été le père d'Artaban IV (80-90). Il est à noter que quelques spécialistes ne comptant pas Artaban I (217-191 ou 211-191) sous ce nom, mais sous celui d'Arsace II, attribuent alors, à tort, le numéro II à Artaban III.
 
   Vardanès I (ou Vardane ou Arsace XX, en Persan : وردان يکم, en Grec : Βαρδάνης Α΄, 40 à 45 ou 47), le long de son court règne ne va pas cesser de lutter contre son (Peut-être) demi-frère et rival Gotarzès II. Ses pièces de monnaie montrent qu'il fut en pleine possession du trône Parthe d'environ 40 à 47. En 43, il obligea la ville de Séleucie du Tigre, qui avait pris son indépendance sous le règne de son père, à se soumettre de nouveau après une rébellion de sept ans. Ctésiphon, la résidence des Rois sur la rive gauche du Tigre, en face de Séleucie du Tigre, profita naturellement de cette guerre et Vardanès I fut de ce fait considéré par Ammianus Marcellinus (Historien Romain, v.325-v.391) comme le fondateur de la vile. En 42, le nouvel Empereur Romain Claude (41-54) renvoya Mithridate d'Arménie (35-37 et 42-51) dans son pays.

Tétradrachme argent de Vardanès I

  
    Ce dernier reconquit le royaume avec l'aide des Ibères. Le frère de Vardanès I, Orodès I (35 et 37-42) qui était sur le trône dut alors s'enfuir et se réfugia en Parthie. Vardanès I entreprit de mener une guerre contre l'Empire Romain dans le but de récupérer l'Arménie, mais finalement abandonna le projet face aux nombre de légions Romaines commandées par Vibius Marsus (Gouverneur Romain de Syrie) qu'il aurait eu à combattre. En 41, il se lança dans une nouvelle guerre contre Gotarzès II et il obtint une grande victoire contre les nomades de l'Est qu'il soumit jusqu'au Sind (ou Sindh, une des quatre provinces du Pakistan) qui séparait les Daces des Ariens. Gotarzès II se réfugia alors en Hyrcanie.
 
   Selon Tacite (Historien et philosophe Romain, v.56-v.120, les Annales Livre XI. 8-10), Vardanès I fut temporairement expulsé du trône par Gotarzès II et fuit pour se réfugier dans les plaines de la Bactriane. Peut-être chez les Yuezhi, qui occupaient la région à cette époque. Une fois qu'il reprit le pouvoir, il mena une campagne victorieuse contre l'armée de Gotarzès II. La guerre entre les deux Rois se termina par un traité, car les deux eurent peur des complots de leurs nobles. Malgré cela, vers 47, Vardanès I fut victime d'un et fut assassiné lors d'une partie de chasse.
 
   Tacite présente Vardanès I comme un jeune et très doué dirigeant, avec une grande énergie, mais qui ne possédait aucune humanité. Le souverain fut mentionné dans la vie d'Apollonius de Tyana (ou Tyane, Philosophe néopythagoricien, prédicateur, thaumaturge, 16-97) comme son bienfaiteur (2-c. AD 98). Il lui aurait donné des lettres garantissant son passage en Inde, de sorte qu'il puisse y rejoindre les Indo-parthes. Au cours du règne de Vardanès I, à l'Est, les Parthes envahirent la région contrôlée auparavant par les Saka et fondèrent sous le règne du Roi Azes I, une nouvelle dynastie Indo-parthe avec pour capitale Taxila. Peu nombreux, ils durent ménager les populations conquises, s'appuyer sur les institutions existantes et tolérer la mise en place de royaumes vassaux pour asseoir leur autorité.


 

Tétradrachme de Gotarzès II

 
   Gotarzès II (ou Gotarze ou Gotarce ou Gōtarzēs ou Arsace XXI, en Persan : گودرز دوم, en Grec : Γοτάρζης Β΄, en Parthe : Gōtarz, 45 ou 47 à 51, on trouve aussi 40 à 51 pour ceux qui le comptent Roi avec Vardanès I) qui était en Hyrcanie, à la mort de Vardanès I devint Roi et fut reconnu dans l'ensemble de l'Empire au détriment d'un certain Méherdatès (ou Méherdate) qui était otage à Rome et le fils de Vononès I, selon Tacite (Historien et philosophe Romain, v.56-v.120). Son origine est encore sujette à discussion entre historiens. Tacite ne le désigne pas comme un fils d'Artaban III, il le considère plutôt comme un usurpateur. Plusieurs spécialistes, dont André Verstanding, le considèrent comme le fils d'un seigneur Hyrcanien.
 
   Verstanding fonde sa théorie sur un relief rupestre retrouvé par George Rawlinson, à Sarpul-I-Zohab dans le Kurdistan Iranien, au nom de Gotarzès où il se présente comme "Gotarzès fils de Gev". À partir de cette inscription, Gotarzès II fut considéré comme le fils d'un Hyrcanien noble appelé Gev qui servit comme Satrape dans cette région. Il aurait été adopté par Artaban III lors de son exil en reconnaissance d'une dette vis à vis de Gev et devint ainsi Prince royal. Gotarzès II au cours de son règne, s'appela lui-même comme un fils d'Artaban III, comme on peut le voir à partir de ses pièces de monnaie. Au pouvoir Gotarzès II va vite se faire détesté en raison de sa cruauté et des nombreux crimes qu'il fomenta. Il est dit qu'il tua son frère Artaban et toute sa famille. Il fut considéré comme un tyran et des nobles Parthes se rendirent à Rome pour réclamer à l'Empereur Claude I (41-54) de libérer Méherdatès.
 
   Celui-ci accepta la demande et chargea, en 49, le nouveau Gouverneur Romain de Syrie, Cassius de conduire le Prince jusqu'aux rives de l'Euphrate. Cassius leva une armée renforcée par les troupes des Rois, Izatès II d'Adiabène (Royaume en Assyrie avec pour capitale à Arbela, Arbil aujourd'hui en Irak) et Abgar V Ukomo bar Ma'Nu (4 Av.J.C-50 ap.J.C) d'Édesse et traversa l'Euphrate.
 


 

Autre monnaie de Gotarzès III

   Gotarzès II dans un premier temps refusa le combat, son armée étant trop faible face aux forces coalisées. Dans le camp adverse les deux alliés de Cassius lui firent défection. Le jeune Méherdatès décida tout de même d'attaquer. Il fut battu et après la mort de son Général en chef, il fut livré par un nommé Parrax à Gotarzès II, qui lui fit couper les oreilles, le privant ainsi de ses droits, mais ne le tua pas. Gotarzès II mourut quelques temps après, selon Tacite d'une maladie, alors que Flavius Josèphe (ou Titus Flavius Josephus ou Joseph ben Matthias, Historien Juif, 37-v.100) dit qu'il fut assassiné ?. Gotarzès II mit sur ses pièces de monnaie "Roi des Rois, Arsaces le bienfaiteur, le juste, l'illustre (Épiphane), l'ami des Grecs (Philhellène)", sans mentionner son nom propre. Sa dernière pièce est datée de Juin 51.
 
   Il fut remplacé sur le trône brièvement par Vononès II (ou Vonone ou Arsace XXII, en Persan : ونن دوم, en Grec : Βονώνης Β΄), 51) qui est probablement son frère et était Gouverneur ou Roi des Mèdes Atropatène. Il mourut au bout de quelques mois et fut remplacé sur le trône Parthe par son fils Vologèse I, alors que son fils aîné Pacorus II régna d'abord sur le trône de Médie Atropatène de 54 à 78 et son fils cadet Tiridate I devint Roi d'Arménie (53 et 54-58 et 62-73). Tacite (Historien et philosophe Romain, v.56-v.120) décrit son règne comme "court et sans gloire". William Woodthorpe Tarn nous dit que d'une concubine Grecque, dont on ignore le nom et que certains donnent comme d'origine Thrace, Vononès II eut cinq fils qui occupèrent les trônes Parthe ou Arménien : Pacorus II, Vologèse I, Khosrô I, Tiridate I et Mithridate IV. Ses fils naquirent et grandirent au cours de sa royauté en Médie Atropatène.
 
   Dans le même temps, Sanabarès de Parthie (ΒΑΣΙΛΕΥΣ ΣΑΝΑΒΑΡΗΣ, Basileus Sanabarès sur ses pièces) fut un rival des Rois Parthes de 50 à 65 ap.J.C. Il n'est pas très connu à l'exception de quelques pièces de monnaie témoignant de son règne comme Roi Parthe, sur la Margiane avec pour capitale la ville de Merv, durant une quinzaine d'années avec l'appui des Kouchans. Ce que nous connaissons de ses dates provient de certaines de ces pièces. Il fut un rival de Gotarzès II (40-51) Vononès II (51), Vologèse I (51-77) et Vardanès II de Parthie (55-58).


 

Tétradrachme argent de Vononès II

 
   Vologèse I (ou Vologaeses ou Vologases ou Valakhsh ou Walagash ou Balāsh ou Arsace XXIII, en Persan : ولاش يکم‎, en Grec : Βολογέσης Α΄, 51 à 77 ou 78) est le fils Vononès II et d'une concubine Grecque. En 52, il envahit l'Arménie et après avoir pris la capitale Artaxata, en 53, il fit proclamer Roi son frère Tiridate I (53 et 54-58 et 62-73). Cette action viola une nouvelle fois le traité conclu entre les Romains et les Parthes, qui attribuait aux seuls Romains le droit de désigner et de couronner les Rois d'Arménie.  Dans le même temps, le Roi dut faire face à une insurrection menée par son fils, Vardanès II (ou Vardane, 55 à 58) qui se déclara brièvement Roi d'une partie de l'Empire Parthes et occupa Ecbatane. Cette rébellion plus une épidémie hivernale obligèrent Vologèse I à retirer ses troupes d'Arménie.
 
   Insatisfait de l'influence Parthe de plus en plus près de son Empire, l'Empereur Romain Néron (54-68) envoya le Général et Consul Gnaeus Domitius Corbulo (ou Corbulon, 7-67) avec une grande armée à l'Est afin de rétablir la domination Romaine. En 58, Vologèse I et Tiridate I furent en difficulté, ce dernier fuit la capitale Artaxata et Corbulo prit possession de la ville et la brûla. Fin 58, début 59, la majorité des Arméniens abandonnèrent la résistance et acceptèrent le Prince favorisé par Rome. Vologèse I et Tiridate I perdirent tous appuis et ce dernier fut une nouvelle fois détrôné. L'Empereur Néron donna la couronne Arménienne au dernier descendant royal des Rois de Cappadoce, qui prit le nom Arménien de Tigrane VI de Cappadoce (59-62).
 
   Vologèse I fut furieux de voir désormais un étranger assis sur le trône Arménien, mais il hésita à rétablir pour la énième fois son frère Tiridate I et à s'engager dans un nouveau conflit. De plus, il avait aussi à combattre les Hyrcaniens qui s'étaient révoltés. En 61, Vologèse I commença une campagne dans le but de se venger et de rétablir Tiridate I sur le trône Arménien. Le Romain Corbulo fut informé de l'attaque imminente et envoya deux légions. Le général Parthe, Monesès marcha vers Tigranocerta, mais ne parvint pas à démanteler la défense de la ville, ses troupes n'étant pas préparées à un long siège.

Tétradrachme de Vologèse I

 
   Corbulo, jugea prudent de ne pas utiliser cette bonne fortune. Il envoya un centurion Romain, du nom de Casperius, au camp de Vologèse I, à Nisibe (ou Nisibis ou Nusaybin ou Nisibin, au Sud-est de la Turquie), situé à 60 km de Tigranocerta, avec la demande de lever le siège de la ville. En raison d'une épidémie et de la pénurie de fourrage pour ses chevaux, Vologèse I accepta et demanda à ce que l'Arménie soit rattachée à son Empire afin de parvenir à une paix ferme et que Tiridate I soit rétablit sur le trône et reconnu par Rome. Le gouvernement Romain refusa d'adhérer cet arrangement et envoya Lucius Caesennius Paetus (†73), Gouverneur de Cappadoce régler la question. Cependant, en 62, Paetus subit une humiliante défaite à la bataille de Rhandeia face aux troupes de Vologèse I.
 
   Le commandement de l'armée fut remis alors à Corbulo, qui l'année suivante à la tête d'importantes troupes entra en Arménie et pratiqua l'élimination de tous les Gouverneurs régionaux qu'il soupçonnait être proparthe. Tiridate I abandonna son frère et signa un accord de paix où il fut reconnu comme Roi d'Arménie, vassal des Romains. Il eut à partir de cette date une attitude pro-Romaine qui semble avoir été du gout des dirigeants Parthes puisque Vologèse I entretiendra de bonnes relations avec l'Empereur Néron, mais aussi avec son successeur Vespasien (69-79). Peu de temps après, les Alains, une grande tribu nomade au-delà du Caucase, envahirent la Médie et l'Arménie. Vologèse I demanda en vain de l'aide à Vespasien. Les pertes de territoire à l'Est ne furent jamais récupérées, l'Hyrcanie resta un royaume indépendant. Lorsque Vologèse I mourut, il fut remplacé par son fils, Vologèse II (ou Vologaeses ou Vologases, en Persan : ولاش دوم‎, en Grec : Βολογέσης Β΄, 77/78 à 80). On sait peu de choses sur lui. Il serait né en 51. Il semble que durant son court règne à peine nommé il dut faire face à un concurrent, son oncle Pacorus II qui le battit et le déposa.
 

  Pour plus de détails sur le Roi voir : La vie de Vologèse I

 


 
Tétradrachme argent de Pacorus II  

   Pacorus II (ou Pakoros ou Pacoros ou Pakor ou Arsace XXIV, en Persan : پاکور دوم, en Grec : Πακώρος Β΄, 78 à 105) va d'abord régner sur le trône de Médie Atropatène de 54 à 78, alors que son frère cadet Tiridate I devint Roi d'Arménie (53 et 54-58 et 62-73) et son autre frère Vologèse I récupéra le trône Parthe. Cette interprétation des faits et lien de parenté sont contestés par quelques spécialistes s'appuyant sur les monnaies de Pacorus II. Ils estiment qu'il s'agit de deux personnes différentes. À la mort de Vologèse I, Pacorus II entra en conflit avec "son neveu", Vologèse II, pour la succession et sortit vainqueur. Selon Dion Cassius (ou Cassius Dio Cocceianus, historien Romain, v.155-v.235) Pacorus II aurait vendu le royaume d'Osroène au Roi Abgar VII bar Ezad (109-116) et selon Ammianus Marcellinus (ou Ammien Marcellin, Historien Romain, v.325-v.391) il agrandit le territoire Parthe et fit construire les remparts de Ctésiphon.
 
   Selon Rafe Crespigny, en l'an 101, Pacorus II envoya un Ambassadeur à la dynastie des Han de Chine, qui baptisèrent les Parthes comme le royaume Ansiek (ou Anxi). Pacorus II semble avoir été également lié à l'Empereur Trajan (98-117) à qui il formula un certain nombre de plaintes. Sur ses nombreuses pièces de monnaie, il se qualifie toujours "Arsaces Pacorus", "Roi des rois Arsace, bienfaiteur, juste, glorieux, philhellène". Cette mention de son nom propre, ainsi que le nom royal Arsaces, montre que son pouvoir fut contesté par des rivaux. De trois d'entre eux nous avons mis au jour des pièces, en plus de Vologèse II, il faut inclure : Artaban IV (ou Artabano ou Artabanus ou Artabanos, 80 à 90) et on peut compter aussi Vologèse III (105 à 147) qui fut son successeur. On ne connait pas le nom de son épouse mais elle lui donna trois fils : Axidarès (ou Ashkhadar, 73-113 ou 110- ?) et Parthamasieris (ou Parthamasiris ou Partamasir, 113 ou ? -114) qui furent Rois d'Arménie et Meredates (ou Méherdate, v.131-150/51) qui fut Roi de Characène, mais qui entra en conflit avec Vologèse IV.
 


 

Tétradrachme d'Artaban IV

   Artaban IV (ou Artabano ou Artabanus ou Artabanos, en Persan : اردوان چهارم, en Grec : Αρτάβανος Δ΄, 80 à 90) fut un rival pour la couronne de l'Empire Parthe, sous le règne de Pacorus II, contre lequel il se révolta. Son propre règne dura d'environ 80 à 90 sur une partie de l'Empire. Son origine reste inconnue, mais quelques spécialistes pensent qu'il fut un fils d'Artaban III. Sur une pièce de monnaie de 80, il se qualifie lui-même "Arsaces Artaban". Il fut suffisamment fort en Mésopotamie pour soutenir Terentius Maximus, un usurpateur à l'Empire Romain en Asie Mineure, qui prétendait être l'Empereur Néron, mais qui ne put en fin de compte se maintenir. Il est à noter que quelques spécialistes ne comptant pas Artaban I (217-191 ou 211-191) sous ce nom, mais sous celui d'Arsace II, ils attribuent alors le numéro III à Artaban IV.
 
   Dans les derniers jours de règne de Pacorus II, en 105, un nommé Vologèse III (ou Vologaeses ou Vologases ou Walagash ou Balāsh, en Arménien : Վաղարշ, en Persan : بلاش سوم, en Grec : Βολογέσης Γ΄, 105 à 147) revendiqua le trône des Parthes. Il régna sur la partie orientale du royaume de 105 à 147. Cette période vit une nouvelle guerre civile et tout au long de son règne Vologèse III dut lutter contre d'autres prétendants au trône : Khosrô I (ou Osroès ou Chosroès, 109-129), puis Parthamaspatès (116-117) et Mithridate IV (129-140). Ceux-ci préoccupés par les conflits avec les Romains, en particulier l'invasion de l'Empereur Trajan (98-117), ne furent pas en mesure de contester efficacement Vologèse III.
 
   Après la mort de Khosrô I, Vologèse III étendit son pouvoir sur la plupart de la Parthie, mais il dut composer avec Mithridate IV. Des incursions de nomades Alains en Cappadoce, en Arménie et en Médie compliquèrent encore son règne. Vologèse III, malgré une grande armée ne fut pas en mesure de les arrêter, cependant, pour des raisons inconnues, ils reculèrent ce qui redonna le territoire aux Parthes. Vologèse III dut aussi faire face à une rébellion en Iran, vers 140, menée par un usurpateur inconnu. Enfin, à l'Est, il y eut apparemment des problèmes avec le puissant Empire du Kushan. Les sources locales parlent d'une guerre contre les Parthes, mais ne donnent pas la chronologie exacte des événements. Après 147 Vologèse III disparaît des sources.
 


 
Tétradrachme de Vologèse III 

   Khosrô I (ou Khosrow ou Chosroès ou Osroès ou Osroe, en Persan : خسرو, en Grec : Χοσρόης Α΄, en Parthe : Khusraw, 109 à 128 ou 129) était le frère Pacorus II, après la prise de pouvoir dans l'Est de Vologèse III il se déclara Roi et tenta de reprendre le trône entier de Parthie. Il envahit l'Arménie et plaça sur le trône dans un premier temps Axidarès (ou Ashkhadar, 73-113 ou 110- ?), son neveu, avec le consentement de Rome. Puis, peut-être en 113, il le remplaça par son frère Parthamasieris (ou Parthamasiris ou Partamasir, v.113-114). Cette encoche dans la sphère d'influence traditionnelle de l'Empire Romain, alors que ceux-ci avaient l'hégémonie sur l'Arménie depuis l'époque de Néron, conduisit à une guerre avec l'Empereur Trajan (98-117).
 


 

Tétradrachme de Khosrô I

   Malgré une tentative de négociation de paix de Khosrô, faite par ses ambassadeurs à Athènes, en 113, le Romain envahit les territoires Parthes. Il marcha d'abord sur l'Arménie. En 114, à Élégia, près d'Erzurum, l'Empereur reçut la visite de Parthamasieris qui venait solliciter de lui sa confirmation sur le trône d'Arménie. Trajan refusa de le reconnaître comme Roi et le fit mettre à mort par son escorte lorsqu'il rentra à Artaxata.
 
   Le pays, à cette époque devint province Romaine avec comme Gouverneur Lucius Catilius Severus (ou Iulianus Claudius Reginus).  Puis Trajan bifurqua vers le Sud et pénétra encore plus dans le territoire Parthe en prenant grâce à ses Généraux Ecrycius Clarus et Julius Alexander, les villes de Babylone, Séleucie du Tigre et enfin, en 116,  la capitale Ctésiphon qu'il ravagea. Il déposa Khosrô I et mit sur le trône un Roi à ses ordres Parthamaspatès (ou Parthamaspate, 116 à 117), que quelques spécialistes donnent comme le fils de Khosrô I et qui avait passé une grande partie de sa vie en exil à Rome.  Khosrô I se réfugia en Mésopotamie auprès de son frère Mithridate IV qui l'aida à combattre les Romains. Il semble que Mithridate ait pris la couronne avec son fils aîné Sanatrocès II et qu’il ait tenté de s’opposer, en vain, à l’avance des légions Romaines, car Trajan progressa vers le Sud, vers le Golf Persique et sortit vainqueur. Il déclara la Mésopotamie nouvelle province de l'Empire.


 

Tétradrachme argent de Parthamaspatès

  
   Plus tard, en 116, il traversa les montagnes du Khouzestan en Perse et prit la grande ville de Suse. Des problèmes surgirent alors à l’Est où le Kushana se constitua en tant que force. En Parthie la résistance se forma et Trajan comprit finalement que vaincre totalement l'Empire des Parthes n'était guère dans ses moyens. Il changea alors de politique et fit marche arrière. Après le retrait des légions Romaines, Khosrô I reprit facilement son trône à Parthamaspatès. Celui-ci s'enfuit alors vers les Romains qui en dédommagement, lui accordèrent le co-État d'Osroène. Il fut Roi d'Osroène avec Yalur de 118 à 122 et par la suite seul jusqu'en 123.
 
   En 123, le successeur de Trajan, l'Empereur Hadrien (117-138) négocia avec Khosrô I un traité de paix où il reconnut ce dernier comme Roi des Parthes et Parthamaspatès Roi d'Osroène et lui restitua sa fille qui avait été faite prisonnière des Romains sous le règne de Trajan. Il semble que le conflit avec Rome affaiblit Khosrô I et renforça son rival Vologèse III.
 
   À la mort de Khosrô I ce fut son frère, Mithridate IV (ou Mit'radāta, en Persan : مهرداد چهارم , en Grec : Μιθριδάτης Δ΄, 129 à 140), qui reprit son trône sur l'Ouest de la Parthie et la lutte contre Vologèse III. Il est essentiellement connu par ses pièces de monnaie avec des légendes en Grec et en Pehlevi. Il mourut dans une attaque contre la Commagène en 140. Il avait nommé son fils Sanatrocès II (ou Sanatruces) comme son successeur, mais celui-ci fut blessé à mort dans une bataille contre les Romains.
 


 

Tétradrachme de Mithridate IV

   En 147, son autre fils, Vologèse IV (ou Vologaeses ou Vologases ou Walagash ou Balāsh, en Persan : بلاش چهارم, en Grec : Βολογέσης Δ΄, 147 à 191), après la mort de Vologèse III, va réunir les deux moitiés de l'Empire. Certains spécialistes réfutent le fait qu'il fut un fils de Mithridate IV, s'appuyant sur une inscription retrouvée sur une statue d'Héraclès emportée de Characène, où Vologèse IV est donné comme le fils d'un Mithridate, mais qui n'est pas qualifié de "Grand Roi" mais seulement de "Roi" et ils ne l'identifient donc pas forcément à Mithridate IV. Des découvertes plus ou moins récentes, monnaies, ostraca de Nisa, inscription de l'Héraclès de Séleucie du Tigre, ont précisé des épisodes jusqu'alors inconnu de l'histoire Parthe.
 
   Aussi existe-t-il plusieurs systèmes de numérotation des Rois. Par exemple le souverain actuellement connu comme Vologèse IV à été longtemps connu comme Vologèse III, car on ne comptait pas le Vologèse ayant régné en 77-80 et il figure avec ce numéro dans la plupart des ouvrages de référence les plus anciens. Vologèse IV est le Roi Volgash de la tradition Zoroastrienne, qui commença à réunir des écrits de Zoroastre.
 
   Vologèse IV reconquit aussi le royaume de Characène, qui semble avoir été indépendant depuis l'invasion Romaine sous Trajan (98-117). Par contre il fut incapable de reprendre l'Hyrcanie. Vers 155, les conflits avec Rome recommencèrent avec un différent, comme depuis des décennies, sur le royaume d'Arménie. Si au début Vologèse IV eut une certaine réussite, de 162 à 166 l'Empire Parthe fut attaqué par l'Empire Romain de l'Empereur Marc Aurèle (161-180). En 161 les Parthes prirent le dessus et reprirent l'Arménie. Vologèse IV détrôna le Roi Sohaemus (ou Sohemo, 140/144-161 et 163-180), vassal de Rome et le remplaça par Orelios Pakoros (ou Aurelios Pocoros, 161-163). Ce dernier, semble t-il, arriva à reprendre totalement le contrôle du pays après que Vologèse IV ait infligé, à Élegeia, une cuisante défaite aux troupes Romaines, qui étaient venues défendre le protectorat Romain sur l'Arménie.
 


 

Tétradrachme de Vologèse IV

   En 163, Sohaemus fut remis sur le trône Arménien par l'Empereur Marc Aurèle suite à sa contre-offensive menée par le Général et Sénateur Marcus Statius Priscus (ou Marcus Statius Licinius Priscus Italicus, 132-162). Bien que lié par ses origines à la dynastie Arsacide, Sohaemus fut totalement acquis aux Romains. On sait par un résumé de Photios (ou Photius ou Saint Photios, Catholicos de Constantinople 810-893) qu'il avait été Sénateur et Consul à Rome. Dans cette guerre, la ville de Séleucie du Tigre fut détruite et, en 165, le palais dans la capitale Ctésiphon fut brûlé par un autre Général et Sénateur Romain, Avidius Cassius (ou Caius Avidius Cassus, v.130-175). Les légions Romaines prirent aussi la Médie. Vologèse IV fut contraint de faire la paix et dut céder l'Ouest de la Mésopotamie aux Romains.
 
   Puis en 175, comme nous l'informe Kaveh Farrokh, malgré son intérêt pour récupérer les provinces orientales aux Romains et la menace de guerre, Vologèse IV choisit de ne pas soutenir la rébellion de Caius Cassius Avidio (ou Gaius Cassius Avidio) contre Marc Aurèle. Il décida même de signer un traité de paix avec l'Empereur. Selon ce traité, les Parthes reconnaissaient l'influence Romaine sur Nisibe (ou Nisibis ou Nusaybin) et Édesse. La fin de son règne, en 190, fut marquée par la révolte de Khosrô II (ou Khosrow ou Chosroès ou Osroès ou Osroe, en Persan : خسرو, en Grec : Χοσρόης B΄,190 à 191). Il n'est connu que grâce à la découverte de pièces de monnaie portant son nom. C'est d'elles que l'on en a déduit qu'il se retourna contre Vologèse IV et qu'il prit le contrôle de la Médie et le titre de Roi, ses pièces furent frappées à Ecbatane. Toutefois, il ne réussit pas à se maintenir au pouvoir avec l'avènement de Vologèse V, ou peut-être fut-il battu par Vologèse IV avant de décéder.
 
   Vologèse V (ou Vologaeses ou Vologases ou Walagash ou Balāsh, en Persan : بلاش پنجم, en Grec : Βολογέσης Ε΄, en Armenien: Վաղարշ Vagharsh, 191 à 207/8), en 191, arriva sur le trône. Selon certains spécialistes il naquit en 130. Comme le précise Cyrille Toumanoff, il avait été imposé d'abord par son père Vologèse IV sur celui d'Arménie, où il régna de 180 à 191 sous le nom de Vologèse II (ou Vagharsh ou Valarsh ou Valagash ou Valarsaces ou Vagharshak, en Arménien : Վաղարշ). En 186, il imposa à son tour, mais cette fois sur le trône de Karthlie/Ibérie, son fils Rev I le Juste (ou Rew, 189-216), qui fut vaincu et tué lors d'une révolte du peuple, né de son épouse, la sœur du Roi Amazap II (185-189) d'Ibérie, Cyrille Toumanoff la donne comme la fille de Pharasman III (135-185). En 191, après la mort de son père, il devint donc Roi des Parthes, il céda alors le trône d'Arménie à l'un de ses fils, Khosrô I le Grand (ou Khosrov ou Chosroês, 191-216/7), qui devint son vassal. En Parthie Vologèse V finit de réprimer une tentative d’usurpation du trône par Osroès II, qui s’était proclamé Roi en Médie, en 190.
 


 

Tétradrachme de Vologèse V

   En 193, il aida l’Empereur Romain Pescennius Niger (193-194) dans sa tentative de prise de pouvoir en Orient. Il dut en conséquence faire face, en 195, à l’attaque de l'Empereur Romain Septime Sévère (193-211) qui lui reprocha d'avoir soutenu son compétiteur. L'Empereur Romain avança en Mésopotamie et occupa Nisibe (ou Nisibis ou Nusaybin). Vologèse V repoussa son Général Lucius Verus, mais Septime Sévère fit le siège de la capitale Ctésiphon, qu'il prit et pilla en 199, capturant 100.000 prisonniers Parthes pour les vendre comme esclaves.
 
   Vologèse V réussit à s'enfuir et tenta, en vain, de conquérir la forteresse arabe d'Hatra (ou Atra ou al-ar الحضر "l'agglomération", dans la région d'Al-Jazirah). En 202, la paix fut rétablie avec Rome, qui conserva la Mésopotamie occidentale, mais laissa l'Arménie sous domination des Parthes. Chez ces derniers, suite à de graves problèmes de succession entre les deux fils de Vologèse V : Vologèse VI (207/8-228) et Artaban V (216-224) une guerre civile éclata. Vologèse V épousa la fille du Roi d'Ibérie Pharasman III (ou Pharzman, 135-185) qui lui donna quatre enfants : Vologèse VI Roi des Parthes, Artaban V Roi des Parthes, Khosrô I le Grand Roi d'Arménie et Rev I Roi de Karthlie/Ibérie.  
 
   Vologèse VI (ou Vologaeses ou Vologases ou Walagash ou Balāsh, en Persan : بلاش ششم, en Grec : Βολογέσης ΣΤ΄, 207/208 à 228) fut le premier à succéder à Vologèse V. Peu de temps après son accession au trône son frère cadet Artaban V (ou Artabano ou Artabanus ou Artabanos ou Ardavan ou Ardawān, en Persan: بلاش ششم, en Grec : Αρτάβανος Ε΄, 216 à 224) se rebella contre lui et devint maître de la plus grande partie de l'Empire. Vologèse VI garda le contrôle de Babylone, et de ses environs. On à retrouvé dans la ville des pièces de monnaie de Vologèse VI avec des dates de règne jusqu'en 228. Il est à noter que quelques spécialistes ne comptant pas Artaban I (217-191 ou 211-191) sous ce nom, mais sous celui d'Arsace II, ils attribuent alors le numéro IV à Artaban V. Le nouvel Empereur Romain, Caracalla (211-217), qui souhaitait profiter de cette guerre civile chez les Arsacides, prépara une conquête de l'Est et en 216, sous le prétexte que Vologèse VI refusait de lui livrer Antiochos de Cilicie (Philosophe cynique, † 216) et un certain Tiridate, probablement un Prince Arménien, il attaqua les Parthes. Certains spécialistes avancent que le prétexte de Caracalla fut qu'Artaban V lui aurait refusé sa fille en mariage ?.
 
   Il traversa le Tigre, détruisit des villes et pilla les tombes royales d'Erbil (ou Arbil ou Arbela, en Kurde : Hewlêr) des souverains locaux qui étaient des vassaux des Parthes. Il envahit l'Adiabène (Royaume en Assyrie avec pour capitale à Arbela, Arbil aujourd'hui en Irak), mais lorsque Artaban V avança à la tête d'une armée, le Romain se retira alors à Harran (ou Carrhae). Là, il fut assassiné par le Préfet du Prétoire, Macrin (217-218) qui se proclama Empereur le 8 Avril 217. Cette fois, ce fut Artaban V qui profita de la situation et envahit avec une grande force armée la Mésopotamie. Macrin fut battu par les Parthes à Nisibe (ou Nisibis ou Nusaybin), après trois jours de lutte, et il conclut un accord de paix avec Artaban V, dans lequel il renonça à toutes les conquêtes Romaines, redonna le butin volé et paya un lourd tribut aux Parthes (Il est avancé par quelques historiens la somme de deux cents millions de sesterces ?).
 


 

Tétradrachme de Vologèse VI

   Pendant ce temps le Roi des Perses Sassanides, Ardachêr I (ou Ardeshir Babigan ou Artaxerxès I, 226-241), fondateur de la dynastie Sassanide, qui avait déjà commencé ses conquêtes en Perse, attaqua les territoires Parthes. En Susiane Artaban V essaya de lui barrer la route, mais ses troupes furent défaites. La guerre dura plusieurs années et en 224, Ardachêr I conquit les provinces orientales de Parthie et se proclama Roi.
 
   Artaban V fut définitivement vaincu et tué le 28 Avril 224 (Quelques spécialistes avancent le 22 Avril) à la bataille d'Hormizdaghan (Plaine dans la région de Suse). Artaban V étant le Roi de la majeure partie de l'Empire Parthe, il est coutume de prendre cette date comme la fin de 400 ans de règne Arsacide et Artaban V comme le dernier Roi. Bien que au cours des années qui suivent Ardachêr I va agrandir son nouveau royaume et ne chasser (et tuer ?) Vologèse VI qu'en 228.
 
   Ardachêr I eut aussi à combattre deux des fils d'Artaban V, Archak et Artavazde. Ceux-ci étaient encore jeunes lors de la prise de pouvoir en Parthie d'Ardachêr I et se réfugièrent dans les montagnes avec les débris de l'armée Parthe. Quelques temps après ils reprirent la lutte contre les Perses, mais ils furent capturés et exécutés à Ctésiphon, probablement vers 235. Artaban V avait un troisième enfant, une fille, Ziyanak, ou Myrôd (Née vers 210) qui épousa Ardachêr I. Toutefois, nous ne savons pas si elle fut mariée au Sassanide avant son coup d'État ou bien après. Elle eut de son mari un fils unique : Châhpûhr I (ou Shapur, 241-272).

 

Pour la bibliographie voir à :
Parthes civilisation - Bibliographie

 

.....Retour

 

 
   Copyright © Antikforever.com