Quelques Rois Importants :
Idrimi 
V.1490  -  v.1450
 

Nous avons besoin de vous

 

....Retour sur l'histoire d'Alalah

 

 
Sommaire

 
Son origine
Son arrivée au pouvoir
Son règne
Les sources
Bibliographie

 

Cliquez sur un nom de ville ou de région

 

Son origine

 
   Idrimi fut un Roi d'Alalah (ou Alalakh) de vers 1490 à vers 1450 ou vers 1475 à vers 1450 ou vers 1460 à vers 1400. La plupart des informations sur la fondation de sa dynastie proviennent d'une statue de lui inscrite avec ce qui semble être son autobiographie. Selon cette inscription, il fut le fil d'un certain Ilim-Ilimma I (Roi d'Alalah et Roi du Yamkhad, v.1530-v.1490). Beaucoup de spécialistes pensent que Ilim-Ilimma I était le fils d'Abba-El II, "Roi" d'Alep. Nous ne pouvons nous fier que sur cette statue, seule preuve pour ce Roi, car les sources le concernant sont complètement absentes. On sait qu'Ilim-Ilimma I fut chassé du trône par celui qui devint le nouveau maître de la région, le Roi du Mitanni, Parattarna (ou Barattarna ou P/Barat(t)ama, v.1480-v.1450), évoqué dans des textes comme suzerain des villes d'Alalah et de Nuzi. Il semble qu'Ilim-Ilimma I s'enfuit avec sa famille à Emar. Selon Sidney Smith, il avait plusieurs enfants, Idrimi étant le plus jeune. Ce dernier, après de longues années d'errance, va réussir à remonter sur le trône d'Alalah. Il fonda le royaume de Mushki qu'il contrôla depuis la ville.
 

Son arrivée au pouvoir

 
   On connait assez bien le parcours d'Idrimi, car il y a aujourd'hui sur ce souverain près de 300 textes, sur deux tablettes en plus de la statue que l'on a retrouvés. La statue, reposant sur une base de basalte, le représente assis sur un trône. C'est donc sur celle-ci que l'on a trouvé les inscriptions qui racontent sa vie. Elles nous apprennent qu'Idrimi et sa famille furent contraints de fuir Alalah, vers Emar, lorsque son père fut détrôné. Toutefois l'inscription ne donne qu'une vague description de l'incident il est donc utile de se tourner vers les recherches de plusieurs spécialistes, dont Jack Sasson de l'Université de Caroline du Nord. Beaucoup de ces derniers spéculent qu'Idrimi n'avait aucune relation avec les dirigeants d'Alalah. Ils affirment que son père Ilim-Ilimma I, avant d'être détrôné par le Roi du Mitanni, Parattarna (ou Barattarna ou P/Barat(t)ama, v.1480-v.1450), avait usurpé le trône d'Alalah à un Roi inconnu par ailleurs. Idrimi aurait choisit de fuir avec ses frères plus âgés à Emar à cause de ses liens maternels ancestraux avec les Seigneurs de celle-ci.
 


 

Statue d'Idrimi (104 cm)
retrouvée dans le temple
- British Museum

   Cependant, bien que vivant à Emar dans un relatif luxe, il se considérait comme un esclave en raison de son statut de réfugié. Selon Tremper Longman, son autobiographie indique qu'Idrimi se fit rapidement la réflexion de comment reprendre le trône perdu et il essaya d'obtenir que ses frères le rejoigne dans cette cause. Ceci dit, ces derniers ne semble pas avoir été vraiment intéressés de participer à la "croisade" d'Idrimi qui décida donc d'y aller seul. Le futur Roi fuit alors la ville Emar avec sa famille, vers Ammija (ou Ammiya), en pays de Canaan. Là, il se joignit au peuple Apirou (ou Hapiru ou Habiru ou Abirou ou Hapirou ou Habirou ou Ha biru ou Apiru, groupe de personnes qui vivaient comme des nomades dans les régions du Croissant fertile de la Mésopotamie du Nord et l'Iran aux frontières de l'Égypte en pays de Canaan) et à d'autres réfugiés des villes voisines du Mukish : d'Alep, de Niya (ou Niye ou Niy ou Nii, petit royaume près de l'Oronte au Nord de la Syrie) et d'Amae (Entre Alep et Apamée). Tous ces gens le reconnurent comme "fils du pays" "fils de leur seigneur" et s'allièrent à lui. Il y a un débat entre scientifiques pour expliquer pourquoi Idrimi choisit de vivre parmi les Apirou, car il est clair que psychologiquement il s'entendait bien aussi avec les autres réfugiés. Peut-être parce qu'ils avaient vécu une expérience similaire d'être déracinés de leurs propres villes natales ?. Une autre possibilité, selon la théorie de Longman, est qu'Idrimi recruta des alliés assez forts pour prendre Alalah.
 

Son règne

 
   La deuxième partie de l'inscription de la statue nous révèle les grands événements de la vie d'Idrimi, notamment sa campagne en territoire Hourrite pour récupérer Alalah. Après avoir vécu parmi les Apirou pendant sept ans, il dirigea ses nouveaux amis et alliés dans une attaque réussie par la mer sur Alalah, où il devint Roi dans le courant de 1490 (Certains spécialistes se risquent à donner une date précise, 1497 ?). Ses frères entendirent parler de ses actions et lui jurèrent alliance. Ses faits de guerre, à cette époque, impressionnèrent également l'Empereur du Mitanni, Parattarna (ou Barattarna ou P/Barat(t)ama, v.1480-v.1450), qui avait assujettit la région, qui accepta de le prendre parmi ses vassaux. Ce fait est largement documenté dans ses annales. Il faut cependant signaler qu'il y a un risque d'utiliser le texte de la statue comme une seule source historique. Le texte d'Idrimi suggère des campagnes de grande d'envergure que le Roi a probablement exagérée afin de se rendre légitime. Toutefois, l'inscription décrit que la prise par Idrimi d'Alalah se serait faite pacifiquement. Pour Marc Van De Mieroop l'inscription ne dit pas comment le Roi captura Alalah, il est donc difficile d'être affirmatif.
 
   Beaucoup de chercheurs se demandent pourquoi il attendit sept ans chez les Apirou avant de se lancer à la conquête d'Alalah. Pour certains il aurait cherché, en vain, une occasion de reprendre le trône et tenter sa chance. Edward L.Greenstein et David Marcus, se basant sur la traduction des inscriptions, ont révélé que l'idée lui vint à la suite de la vision d'une tempête dans un rêve, provoquée par le Dieu Teshub. Idrimi fit construire alors des navires, il recruta des troupes auxiliaires à leur bord, puis partit par la mer vers la ville. Lorsque les peuples alentour entendirent parler de son action, ils lui apportèrent du bétail et conclurent un traité qui les établit vraiment comme des alliés. Cette alliance retrouvée avec les chefs locaux, créée par des échanges de bovins, ne fut que le début de la restauration progressive du statut royal d'Idrimi comme Roi d'Alalah.


 

Tablette avec le sceau d'Idrimi
- vers 1450 - British Museum

 
   Edward L.Greenstein nous confirme également que, malgré l'hostilité de l'Empereur du Mitanni, Parattarna (ou Barattarna ou P/Barat(t)amaParratarna) envers Idrimi alors qu'il était en exil en pays de Canaan, il a effectivement respecté la coalition qu'il mit en place, peut-être de peur que son armée parvienne à le renverser et il avait également en tête qu'il avait détrôné son père d'Alep quelques années auparavant et qu'Idrimi aurait été en droit de se venger. Parattarna laissa au Roi une indépendance limitée, libre de prendre ses propres décisions militaires et diplomatiques aussi longtemps que cela n'interférait pas avec la politique globale du Mitanni. Cela allait permettre en outre à Idrimi de jeter son dévolu diplomatique vers le Kizzuwatna et agir comme un souverain indépendant.
 
   Après le succès d'Idrimi à établir un accord pacifique avec l'Empereur du Mitanni, la plupart de ses actions en tant que Roi ne sont que vaguement décrites et sont limitées à seulement des petites sources. Deux tablettes, aujourd'hui au British Museum, sont d'excellentes sources primaires sur les actions du souverain pendant son règne, mais ne serait être suffisante. Il y a un consensus parmi les chercheurs, notamment Dominique Collon et Gary Howard Oller, pour confirmer qu'Idrimi passa alliance avec le Roi du Kizzuwatna, Pilliya (v.1480-v.1450) et qu'il envahit des territoires au Nord appartenant aux Hittites. Selon Collon et Edward L.Greenstein, il attaqua le territoire Hittites et prit sept villes sous leur protection, non identifiées. L'inscription de sa statue précise qu'il utilisa le butin de ce raid pour se construire un nouveau palais. Cela dit il est possible que simplement Idrimi prit des esclaves et d'autres marchandises commerciales dans ses raids sur les sept villes comme butin pour restaurer son propre pouvoir. Gary Howard Oller donne une certaine validité à l'existence des villes citées dans le raid d'Idrimi en mentionnant deux de ces sept villes du Hatti : Zaruna et Hassuwa (ou Hassu ou Hasu), villes Hourrites, à l'Ouest de l'Euphrate, proche de Milid (ou Melid ou Arslantepe dans les faubourgs de Malatya aujourd'hui), qui sont également citées dans les annales de l'Empereur Hittite Hattousili I (ou Hattusili, v.1650 à v.1620), qui s'en était emparées récemment et qui dut les défendre contre Idrimi.
 
   L'inscription de la statue précise ce qu'Idrimi fit avec son butin : Il retourna en Mukish dans sa capitale Alalah avec des captifs et des biens, et toutes les possessions ramenées du Hatti.... Il construisit un palais.... Il fit de ses frères des frères royaux, ainsi que leurs fils et leurs proches parents.... Les habitants dans son pays vécurent en toute sécurité... Ceux qui n'avaient pas de logement il les installa..... Puis il réorganisa les terres, et fit de magnifiques villes... Tout comme ses ancêtres il établit des rites réguliers pour les Dieux d'Alalah... Ces choses que j'ai faites je les ai confié mon fils Adad-Nirâri (Adad-Nerari)... Ce dont on est pratiquement sur, en se basant sur le texte de la statue, c'est qu'Idrimi se servit du "butin de guerre" des sept villes, en particulier des objets de valeur, pour aider à financer la reconstruction de celles-ci. Il est très probable qu'en échange ces cités devinrent en partie vassales du royaume d'Alalah.

 


 

Traité d'échange d'esclaves entre
Idrimi et Pilliya - vers 1480 -
British Museum

Les  sources

 
   Trois sources ont été découvertes par l'archéologue Britannique Leonard Woolley dans le niveau IV (Bronze final à la mi-XVe siècle vers 1450) des archives du palais d'Alalah et proviennent de la collection au British Museum :
 
• La statue : Une inscription autobiographique en Akkadien sur base de la statue d'Idrimi. Elle fut trouvée à Alalah au niveau 1 (Vers 1200) d'une fosse d'un temple sur le site de Tell Atchana dans le Nord de la Syrie. La première partie de l'inscription raconte les circonstances dans lesquelles Idrimi fuit Alep. Il est à noté que cette statue fut découverte dans un niveau d'occupation datant de plusieurs siècles après la date à laquelle Idrimi est censé avoir vécu, il y a donc un débat entre les spécialistes sur la véracité de ces histoires. Néanmoins, des dates sur des tablettes archéologiques nous disent que Niqmepa (ou Niqmepuh, v.1430), 2e fils d'Idrimi, qui succéda à son frère, Adad-Nirâri (Adad-Nerari, v.1450 à v.1430) fut contemporain de l'Empereur du Mitanni Shaushtatar I (ou Shaushatar ou Sausatatar ou Shanshatat, v.1440-v.1410), ce qui semble soutenir qu'Idrimi aurait été contemporain de Parattarna (ou Barattarna), le proche prédécesseur de Shaushtatar I.
 
• Tablette 1 : Cette tablette fut mise au jour dans les fouilles par Leonard Woolley entre 1936-1949 à Tell Atchana dans le Nord de la Syrie. Elle remonte à 1500-1450. Elle contenait un sceau royal d'Idrimi et révèle un accord que le Roi fit pour les cotisations annuelles d'or et de moutons à lui payer à lui ou à son successeur. Elle contenait également les comptes du Roi des cadeaux, de l'argent et d'autres formes d'hommage, comme du bétail, venant de diverses villes. La tablette suggère qu'Idrimi non seulement exerça un pouvoir absolu dans Alalah, mais également que le Roi avait exercé une certaine indépendance par sa propre autodéification.
 
• Tablette 2 : Cette tablette fut mise au jour dans les fouilles à Tell Atchana dans le Nord de la Syrie entre 1936-1949 et remonte à vers 1480. Elle contient plusieurs textes qui révèlent des traités échangés avec d'autres vassaux du Mitanni, dont le Roi du Kizzuwatna, Pilliya (v.1480-v.1450). Selon Donald L. Magetti, le traité avec ce dernier fut en partie influencé, à la manière des serments dans l'Empire Hittite, par la volonté des deux parties de montrer leur force et leur loyauté l'un envers l'autre en tant que leaders, face au Mitanni. Cela dit il fait aussi valoir que le traité exigeait qu'il soit approuvé par Parattarna (ou Barattarna). Le traité spécifiait également un échange d'esclaves entre les deux Rois et comment se dérouleraient les raids en territoire Hittite. Ce qui suggère qu'Idrimi ne mena pas de raids au Kizzuwatna afin de gagner la faveur de Pilliya qui était le plus grand ennemi des Hittites.

 

Bibliographie

 
   Pour d'autres détails sur le Roi voir les ouvrages de :
 
Giorgio Buccellati :
- La "carriera" di David e quella di Idrimi, re di Alalac, pp : 95-99, rivista trimestrale, Anno 4, Bibbia e Oriente, 1962.
Cemil Bülbül :
- İdrimi Zamanında Alalah Krallığı. The Alalakh kingdom during the reıgn of Idrımi, pp : 15-27, International Journal of History 2, History Studies, 2010.
Dominique Collon :
- The Alalakh cylinder seals, Oxford, 1982.
- Ancient near eastern art (1 ed.), University of California Press, Oakland, 1995 - 2015.
Manfred Dietrich et Oswald Loretz :
- Untersuchungen zu statue und inschrift des königs Idrimi von Alalah, Die inschrift der statue des königs Idrimi von Alalah, pp : 201-268, Ugarit-Forschungen 13, Janvier 1981.
Amir Sumaka'i Fink :
- Where was the statue of Idrimi actually found ? The later temples of Tell Atchana (Alalakh) revisited, pp : 161-245, Ugarit-Forschungen 39, Janvier 2007.
- Late bronze age Tell Atchana (Alalakh): Stratigraphy, chronology, history, British Archaeological Reports, Archaeopress, Oxford, 2010.
John Gee :
- Abraham and Idrimi, Journal of the Book of Mormon and other Restoration Scripture 22, N°1, 2013.
George jr Giacumakis :
- The Akkadian of Alalah, Mouton, The Hague, Paris, 1970.
Albrecht Goetze :
- Alalaḫ and Hittite chronology, Cambridge, 1957.
Edward L.Greenstein et David Marcus :
- The Akkadian inscription of Idrimi, pp : 67–68, Journal of the Ancient Near Eastern Society 8, N°1, Columbia University, New York, 1976.
Horst Klengel :
- Untersuchungen zu statue und inschrift des königs Idrimi von Alalah : Historischer kommentar zur inschrift des Idrimi von Alalah, pp : 269-278, Ugarit-Forschungen 13, 1981.
Amélie Kuhrt :
- The Ancient near east 3000-330 BC, Routledge, New York, London, 1955.
Tremper Longman :
- Fictional Akkadian autobiography : A generic and comparative study, Ind. : Eisenbrauns, Winona Lake, 1991.
Gary Howard Oller :
- The autobiography of Idrimi: A new text edition with philological and historical commentary, University of Pennsylvania, UMI Dissertations Publishing, ProQuest, 1977 - University Microfilms International, Ann Arbor, 1978.
Sidney Smith :
- Alalakh and chronology, Luzac and Co., London, 1940.
- The Statue of Idri-Mi, Harrison, London, 1949.
Marc Van De Mieroop :
- A history of the ancient near east ca. 3000 - 323 BC, 2 ed., Wiley-Blackwell, London, 2006.
Jordi Vidal :
- Summaries on the young Idrimi, pp : 77-87, Scandinavian Journal of the Old Testament 26, N°1, 2012.
Eva Von Dassow, David I.Owen et Gernot Wilhelm :
- State and society in the late Bronze Age : Alalah under the Mittani Empire, CDL Press, Bethesda, Md., 2008.
Donald John Wiseman :
- The Alalakh tablets, British Institute of Archaeology at Ankara, Londres, 1953.
- Some aspects Babylonian influence at Alalah, Geuthner, Paris, 1962.
Charles Léonard Woolley :
- Alalakh, an account of the excavations at Tell Atchana, Oxford, 1955.
- Un royaume oublié, Editions Albin Michel, Paris, 1964.
- The ancient near eastern world, Oxford, 2005.

 

Copyright © Antikforever.com