Quelques Reines importantes :
Méritaton
Ânkh(t)Khéperourê 
1338-1336/1335

 

Nous avons besoin de vous

....Retour à la liste des Reines

 

Sommaire
 

Ses titres, sa titulature
Son origine
Son histoire
Sa sépulture
Bibliographie

 

DATES  de  RÈGNE

 1338-1336/1335

  N.Grimal, I.Shaw
1351-1348  E.Hornung, R.A.Parker
1346-1343  A.M.Dodson
1342-1340  C.Aldred, K.A.Kitchen
1337-1334  S.Quirke
1336-1335  R.Krauss
1336-1334  E.F.Wente
1336-1332  W.J.Murnane
1324-1319  H.W.Helck
1324-1321  D.Sitek
 
(Smenkhkarê Néfernéferouaton)
1338-1336  J.Malek
1337-1333  J.von Beckerath

 

Ses titres
 

Fille du Roi de son corps sa bien aimée (sAT-nswt kht.f-mryt.f) ; Grande Épouse Royale (Hmt-nswt wrT).
 

Titres complets sur certains monuments d'Amarna

 
Fille du Roi de son corps, sa bien-aimée Méritaton, née de la Grande Épouse Royale, son aimée, Maîtresse [Souveraine] des Deux Terres (Néfernéferouaton), est vivante.
(sAT-nswt-nt-kht.f-meryt.f - mrit-itn - ms-n-hmt-nswt-wrt-meryt.f-nbT-tAwy - itn-nfr-u-nfr-tyit - anx-s)

 

Sa titulature

  • ..................

  • ..................
  • ..................
  • anx(t)xprw-ra nfr-nfrw-itn
     
  • Acenchêrês  ou  Acherrês  ou  Achencherês  (Manéthon)

 

Nom de Roi
 
Ânkh(t)Khéperourê
(Les manifestations de Rê sont vivantes)
anx(t)xprw-ra
 
Néfernéferouaton
(Belle est la perfection d'Aton) ou
(Parfaite est la beauté d'Aton)

nfr-nfrw-itn
Nom de naissance Méritaton
(Aimée d'Aton)
mrit-itn

 

Son origine, la succession d'Amenhotep IV


 

Statue d’un Roi non
identifié de la XVIIIe dynastie, peut-être
Ânkh–Khéperourê / Méritaton
- Musée du Louvre

 

   Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton est le 11e Roi de la XVIIIe dynastie. Manéthon, appelle le successeur d'Amenhotep IV, Acenchêrês (Flavius Josèphe) ou Acherrês (Africanus) ou Achencherês (Eusebius), qui serait une mauvaise transcription d'Ankh-Khéperourê. Il lui compte 12 ans et 1 mois de règne (Josèphe Flavius) ou 32 ans (Africanus) ou 16 ans (Eusebius). Il ne figure pas sur les Tables d'Abydos. Il y a une très grande polémique entre les spécialistes sur l'identité de ce souverain. Ce qui est à peu près certain aujourd'hui, c'est que c'est une Reine qui succède à Amenhotep IV (ou Akhénaton, sous le nom d'Ânkh(t)Khéperourê Néfernéferouaton, dans une confusion politique et militaire catastrophique pour le pays, due à l’offensive des Hittites. Les égyptologues appuient cette théorie sur le fait que le nom de Roi Ânkh(t)Khéperourê Néfernéferouaton, possède presque toujours des déterminatifs féminins. Outre les différences de transcription des noms en hiéroglyphes, d'autres indices montrent que nous avons à faire à une femme.
 
   La tombe de Toutânkhamon possédait un trésor incalculable, cependant une étude attentive du contenu de celle-ci démontre, sans le moindre doute, que de nombreux objets furent réalisés non pas pour le jeune Roi, mais pour ses prédécesseurs. Si quelques uns portent le nom de Semenkhkarê, la plupart indique une femme sur les textes. Cette "presque" agrégation est relativement récente, car depuis le début de l'égyptologie et la découverte des cartouches au nom d'Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton dans la tombe de Mérirê II à Amarna par Karl Richard Lepsius et d'un graffito dans la tombe à Sheikh Abd el-Gourna, TT139 du Grand-Prêtre d'Amon Pairi (ou Pairy), les égyptologues, avec en tête Percy Edouard Newberry, pensaient que ce Ânkh-Khéperourê était le seul Roi succédant à Amenhotep IV, qu'ils rangeaient sous le nom de Semenkhkarê. Depuis peu, plusieurs autres propositions on été faites par les spécialistes.

 

Son histoire et les hypothèses sur son identité

 
   Ce fut donc une Reine qui succéda à Amenhotep IV, mais il y a un très grand débat des spécialistes sur : Qui est cette Reine ?. Certains égyptologues avancent qu'il s'agit de Néfertiti ?. Un autre vocable attribué à la souveraine mystérieuse est Néfernéferouaton, qui est aussi le nom de naissance de Néfertiti. Son nom complet devient en l'an 3 du règne d'Akhénaton lorsqu'elle l'épouse, Néfernéferouaton-Néfertiti. Selon quelques égyptologues Néfertiti aurait bien régné après le décès d'Akhénaton. Dans son palais, on a retrouvé des jarres qui porteraient comme indication : l’an 1 de Néfertiti ? (Cette idée est loin de faire l'unanimité). Erik Hornung pense lui que ce rajout à son nom est plus une sorte de prénom donné à la Reine.
 


 

Fragment d'oushebti appartenant à
une Reine Amarnienne ayant
régné. Ânkh–Khéperourê /
Méritaton ? - Musée du Louvre

   Autre hypothèse, qui est la plus fréquemment retenue, cette Reine est Méritaton (ou Mérytaton ou Meritaten, la version masculine serait Mériaton, ou Méritamon), la fille aînée d'Amenhotep IV (ou Akhénaton), qui naît en l’an 3 (ou 4) de son règne, qu’il épousa et qui après la disparition de Néfertiti serait devenu, de ce fait, Grande Épouse Royale, puis Corégente, puis Reine, à peine âgée de quinze ans ?. À Amarna, une stèle commémorative la désigne, à cette époque, comme l’unique fille du Roi, ce qui est étrange car il semble que deux autres de ses jeunes sœurs étaient encore en vie. Elle ne figure pas sur les Tables d'Abydos. Le rôle important de Méritaton au sein de la famille royale est cependant largement attesté par l'iconographie Amarnienne. De plus, les lettres d'Amarna, tablettes d'ordre diplomatique qui étaient en fait la correspondance échangée par les souverains d'Égypte avec leurs homologues des grandes cours étrangères de l'époque, nous informent qu'une Mayati (que Marc Gabolde identifie à Méritaton) connait une ascension rapide à la cour Égyptienne. Cette montée rapide en puissance semble indiquer la disparition de Néfertiti de la scène politique.
 


 

Statuette en bois
de Semenkhkarê
Musée de l'Égypte
- Monaco

   On a constaté sur les représentations datant de la fin du règne de son père, l'absence de sa mère lors des cérémonies religieuses, à cause peut-être d'une mauvaise santé ?. Son nom est très souvent écrit avec le déterminatif "femme" alors qu'elle est encore très jeune, ce qui peut faire penser qu'elle officiait symboliquement dans les cérémonies religieuses avec le statut de Reine lorsque sa mère était absente. C'est au cours des dernières années du règne d'Amenhotep IV que le déterminatif "femme" est devenu "Reine".
 
   La seule interprétation fiable de la fin du règne du Pharaon ne peut aujourd'hui se faire que sur la correspondance du souverain avec les autres dirigeants des royaumes de l'époque. Celle-ci se constitue, comme expliqué plus haut, du corpus de 380 tablettes appelées "lettres d'Amarna" écrites pour la plupart en Akkadien, mais aussi en Hourrite, en Assyrien ou bien encore en Hittite. Ces textes nous informent sur les relations diplomatiques, politiques et commerciales entre les États.
 
   Les relations avec les Hittites se sont énormément dégradées au point qu'Akhénaton enverra une armée pour secourir ses vassaux du moyen Orient attaqués par ces derniers, mais elle arrivera trop tard. La situation à Amarna semble elle aussi très tendue du fait de la politique religieuse du Pharaon. En l'an 13/14 de son règne, n'ayant surement plus confiance en son entourage, de plus Néfertiti étant semble t-il disparue à cette date, Akhénaton aurait alors placé tous ses espoirs en sa fille Méritaton, identifiée à Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton, que le souverain nomme comme Corégente. Il l'épouse, à l'âge de 13-14 ans et en fait sa Grande Épouse Royale. Cette "promotion" peut, là encore, signifier que Néfertiti n'est plus présente à la cour.
 
   Le Roi de Babylone, Kurigalzu II (1345-1324) nomme Méritaton dans sa correspondance (EA10) au départ "Votre fille Mayati", puis dans une autre lettre il utilise une autre forme pour désigner Méritaton où les spécialistes ne savent pas si le Babylonien s'adresse à une Reine, ou à un haut dignitaire. Dans la lettre EA155, un des vassaux d'Akhénaton se dit le serviteur de "Mayati dont Tyr est la ville". C'est sur ces quelques affirmations que les égyptologues ont déduit que Méritaton était devenue l'épouse de son père et malgré son jeune âge, sa représentante diplomatique.
 


 

Masque en plâtre, trouvé à
Amarna, d'une tête royale,
sûrement Méritaton -
Ägyptisches Museum - Berlin

   Après la mort du Pharaon (an XVI/XVII) le nom d'Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton est attesté aussi sur des blocs Amarniens qui furent mis au jour à Hermopolis Magma. Cependant ce qui est étrange c'est que le nom d'Ânkhesenpaaton (Future Ânkhesenamon) lui est associé sans toutefois que leur relation soit précisée. Si Méritaton est le souverain Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton de cette époque, sa sœur Ânkhesenpaaton remplissait alors peut-être le rôle de l'épouse ?. Toutefois le changement de nom et de prénom de Méritaton reste un mystère. Beaucoup d'énigmes donc sur cette succession, qui apportent un grand nombre d’hypothèses, le débat reste ouvert.
 
   Qui que fut cette Reine, on voit apparaître au début de son règne (an II), un Roi au nom de Semenkhkarê. Avec lui aussi on assiste à des divergences d'opinions entre les spécialistes. Selon certains (et ils sont une large majorité), ce fut un Prince, au nom de Zananza (ou Zannanza), qui épousa la Reine et "régna" avec elle sous le nom de Semenkhkarê. Zananza fut un des fils de l'Empereur des Hittites, Souppilouliouma I (1355-1322). Des archives découvertes dans la capitale de ce peuple, Hattousa, évoquent une Reine d'Égypte, qui après la mort de son époux, s’adressa à l'Empereur Souppilouliouma I, le suppliant de lui envoyer un de ses fils pour qu’elle l'épouse.

 
   Après des hésitations et au moins deux voyages d'émissaires en Égypte pour vérifier les faits et s'assurer qu'il n'existait pas de descendant pouvant prétendre au trône, l'Empereur Hittite décida d'envoyer son fils. Cette union, (si elle a eu lieu) est évidemment faite dans l’esprit d’apaiser le conflit avec les Hittites, où les Égyptiens étaient à coup sur perdants. Si l'histoire s'est bien déroulée ainsi, on peut alors penser que ce Prince Zananza serait arrivé lors de la deuxième année de règne de Méritaton.
 
   Mais une minorité de spécialistes arguent le fait qu'il n'y a pas de certitude que ce soit Méritaton qui est présentée cette demande à l'Empereur Hittites. De quelle Reine alors s’agit-il ?. Selon Carl Nicholas Reeves c'est Néfertiti, d’autres avancent que ce fut Ânkhesenpaaton (ou Ânkhesenamon), la jeune épouse de Toutânkhamon, qui à la mort de celui-ci ne voulait pas d’un mari Égyptien ?, mais pourquoi ?.
 
   Une autre hypothèse rencontrée est que Semenkhkarê (De son nom de naissance) serait le fils d'Amenhotep IV, il aurait assuré avec lui une corégence de deux ans avant de lui succéder. Comme preuve, une stèle retrouvée à Amarna qui représenterait Semenkhkarê portant la couronne de Basse-Égypte et Amenhotep IV portant la double couronne ?. Ce qui est sûr c'est que le Roi Semenkhkarê ne "règne" que quelques mois, à Amarna, l’unique scène le représentant, dans la tombe de Mérirê II, est inachevée, preuve de sa brièveté. On ne connaît pas les raisons de sa mort. Marc Gabolde, suite à ses conclusions, prétend qu'il na jamais régné, il pourrait avoir raison.
 


 

Statuette d'une "femme Roi" de la
XVIIIe dynastie qui régna avant
Toutânkhamon, mais que ce
dernier usurpa - Musée du Louvre

   Ânkh-Khéperourê/Méritaton reprend alors seule le pouvoir, mais pour peu de temps semble t-il. La trace de la date la plus haute de son règne d'après un graffito Thébain est l'an 3. Elle renonce à l'Atonisme instauré par son père au profit de l’ancien clergé d'Amon. La Reine avait un Prêtre d'Amon dans son temple funéraire à Thèbes. Fin de l’an 3, elle rétablit Thèbes comme capitale dynastique, que son successeur Toutânkhamon laissera pour Memphis. Elle meurt (? en tout cas disparaît) cette même année, s'il s'agit de Méritaton, à l’âge de dix-sept ans, mais on n'en connaît bien sûr pas la raison. Si l'on atteste cette chronologie proposée par Marc Gabolde, qui acceptée par la plupart des égyptologues, on a en résumé l'histoire ainsi :
 
À la mort d'Akhénaton le règne d'une femme Roi identifiée à Méritaton, puis au cour de l'an 2 de son règne, un règne conjoint avec Semenkhkarê son époux (?), puis reprise du pouvoir par Méritaton avec une installation à Thèbes, puis juste après mort de la Reine. Un sérieux indice plaide pour cette reconstitution, une rondelle en or (Carter 46gg) provenant du tombeau de Toutânkhamon où dessus figurent deux cartouches parfaitement lisibles : Ânkh-Khéperourê et Méritaton. Le sens de lecture étant identique pour les deux artéfacts les spécialistes en déduisent qu'il s'agit d'un Roi unique.
 
   Reste à savoir pourquoi ce n'est pas directement Toutânkhamon qui succède à son père ?. Peut-être son trop jeune âge, 5 ou 6 ans, dans une période de troubles et de risque de guerre avec les Hittites. Il est sur que Méritaton était plus âgée et qu'elle avait déjà à Amarna la notoriété requise auprès des vassaux, puisque Grande Épouse Royale. De plus on peut porter à son profit le fait qu'elle possédait une certaine expérience du pouvoir. Selon quelques spécialistes Méritaton aurait eu une fille de son union avec Semenkhkarê, Méritaton Tasherit, mais là encore rien n'est certain.

 

Sa sépulture

 
   La tombe d'Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton / Méritaton reste à découvrir, quelques spécialistes s'avancent sur le fait qu'il y aurait une relation avec les récentes découvertes de momies retrouvées dans la tombe KV35 et des cercueils vide de la tombe KV63. La mémoire d'Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton / Méritaton a subit beaucoup d'usurpation car sur de nombreux objets son nom fut effacé pour être réattribué notamment à Toutânkhamon.
 

 Pour plus de détails voir l'article sur : La tombe KV35 et KV63

 

Bibliographie

 
   Pour d'autres détails sur la Reine voir les ouvrages de :
 
Peter A.Clayton :
- Chronicle of the Pharaohs : The reign-by-reign record of the rulers and dynasties of ancient Egypt, Thames and Hudson, New York, 1994, 1996, Novembre 2006 et janvier 2007 - American University in Cairo Press, Le Caire, 2006 - En Français, Avec Florence Maruéjol, Chronique des pharaons : L'histoire règne par règne des souverains et des dynasties de l'Égypte ancienne, Casterman, Paris, 1994 et 1995.
Aidan Marc Dodson :
- Amarna sunset : Nefertiti, Tutankhamun, Ay, Horemheb and the Egyptian counter-reformation, The American University in Cairo Press, 15 Novembre 2009.
- Amarna Letters : Essays on Ancient ca. 1390-1310 B.C., KMT Communications, San Francisco, 1994.
Marc Gabolde :
- Baketaton fille de Kiya ?, pp : 27-40, BSEG 16, Genève, 1993.
- D'Akhénaton à Toutânkhamon, CIAIA 3, Lyon, Paris, 1998 et Inst. Arch. Hist. Antiquité, 2000.
- Akhénaton : Du mystère à la lumière, Collection : Découvertes, Éditions Gallimard, Paris, Novembre 2005.
Christian Leblanc :
- Reines du Nil au Nouvel Empire, Bibliothèque des introuvables, Juillet 2010.
Christiane Ziegler, Hartwig Altenmüller et Marine Yoyotte :
- Reines d'Égypte : D'Hetephérès a Cléopâtre, et en Anglais, Queens of Egypt : From Hetepheres to Cleopatra, Somogy, Paris, Juillet 2008 et Grimaldi forum, Monaco, Octobre 2008.

 

....Retour à la liste des Reines Retour à la XVIIIe dynastie......

 

 
Pour voir correctement les translittérations des noms en Égyptien
vous pouvez télécharger et installer la police de caractère jointe.
  Copyright © Antikforever.com