Période des Colonisations
de la Mésopotamie

539 av.J.C  à  636 ap.J.C
 

Nous avons besoin de vous

 

Des  Perses  Achéménides   de  539  à  330

   Après la mort de Nabuchodonosor II (605-562) et pendant la période de trouble qui s’en suivit, la Perse devint un Empire très puissant. Le Roi Achéménide, Cyrus II le Grand (559-529) prit Babylone, en 539 et ses derniers Rois, Nabonide (556-539) et Balthazar (Bêl-Shana-Usur) finirent leurs jours en captivité. Cyrus II fut accueillit comme un libérateur et la Babylonie devint une satrapie Perse. Les rapports et le commerce avec l’occident furent favorisés grâce à la route impériale qui relia Éphèse à Suse, et l'Araméen fut la langue officielle. La tolérance des premiers Rois Perse amena le retour en Palestine d'une partie des Juifs exilés à Babylone par les Rois Chaldéens, mais une importante colonie Juive continuera à vivre en Babylonie où se situera plus tard le centre culturel du Judaïsme. La Babylonie, profitant du laisser-aller des Rois Perses, se révolta et le Roi Chaldéen, Nabuchodonosor III prit le pouvoir en 522. Ce renouveau fut de courte durée, le Roi Perse, Darius I (522-486) assiégea Babylone et écrasa la révolte. Son fils, Xerxès I (486-465) arrêta la politique de tolérance, Babylone fut pillée et sa population déportée. (Voir Perses).

 

Des  Macédoniens  –  Des  Séleucides  de  330  à  141

   Les cent trente années qui suivirent le règne de Xerxès I, ne furent que, luttes de pouvoir aussi bien intérieures qu’extérieures et révolutions de palais. Elles eurent pour conséquence d’affaiblir petit à petit la puissance Perse (Voir Achéménides). À la même époque, en Macédoine, les Rois Philippe II (359-336) et surtout son fils Alexandre le Grand (336-323), se constituaient un Empire jusqu'en Asie Mineure. Alexandre s’attaqua à la Mésopotamie où le Perse, Darius III ne put résister. Il prit Babylone en 330 et mit fin de ce fait à l’Empire Achéménide. Alexandre mourut en 323 à son retour des Indes. Constituée en satrapies, la Mésopotamie fut, deux ans plus tard intégrée au royaume des Séleucides. Mais les "successeurs" d'Alexandre gouvernèrent très mal depuis leur capitale Antioche, cette partie de l’Empire qu’ils avaient reçu en héritage.
 
   La Mésopotamie, qui ne subit pas une Hellénisation trop marquée, entra dans une période de décadence, seul quelques Juifs établit en Babylonie s’occupèrent encore des problèmes religieux. Les Séleucides gouvernèrent comme les Achéménides, au moyen de satrapies, mais le manque d’implication des Rois offrit la possibilité à certains Satrapes de devenir très puissant et se détacher peu à peu de l’emprise Séleucide. Un de ceux-ci, le Parthe (Sud de la Caspienne), Arsace I fonda vers 250 la dynastie des Arsacides et commença son extension. (Voir Perse, Parthes).

 

Des  Parthes  de  141  av.J.C  à  114  ap.J.C

   La véritable extension des Parthes se fit surtout sous leur Roi Mithridate I (171-138) qui conquit la Bactriane, la Médie, l'Élam, la Perse et enfin la Mésopotamie en 141, ce qui mit fin à l’Empire Séleucide qui se retrouva retranché sur la Syrie, s'ou le nom quelques fois de royaume Syrien. Sous Mithridate II (124-88) les frontières allèrent jusqu’au Nord de la Mésopotamie. En 53, la progression des Parthes fut freinée sur l'Euphrate à Harran (ou Carrhae) où leur Roi Orodès II (54-38) se heurta aux légions Romaines. La cavalerie Parthe infligea une cuisante défaite à l’infanterie Romaine à la bataille d'Harran. Un traité de paix fut signé et l'Euphrate fut choisit comme frontière entre les deux Empires. (Voir Perse, Parthes)

 

Des  Romains  de  114  à  117 

  En 114 ap.J.C, l'Empereur Romain Trajan (98-117) profitant de l’affaiblissement des Parthes, fit une nouvelle incursion en Mésopotamie et prit leur capitale Ctésiphon. Il divisa la Mésopotamie en deux provinces Romaines : l'Assyrie, territoires rive gauche du Tigre et Mésopotamie qui allait jusqu’au golf Persique.

 

Des  Parthes   de  117  à  224

  En 117 ap.J.C, l'Empereur Romain Hadrien (117-138) désireux de sauvegarder la paix, laissa les conquêtes faites par son prédécesseur au-delà de l'Euphrate et rendit les deux provinces aux Parthes en fixant de nouveau la frontière entre les deux Empires à l’Euphrate. Un siècle passa sans que les possessions Parthes soient menacées. Les Rois profitèrent de cette accalmie pour reconstruire les temples et les murailles, mais des conflits au sein de la famille royale firent se détériorer la situation. Des problèmes surgirent aussi à l'Est où le Kushana se constitua en tant que force. Le dernier Roi Parthe, Artaban V (216-224) fut renversé en 227, par Ardachêr I (224-241), fondateur du nouvel Empire Perse des Sassanides. (Voir Perse, les Sassanides).

 

Des  Perses Sassanides  et  des  Romains   de  224  à  636

  En 224, le Perse Sassanide (originaire du Fars), Ardachêr I (224-241), fondateur du nouvel Empire renversa la dynastie Parthe. La Mésopotamie changea une nouvelle fois de main. L’Emprise des Sassanides sur ce territoire leur échappa de 262 à 273 au profit du royaume de Palmyre, ancienne colonie Romaine constituée en état, qui s’illustra par les conquêtes de son Roi Odénath (ou Lucius Septime Odénat ou Odaenathus, v.250-267) et son épouse Zénobie, avant d’être renversé, en 272/3, par l'Empereur Romain Aurélien (269-275).
 
   La Mésopotamie échappa une nouvelle fois aux Sassanides. Le Roi Narsès (294-302) reprit la lutte mais il fut battu par l'Empereur Romain Dioclétien (284-305), il dut lui céder divers territoires, dont la Mésopotamie et l'Arménie dont il était Roi avant de prendre le trône Sassanide. À l’époque Byzantine la lutte se poursuivit pour la possession de la région entre Romains et Perses, notamment à Nisibe (ou Nisibis ou Nusaybin ou Nisibia ou Nisibin, ville dans la province de Mardin, au Sud-est de la Turquie) et Édesse.

 

Des  arabes  à  partir  de  636

  En 620, l'Empereur d'Orient Héraclius I (610-641) repoussa les Perses Sassanides sur l'Euphrate et détruisit en 623 leur armée près de Ninive. Il rapporta à Jérusalem la vraie Croix restituée par les Perses en 630. En revanche quelques années plus tard, il ne put faire face à l’invasion des arabes qui occupèrent toute la Mésopotamie et lui donnèrent le nom de : Iraq Al Arabi.

 

 
  Copyright © Antikforever.com