Les   Séleucides
de  305  à  64  av.J.C
 

Nous avons besoin de vous

 

  Pour plus de détails voir aussi :  Apamée sur l'Oronte - Doura Europos - Séleucie sur le Tigre -

Laodicée - Séleucie de Piérie - Antioche - Les Reines Séleucides

 

......Retour
Liste des
Rois Séleucides

  

   Séleucos V Philométor ("Qui aime sa mère", en Grec : Σέλευκος Ε΄ Φιλομήτωρ, 125) fut le fils aîné de Démétrios II Nikatôr et de la Reine Cléopâtre Théa et naquit selon les sources entre 146 et 140. L'épithète Philométor "Qui aime sa mère" dans le monde hellénistique est en général indiqué lorsquee la mère a agi comme Corégent. En Mars 125, lorsque Démétrios II voulut s'enfuir par mer, dans sa lutte contre le prétendant au trône Alexandre II Zabinas, Cléopâtre Théa le fit tuer à bord de son navire, près de Tyr. Cependant, maintenant qu'elle avait pris le pouvoir elle dut composer avec les autres courtisans et prendre une décision sur le prochain Roi. Il y avait trois candidats : Séleucos V qui allait bientôt être majeur, Antiochos VIII Gryphos (2e fils de Cléopâtre et Démétrios II) et Antiochos IX Cyzique (le fils de Cléopâtre et Antiochos VII). Pratiquement l'unanimité alla sur Séleucos V. Cependant ce n'était pas le choix de sa mère et elle le fit assassiner peu après son avènement, pour mettre sur le trône son second fils, Antiochos VIII Gryphos. Elle fit tuer Séleucos V par un archer, ou poignardé selon Appien d'Alexandrie (Historien Grec, 90-v.160). Deux motifs sont donnés comme raisons à cet acte : Selon une version, Séleucos V, juste majeur, aurait tenté de revendiquer le trône sans l'accord de Cléopâtre, l'autre version, la Reine avait peur qu'il puisse venger l'assassinat de son père.
 

   Alexandre II Zabinas ("l'Acheté" ou "Le vendu", en Grec : Αλέξανδρος Β΄Ζαβίνας), 126 à 123/122) fut un usurpateur du trône Syrie qui profita du chao à la mort de Démétrios II Nikatôr pour se proclamer Roi. Alexandre II Zabinas n'était pas un Séleucide mais il prétendait être un fils d'Alexandre I Balas, adopté par d'Antiochos VII, en fait, il fut le fils d'un marchand fripier Égyptien d'Alexandrie, nommé Protarcos (ou Protarchus ou Prôtarkhos). Antioche, Séleucie de Piérie, Apamée sur l'Oronte et plusieurs autres villes, dégoûtées par la tyrannie de Démétrios II Nikatôr, reconnurent l'autorité d'Alexandre II. Il fut utilisé comme un pion par le Roi d'Égypte Ptolémée VIII Evergète II Tryphon (144-116) qui le soutint, mais qui en fait se servit de lui comme un moyen de se venger du Roi légitime Démétrios II, qui avait soutenu sa sœur Cléopâtre II contre lui dans la complexité des querelles dynastiques de son pays. Zabinas avec l'aide de l'Égypte ne "régnait" que sur une petite partie de la Syrie et, très vite, une fois Démétrios II abattu, il manqua de soutien de la part des Égyptiens.


 

Tétradrachme d'Alexandre II Zabinas

  
   En dépit de l'appui du souverain des Juifs l'Hasmonéen Jean Hyrcan I (134-104), Alexandre II Zabinas ne fut pas en mesure de conquérir la totalité de la Syrie où le fils de Démétrios II et de la Reine Cléopâtre Théa, Antiochos VIII Gryphos, succéda légitimement, en 125, à son père et voulut récupérer son trône. Zabinas fuit vers la capitale Séleucide Antioche où il pilla plusieurs temples. Il aurait dit en plaisantant au sujet de la fonte d'une statuette de Zeus "Zeus m'a donné la victoire". Furieux de son impiété les habitants d'Antioche jetèrent Zabinas hors de la ville. Il tomba rapidement entre les mains les mains d'Antiochos VIII Gryphos qui le fit mettre à mort en 122. Le nom "Zabinas" signifie "Achat d'esclaves", il lui fut appliqué suite à un rapport qui disait qu'il avait été acheté par Ptolémée VIII comme esclave. Pour des raisons inconnues, Alexandre II Zabinas fut le seul des souverains Séleucides à ne pas utiliser d'épithètes sur sa monnaie.
 

   Antiochos VIII Gryphos Philométor (ou Grypus ou Griffin "Nez crochu, Qui aime sa mère", en Grec : Αντίοχος Η' Γρυπός Φιλομήτωρ, 125 à 96) fut Roi de Syrie de 122 à 114 puis co-Roi de 114 à 96 avec son demi-frère Antiochos IX. On lui trouve aussi les épithètes : Kallinikos "le Victorieux" (ou Callinicus ou Callinicos, en Grec : Καλλίνικος) et Épiphane "l'Illustre" (En Grec : Επιφανής). Il est parfois surnommé Aspendios ou Aspendos. Après la mort de son père Démétrios II Nikatôr, en Mars 125, ce fut son frère Séleucos V Philométor qui fut nommé Roi, cependant leur mère Cléopâtre Théa le fit assassiner et assura elle-même la direction (125-120) du royaume. Toutefois afin d'éviter de troubler la population elle associa à son règne Antiochos VIII. Après avoir tué en 123/122 l’usurpateur Alexandre II Zabinas, Antiochos VIII manifesta des velléités d'indépendance. Cléopâtre Théa tenta, vers 121, de s'en débarrasser en l'empoisonnant. En Août 121, soupçonneux, le Roi refusa la coupe de vin que sa mère lui offrait. Comme Cléopâtre Théa insistait, il la força à la boire elle-même et elle décéda. Cette histoire fut surement inspirée par le fait qu'Antiochos VIII s'intéressait à la toxicologie.


 

Tétradrachme d'Antiochos VIII et Cléopâtre Théa

 

   Quelques poèmes sur les plantes toxiques semblent avoir été écrits par lui et sont cités par le célèbre médecin Grec Claude Galien (ou Claudius Ælius Galenus ou Galien de Pergame, v.129-v.201). Désormais seul maître du royaume, Antiochos VIII passa son temps à écrire des poèmes. En 115/114, Antiochos IX, que Cléopâtre Théa avait eut d'Antiochos VII Évergète Sidêtês, et qu'elle avait envoyé à Cyzique pour le protéger, revint en Syrie et revendiqua le trône. Il fut aidé en cela par l'armée de son épouse Cléopâtre IV, la fille aînée du Roi d’Égypte Ptolémée VIII Evergète II Tryphon (144-116) avec qui il s'était allié. Antiochos IX occupa la partie méridionale de la Syrie et en 113, il s'empara d'Antioche. Cependant Antiochos VIII poursuivit la lutte et peu de temps après, il battit son demi-frère.
 
   À l'été 112, son armée victorieuse entra à son tour dans Antioche. La même année la première épouse d'Antiochos VIII, Cléopâtre Tryphaena, fit assassiner dans le sanctuaire de Daphné, près d'Antioche, sa sœur Cléopâtre IV afin de ne plus la retrouver comme rivale pour le trône de Syrie. Son succès fut de courte durée, en 112/111, elle fut capturée à Antioche par Antiochos IX qui venait de reprendre la ville. Il la fit exécuter, brûler vive, pour venger le meurtre de son épouse Cléopâtre IV. Aujourd'hui certains spécialistes contestent le fait que cette Tryphaena portait aussi le nom de Cléopâtre. Les deux dirigeants Séleucides trouvèrent des alliés auprès de l'Égypte Ptolémaïque : Antiochos VIII fut rejoint par Ptolémée X Alexandre I Philométor (107-88) et Antiochos IX fut soutenu par Ptolémée IX Sôter Lathiros (116-107 et 89-81).


 

Tétradrachme Argent d'Antiochos VIII Gryphos

 
   En 110/109, ce fut au tour d'Antiochos VIII de reconquérir la capitale, mais avec son allié Ptolémée X il dut faire face à des raids lancés par le Roi Nabatéens Arétas II (v.110-96). Antiochos VIII maria sa fille, Laodice VII Théa (ou Laodiké ou Laodicée) au Roi de Commagène Mithridate I Kallinikos Philéllen Philoromée (ou
Callinicus ou Callinicos, 109-70), dans le but de s'en faire un allié. Le royaume de Syrie fut divisé entre les deux frères jusqu'à ce qu'Antiochos VIII soit tué dans une émeute au cours de l'été 96, par son ministre Héracleon. Son fils Séleucos VI Épiphane Nikatôr lui succéda. Antiochos VIII laissa comme image celle d'un Roi à fortes lacunes politiques, laid et paresseux qui fit passer la dynastie Séleucide comme dégénérée et décadente.
 
   Antiochos VIII a deux épouses attestées :
  
Cléopâtre Tryphaena (en Grec : Κλεοπάτρα Τρύφαινα), qui naquit en 141, ou début 140 et qu'il épousa en 124 (on trouve aussi 116). Elle fut la fille du Roi d’Égypte Ptolémée VIII Evergète II Tryphon (144-116) et de la Reine Cléopâtre III. Elle lui donna vraisemblablement six enfants :

Cinq fils :
Séleucos VI Épiphane Nikatôr "L'Illustre, le Vainqueur" (En Grec :Σέλευκος Στ' Επιφανής Νικάτωρ, qui fut Roi de 96 à 94/93. À la mort de son père à l'été 96, qui succéda à son père à la tête de la branche Sud des Séleucides. Sitôt sa prise de pouvoir il prit le Nord de la Syrie à son "demi-oncle" Antiochos IX.
Antiochos XI Philadelphe Épiphane "L'ami de son frère, l'Illustre" (En Grec : Αντίοχος ΙΑ΄ Επιφανής Επιφανής), qui naquit entre 115 et 113 et qui fut Roi de 95 à 94 et Philippe I Épiphane Philadelphe "L'illustre, ami de son frère", (En Grec : Φίλιππος Α΄ Επιφανής Φιλάδελφος) son jumeaux, qui fut Roi de 95 à 83. Ils prirent en 95 le titre de Roi de la branche dynastique Sud de la Syrie et entrèrent en lutte contre Antiochos X, leur cousin, qui venait de s'emparer du trône de Syrie.
Démétrios III Eukairos "L'heureux" (ou Philopator Sôter, en Grec : Δημήτριος Γ' Εύκαιρος), qui fut Roi de 95 à 88. Il se proclama Roi à Damas après avoir enlevé la ville avec l'aide du Roi d'Égypte Ptolémée X Alexandre I Philométor (107-88) et se constitua un petit royaume autour.
Antiochos XII Dionysos (En Grec : Αντίοχος ΙΒ' Διόνυσος), qui fut Roi de 87 à 84. En 88/87, son frère Démétrios III fut capturé par les Parthes et mourut en captivité, Antiochos XII se proclama alors Roi de Damas à sa place.
 
Une fille :
Laodice VII Théa Philadelphe (ou Laodiké, en Grec : Λαοδίκη Z' της Φιλάδελφος), qui naquit en 120. Elle épousa le Roi des Parthes, Mithridate II (124-88), puis le Roi de Commagène, Mithridate I Kallinikos Philéllen Philoromée (ou Callinicos ou Callinicus, 109-70) et fut la mère d'Antiochos I Roi de Commagène (69-38).

 
Cléopâtre V Sélène I (En Grec : Κλεοπάτρα Ε΄ Σελήνη Α΄), qui naquit en 135, qu'il épousa en 103/102. Elle fut une autre fille du Roi d’Égypte Ptolémée VIII Evergète II Tryphon (144-116) et de la Reine Cléopâtre III. Elle n'eut pas d'enfant avec lui.
 


 

Tétradrachme d'Antiochos IX Cyzique

   Antiochos IX Cyzique Philopator ("Le Cyzicène" "Qui aime son père", en Grec : Αντίοχος Θ΄ Κυζικηνός Φιλοπάτωρ, 114 à 95) fut le fils d’Antiochos VII Évergète Sidêtês et de la Reine Cléopâtre Théa. Il fut donc à la fois, le demi-frère et le cousin des deux Rois Précédent. Après la mort de son père, vaincu et tué par les Parthes, il fut envoyé par sa mère dans la ville de Cyzique (En Latin : Cyzicus, en Grec : Κύζικος Kyzikos, en Turc : آیدینجق, Aydincik - ville de la Mysie en Asie Mineure), sous la garde d'un eunuque (d'où son surnom de Cyzicène).
 
   En 114, avec la fortune et l'armée de son épouse Cléopâtre IV, la fille du Roi d’Égypte Ptolémée VIII Evergète II Tryphon, avec qui il venait de se marier, il occupa la partie méridionale de la Syrie, qu'il prit à son demi-frère Antiochos VIII Gryphos (voir ci-dessus) et se proclama Roi. En 110/109, Antiochos IX et son allié Ptolémée IX Sôter Lathiros (116-107 et 89-81) assaillirent le souverain de Judée Jean Hyrcan I (134-104), qui demanda de l'aide à Rome. En 104, le commandant Romain Marcus Antonius Cilician et les deux frères d'Hyrcan I les attaquèrent et les battirent. Pendant quinze ans, la guerre entre Antiochos IX et Antiochos VIII s'éternisa. Ce dernier régnant à Antioche et Damas, tandis qu'Antiochos IX occupait la Cœlé-Syrie. À la mort de son demi-frère en 96, Antiochos IX épousa sa veuve Cléopâtre V Sélène I qui était aussi la sœur de son ex-femme.
 
   Antiochos IX ne régna en fait jamais seul puisqu'il partagea le pouvoir de 114 à 96 avec Antiochos VIII, puis à la mort de celui-ci, à l'été 96, alors qu'il aurait pu être le seul Roi, il entra immédiatement en lutte contre le fils d'Antiochos VIII, Séleucos VI Épiphane Nikatôr qui le tua dans une bataille en 95.
 
   Antiochos IX à deux épouses attestées :
Cléopâtre IV (En Grec : Κλεοπάτρα Δ΄) qui fut la fille du Roi Ptolémée VIII Evergète II Tryphon (145-116) et de la Reine Cléopâtre III Évergète Philométor. Elle naquit en 138 (ou selon d'autres sources 135, on trouve aussi 140). En 115 (on trouve aussi 119/118), elle épousa son frère Ptolémée IX Sôter II Lathiros (116-107 et 89-81) qui la répudia rapidement car elle refusait de reconnaître la préséance de leur mère comme Corégente. Puis elle épousa Antiochos IX en 114. Elle lui donna un enfant, un fils :

Antiochos X Eusèbe Philopator ("Le bienfaiteur ou le Pieux, Qui aime son père", en Grec : Αντίοχος Ι΄ Ευσεβής Κυζικηνός, Roi 95-83) qui naquit entre 114 et 112 et qui lui succéda.

Cléopâtre V Sélène I (En Grec : Κλεοπάτρα Ε΄ Σελήνη Α΄), veuve de son demi-frère (Voir ci-dessus). Il n'y eut pas d'enfant de cette union.
 


 

Tétradrachme Argent de Séleucos VI Épiphane

   Séleucos VI Épiphane Nikatôr ("L'Illustre, le vainqueur", en Grec :Σέλευκος Στ' Επιφανής Νικάτωρ, 96 à 94/93) fut le fils aîné d'Antiochos VIII et de Cléopâtre Tryphaena. À la mort de son père à l'été 96, il lui succéda à la tête de la branche Sud des Séleucides. Sitôt sa prise de pouvoir il prit le Nord de la Syrie à son "demi-oncle" Antiochos IX. Fin 96, les frères de Séleucos VI : Démétrios III Eukairos (ou Eucaerus) et Philippe I Épiphane, soutenus par Ptolémée IX, prirent Damas, pour leur propre compte. Ils voulurent s'emparer ensuite du royaume des Nabatéens, mais furent repoussés par leur Roi Obodas I (96-85). En 95, finalement Séleucos VI l'emporta provisoirement et il parvint à reconstituer l'unité du royaume, à l'exception du royaume de Démétrios III, en tuant Antiochos IX dans une bataille.
 
  Cette unité fut très brève, puisque la même année, le fils d'Antiochos IX, Antiochos X Eusèbe se proclama Roi et entra en rébellion contre lui. En 94/93 Séleucos VI fut obligé de fuir devant son cousin et se réfugia dans la cité de Mopsueste (ou Mopsuestia ou Mopsus ou Mamistra sur le Pyramos, l'actuel Ceyhan Nehri, à 20 km. de l'actuelle Adana), en Cilicie où il établit sa cour, qui aurait été dans un style luxueux. Mais les habitants de la province, qui étaient déjà attaqués par des pirates, ne pouvaient pas se permettre ses extravagances. De plus Séleucos VI ne ménageait pas ses efforts pour mettre en place une nouvelle armée, ce qui augmentait les charges déjà très lourdes. Une rébellion éclata et Séleucos VI fut assiégé dans l'hippodrome par les habitants de la ville qui y mirent le feu. Séleucos VI périt dans l'incendie, brûlé vif. Certaines sources donnent pour cet évènement l'été 94. Ses frères, les jumeaux Antiochos XI et Philippe I, le vengeront peu de temps plus tard en détruisant Mopsueste.
 


 

   Tétradrachme d'Antiochos IX Eusèbe Philopator

   Antiochos X Eusèbe Philopator ("Le bienfaiteur ou le Pieux, Qui aime son père", en Grec : Αντίοχος Ι΄ Ευσεβής Κυζικηνός, 95 à 83 ou 95 à 90 ou 94 à 89), qui naquit entre 114 et 112, fut le fils d'Antiochos IX et de Cléopâtre IV et il succéda à son père sur la branche dynastique Nord de la Syrie et de suite sa première intention fut de défaire son "demi-cousin" Séleucos VI Épiphane et ainsi venger la mort récente de son père. Les épithètes qu'il prit furent en son hommage. Une fois Séleucos VI mort, en 94/93, les Séleucides ratèrent une troisième occasion de parvenir à la paix et unifier leur royaume, car l'autre branche se trouva un nouveau chef de file en la personne d'Antiochos XI Philadelphe Épiphane le deuxième fils d’Antiochos VIII et de Cléopâtre Tryphaena (Frère de Séleucos VI).
 
   En 93 Antiochos XI occupa la capitale Antioche, mais il fut repoussé et vaincu par Antiochos X qui récupéra sa ville et ses environs et la partie Sud du royaume. Toutefois il ne contrôlait pas le grand Sud où Antiochos XI et Philippe I continuèrent de régner alors que Démétrios III Eukairos régnait lui sur Damas. En 92 (ou 90), Antiochos XI mourut noyé accidentellement dans l'Oronte. Il ne fut donc pas le seul maître de la Syrie, il dut engager des combats sans relâche contre les frères de Séleucos VI, qui prétendaient au trône et lui succéder, mais aussi il dut lutter contre les Nabatéens et les Parthes qui profitèrent de la guerre civile dynastique en Syrie pour avoir des velléités sur la région. La date et la manière de sa chute sont incertaines et toujours sujettes à débat :

Cléopâtre V Sélène I

 
Flavius Josèphe (ou Titus Flavius Josephus ou Josèphe ben Mattathias, historien Juif, 37-v.100), estime qu'il fut tué vers 90/89 dans une bataille contre les Parthes, vaincu par Mithridate II le Grand (ou Arsace VIII, 124-88). Sa perte de possession d'Antioche au profit d'Antiochos XI Philadelphe et Philippe I Épiphane daterait aussi de cette époque-là.
Appien d'Alexandrie (Historien Grec, 90-v.160) nous dit qu'il fut défait lorsque le Roi d'Arménie Tigrane II (95-54) envahit la Syrie en 83, mais dans ce cas, ses actions jusqu'à cette date restent inconnues. La même année, après une guerre sanglante pour le trône de Syrie, les habitants d'Antioche décidèrent de choisir Tigrane II comme leur protecteur et lui offrirent la couronne de Syrie.
Enfin, une autre version nous dit qu'en 92, il fut détrôné par Antiochos XI Philadelphe et Philippe I Épiphane et s'enfuit chez les Parthes où il mourut vers 75. Un fils d'Antiochos X, Antiochos XIII Asiaticos ("l'Asiatique", 83-64) sera mis sur le trône de Syrie comme vassal par le Romain Lucius Lucullus, puis déchu par le Général Romain Pompée (106-48 av.J.C) lorsque celui-ci aura vaincu Tigrane II.
 
   Antiochos X n'a qu'une épouse attestée :
Cléopâtre V Sélène I (En Grec : Κλεοπάτρα Ε΄ Σελήνη Α΄), sa belle-mère qui lui donna un ou deux enfant(s) :

Séleucos VII Philométor  (ou Kybiosaktes ou Cybiosactes, en Grec : Σέλευκος Ζ΄ Φιλομήτωρ Κυβιοσάκτης, Roi 83 à 69 ?) qui naquit vers 90. Identifier probablement (Source incertaine) avec Séleucos Kybiosaktes "Le Poissard", qui épousa Bérénice IV Cléopâtre Épiphane et qui fut assassiné en 56, peut-être sur l'ordre de son épouse.
Antiochos XIII Dionysos Philopator Kallinikos (ou Asiaticos "l'Asiatique", en Grec : Αντίοχος ΙΓ' Διόνυσος Φιλοπάτορα Καλλίνικος ou Αντίοχος ΙΓ' Ασιατικός, Roi 83 à 64 ou 68 à 64 ?) qui naquit vers 85.
 


 

Tétradrachme d'Antiochos XI et Philippe I

   Antiochos XI Philadelphe Épiphane ("L'ami de son frère, l'Illustre", En Grec : Αντίοχος ΙΑ΄ Επιφανής Επιφανής, 95 à 93/92 ou 94 à 93 ou 93 à 90) fut le deuxième fils d’Antiochos VIII et de Cléopâtre Tryphaena qui naquit entre 115 et 113. On fait généralement débuter le règne d'Antiochos XI en 95 car c'est la date de la première frappe de sa monnaie. Avec l'un de ses frères, son jumeau Philippe I Épiphane, il prit le titre de Roi en 95 de la branche dynastique Sud de la Syrie et entra en lutte contre Antiochos X, son cousin, qui venait de s'emparer du trône. Les deux frères firent frapper une pièce de monnaie commune, dont une sur face nous montrait leurs deux visages et sur l'autre Zeus.
 
   L'été 94, lors de la défaite de son frère Séleucos VI devant Antiochos X à Mopsueste, en Cilicie, les Séleucides ratèrent une troisième occasion de parvenir à la paix et unifier leur royaume. En 93, Antiochos XI occupa la capitale Antioche, mais il fut repoussé et vaincu par Antiochos X qui récupéra son royaume et une partie du Sud, mais il ne contrôlait pas le grand Sud où les frères d'Antiochos XI, Philippe I Épiphane et Démétrios III Eukairos continuèrent de régner. Une des versions de la fin d'Antiochos X nous dit qu'en 92, il fut détrôné par Antiochos XI et Philippe I, qui récupérèrent de ce fait la partie Nord, et qu'il s'enfuit chez les Parthes. Antiochos XI et Philippe I se vengèrent cruellement de la ville de Mopsueste en Cilicie, dont les habitants avaient brulé vif leur frère Séleucos VI, en tuant tous les occupants de la cité. En 92 (ou 90) Antiochos XI se noya accidentellement dans l'Oronte en essayant de la traverser à cheval.
 


 

Tétradrachme de Philippe I Épiphane

   Philippe I Épiphane Philadelphe ("L'illustre, ami de son frère", En Grec : Φίλιππος Α΄ Επιφανής Φιλάδελφος, 95 à 83 ou 94 à 83) fut un fils d’Antiochos VIII et de la Reine Cléopâtre Tryphaena. Il naquit entre 115 et 113 et fut le frère jumeau d'Antiochos XI. Avec ce dernier en 95, il prit le titre de Roi de la branche dynastique Sud de la Syrie et l'aida dans la guerre contre leur cousin Antiochos X. À partir de 93 on trouvera des pièces de monnaies frappées par Philippe I, il semble qu'à cette époque il résidait à Alep, qu'il avait rebaptisé Beroia (ou Bérée ou Beroea). En 92, il prit Antioche avec son frère. Il devint seul Roi sur toute la Syrie après qu'Antiochos XI se fut noyé en 92 (ou 90).
 
   Il résista aux attaques de son autre frère Démétrios III Eukairos, qui s'était proclamé Roi de Damas et qui prit en 89 Antioche et ses environs. Cet acte provoqua une querelle entre les deux frères et Philippe I fit alors appel au Parthes pour l'aider à se débarrasser de Démétrios III. En 88/87, celui-ci fut capturé par les Parthes et mourut en captivité. Philippe I reprit la partie Nord de son royaume et se fit reconnaitre à Antioche. Cependant il n'avait pas le contrôle de Damas où leur dernier et plus jeune frère Antiochos XII Dionysos devint Roi. Ce dernier fut battu par les Nabatéens en 84 (ou 83/82), qui s'établirent dans la cité qui devint leur capitale. Le règne de Philippe I semble prendre fin en 83 lorsque le Roi d'Arménie Tigrane II (95-54) envahit la Syrie, ou peut-être juste avant. Il disparaît de l'histoire à ce moment-là. Plus tard, des pièces portant son portrait ont été délivrées par les autorités Romaines, ce qui conforterait une autre source qui nous dit qu'il abdiqua et mourut en 57. Dans ce cas il semble qu'il soit confondu avec son fils Philippe II Philoromaios. Une troisième théorie le fait décéder en 75.
 
  Philippe I eut un enfant, un fils : Philippe II Philoromaios Barypous (ou Philoromaeus "L'ami des Romains", "Pied Lourd", en Grec : Φίλιππος Β' Φιλορωμαίος Βαρύπους, Roi 67/66 à 64) qui serait né en 95, mais dont on ignore qui fut la mère.
 

   Démétrios III Eukairos (ou Eucaerus, "L'heureux" ou Philopator Sôter, en Grec : Δημήτριος Γ' Εύκαιρος, en Hébreu : איוקרוס דמטריוס שלישי Demetrius III Aiokros, 95 à 88) fut le quatrième fils d’Antiochos VIII et de la Reine Cléopâtre Tryphaena. Il se proclama Roi à Damas après avoir enlevé la ville avec l'aide du Roi d'Égypte Ptolémée X Alexandre I Philométor (107-88) et se constitua un petit royaume autour. À partir de 92 il essaya d'agrandir ses possessions et il entra en conflit avec le royaume des Hasmonéens d'Alexandre I Jannée (103-76) qu'il battit près de Sichem et à qui il prit quelques territoires. Cependant près de 6.000 Juifs de l’armée de Démétrios III désertèrent, ce fait, ajouté à l'hostilité de la population Juive, le força à se retirer et regagner la Syrie. Alexandre I Jannée écrasa alors les révoltés et s’empara de leur chefs réfugiés dans Bémésélis (ou Misilya, au Sud de Jenîne, en Cisjordanie).


 

Tétradrachme de Démétrios III Eukairos

 
   En 86, il fit ramener enchaînés à Jérusalem, 800 d’entre eux qui furent crucifiés au cours d’un banquet, tandis qu’on égorgeait sous leurs yeux leurs femmes et leurs enfants. En 89, Démétrios III stoppa sa guerre avec les Hasmonéens et prit Antioche. Cet acte provoqua une querelle avec son frère Philippe I Épiphane, qui était devenu le Seul Roi de Syrie. Puis Démétrios III tenta de le détrôner et assiégea Alep. Philippe I fit alors appel a l'époux de sa sœur Laodice VII Théa Philadelphe (ou Laodiké ou Laodicée), le Roi des Parthes Mithridate II (124-88), pour l'aider à se débarrasser de son frère. En 88/87, Démétrios III fut capturé par ce dernier et mourut en captivité la même année. Il fut remplacé sur le trône de son petit royaume par son jeune frère Antiochos XII Dionysos.
 

   Antiochos XII Dionysos Épiphane Philopator Kallinikos ("Dionysos, Qui aime son père, l'Illustre, le Victorieux", en Grec : Αντίοχος ΙΒ' Διόνυσος Επιφανής Φιλοπάτωρ Καλλίνικος, en Hébreu : אנטיוכוס השנים-עשר דיוניסוס Antiochus XII Dionysos, 87 à 84 ou 83/82) fut le cinquième et dernier fils d’Antiochos VIII et de la Reine Cléopâtre Tryphaena. En 88/87, Démétrios III fut capturé par les Parthes et mourut en captivité, Antiochos XII Dionysos se proclama alors Roi de Damas à sa place. Dès le début de son règne il chercha à agrandir son territoire. En 86, Antiochos XII décida d'envahir la Nabatène et entra en guerre contre le Roi Obodas I (96-85). Celui-ci lui fit front et résista à l'envahisseur et ses armées réussirent même à le repousser et sauver l'Empire Nabatéen. En 84 (ou 83/82), Antiochos XII s'attaqua au Roi Hasmonéen Alexandre I Jannée (103-76). Ce dernier se retrouva face aux armées d'Antiochos XII dans la plaine entre Kfar-Saba (ou Kephar-Saba) et Jaffa (ou Joppa) où Antiochos XII fut battu. Puis Antiochos XII fut battu de nouveau et tué au Sud de la mer Morte dans un accrochage avec le Roi Nabatéen Arétas III Philhellène (85-62) qui profita de la situation et prit le pouvoir à Damas où il s'établit. La cité devint sa capitale. Puis il marcha contre la Judée et battit, en 82, Alexandre I Jannée près d’Adida.
 

   Antiochos XIII Dionysos Philopator Kallinikos ou Asiaticos ("Dionysos, Qui aime son père, le Victorieux" ou "l'Asiatique", en Grec : Αντίοχος ΙΓ' Διόνυσος Φιλοπάτορα Καλλίνικος ou Αντίοχος ΙΓ' Ασιατικός, en Hébreu : אנטיוכוס השלושה-עשר אסיאטיקוס Antiochus XIII Asiatikos, 83 à 64 ou 68 à 64) fut le fils d’Antiochos X et de la Reine Cléopâtre V Sélène I, qui naquit vers 85. Il fut le dernier des Rois Séleucides. Il fut élevé chez les Parthes où son père s'était réfugié. On ne sait rien de ses premières années, mais il fut envoyé ensuite à Rome avec son frère Séleucos VII Philométor (ou Kybiosaktes ou Cybiosactes) par leur mère, après l'assassinat de Ptolémée XI Alexandre II (80), pour réclamer les couronnes de Syrie et d'Égypte. Le Sénat le reconnut comme héritier légitime du trône de Syrie mais préféra ne pas se prononcer quant à l'Égypte. Le voyage des Princes Séleucides est mentionné par Cicéron (ou Marcus Tullius Cicero, 106-43, homme d'État et auteur Romain - De Signis - XXVII à XXX). Sur le chemin du retour, à Syracuse, ils furent victimes du Préteur Verrès qui les dépouilla. On ne sait pas ce qu'il advint d'Antiochos XIII après.


 
Tétradrachme d'Antiochos XIII

 
   Beaucoup de spécialistes pensent qu'il se retira en Cilicie, en Asie Mineure, attendant la suite des événements, ce qui expliquerait son surnom d'"Asiatique". Pompée d'ailleurs lui reprochera plus tard son inactivité. L'occupation du trône de Syrie à partir de cette époque est incertaine. Certains pensent que ce fut son frère Séleucos VII qui succéda à Antiochos XII ?, car dans le même temps, après la mort de ce dernier, la Syrie fut envahie par le Roi d'Arménie Tigrane II (95-54). Cet état de fait dura jusqu'en 68, date où le Romain Lucius Lucullus exigea de Tigrane II l'expulsion d'Arménie du Roi du Pont Mithridate VI (Son beau-père) qui y avait trouvé refuge. Une telle trahison était impossible pour Tigrane II et il refusa de livrer le Roi aux Romains. Ces derniers, en représailles, envahirent son Empire et en 69, Lucullus le battit et s'empara de la capitale à la bataille de Tigranocerta qu'il saccagea. Avec Mithridate VI, Tigrane II leva une armée de 70.000 hommes pour contrer l'avance de Lucullus. Après la bataille, en raison de lourdes pertes du coté Romain, un accord fut trouvé. Tigrane II récupéra son royaume, moins la Syrie où Lucullus, qui cherchait à affaiblir Tigrane II en recréant le royaume Séleucide, rétablit sur le trône le Roi Antiochos XIII, d'où le fait de faire commencer son règne à cette date.
 
   En 67/66, soutenu par la population d'Antioche, un dirigeant local de Cilicie, Philippe II Philoromaios, expulsa Antiochos XIII de la cité, mais en 66/65 il fut restauré par le Romain Lucius Lucullus. Cependant en 64, les troupes de Pompée (106-48), qui avait remplacé Lucullus, entrèrent en Syrie. Antiochos XIII fut battu par le Romain. Protégé par le Roi d'Émèse Sampsigeram I (ou Sampsiceramus ou Shams'alkeram, 64-43 av.J.C) plus que par Lucius Lucullus, Antiochos XIII fut toléré par les lieutenants de Pompée. En 64, lorsque ce dernier transforma le royaume Séleucide d'Antioche en province Romaine, Antiochos XIII se réfugia chez son protecteur, mais celui-ci l'assassinat à la demande de Pompée. La mort d'Antiochos XIII est traditionnellement admise comme la fin à la dynastie des Séleucides, cependant Philippe II Philoromaios lui survécu pour une courte période.
 
   Philippe II Philoromaios Barypous (ou Philoromaeus "L'ami des Romains" , "Pied lourd", en Grec : Φίλιππος Β' Φιλορωμαίος Βαρύπους, 67/66 à 64 ou 69 à 64) fut le fils de Philippe I Épiphane Philadelphe, mais on ignore le nom de sa mère, qui serait né en 95. Il régna brièvement à Antioche comme Roi Client de Rome sous la protection de Pompée (106-48), en opposition à son cousin Antiochos XIII. Il fut déposé après la mort de ce dernier, mais il semble qu'il ait survécu car un Prince Séleucide nommé Philippe Barypous a ensuite été pressenti en 56 av.J.C (d'autres sources donnent 58) comme époux pour la Reine d'Égypte Bérénice IV. Cette union ne se fit pas du fait du Gouverneur de Syrie Aulius Gabinius qui fit, de plus, sans doute exécuter Philippe II. Selon certains spécialistes, il y aurait confusion entre Philippe I et Philippe II. Philippe II serait en fait Philippe I restauré après avoir été chassé en 83 par le Roi d'Arménie Tigrane II (95-54).
 
   On trouve donc aussi selon les sources un Séleucos VII Philométor (ou Kybiosaktes ou Cybiosactes ?, en Grec : Σέλευκος Ζ΄ Φιλομήτωρ Κυβιοσάκτης) qui serait le fils d’Antiochos X et de la Reine Cléopâtre V Sélène I qui naquit vers 90. Séleucos était inconnu jusqu'à récemment et c'est à partir de pièces de monnaie émises par lui et sa mère qu'il est présumé par certains fils d'Antiochos X et un frère ainé du Roi Antiochos XIII. Certains spécialistes avancent donc qu'il "régna" (Ils donnent même des dates, 83 à 69), étant celui qui succéda
à Antiochos XII ?, pendant l'occupation de la Syrie par le Roi d'Arménie Tigrane II (95-54). En réalité, seules quelques villes restèrent fidèles aux Séleucides pendant cette période. Son frère lui aurait succédé à partir de 68 lorsque le Romain Lucius Lucullus battit Tigrane II.
 
   D'autres sources avancent qu'il aurait régné peut-être après Philippe II, de 64 à 56. Dans ce cas il est aussi identifier quelques fois avec Séleucos Kybiosaktes (ou Cybiosactes, "le Poissard", en Grec : Σέλευκος Κυβιοσάκτης), qui épousa Bérénice IV Cléopâtre Épiphane (En Grec : Βερενίκη Δ' Κλεοπάτρα Επιφανής "Cléopâtre L'illustre"), qui naquit entre 79 et 75, fille de aînée de Ptolémée XII Néo Dionysos (80-58 et 51-30) et de la Reine Cléopâtre V Tryphaena. Ce Kybiosaktes fut assassiné en 56, peut-être sur l'ordre de son épouse Révoltée par ses manières. Dion Cassius (ou Cassius Dio Cocceianus, historien Romain, v.155-v.235) dit qu'il fut un homme de basse naissance qui usurpa l'identité d'un descendant des Séleucides. Pour cette raison, les Égyptiens l'auraient choisi comme Régent avec sa femme après l'expulsion de Ptolémée XII en 58.

 

Bibliographie

      Pour plus de détails voir les ouvrages de :
 
Georges G.Aperghis :
- The Seleukid royal economy : The finances and financial administration of the Seleukid Empire, Cambridge University Press, Cambridge, New York, 2004.

André Aymard :
- Les grandes monarchies hellénistiques en Asie après la mort de Seleucos ler, Centre de documentation universitaire, Paris, 1944-1965.
Bezalel Bar-Kochva :
- The Seleucid army : Organization and tactics in the great campaigns, Cambridge University Press, Cambridge, New York, 1976.
Edwyn Robert Bevan :
- The house of Seleucus, E. Arnold, London, 1902.
Elias Joseph Bickerman :
- La charte Séleucide de Jérusalem, pp. 5-35, Revue des études Juives, Publication trimestrielle de la Société des études juives, T.100, 1935.
Per Bilde :
- Religion and religious practice in the Seleucid Kingdom, Aarhus University Press, Aarhus, Denmark, 1990.
Auguste Bouché-Leclercq :
- Histoire des Séleucides (323-64 av.J.C), 2 volumes, Ernest Leroux, Paris 1913 et 1914 - Scientia-Verlag, Aalen, 1978.
Pierre Cabanes :
- Le monde hellénistique : de la mort d'Alexandre à la paix d'Apamée, 323 - 188, Éditions du Seuil, Paris, 2004.
Laurent Capdetrey :
- Le pouvoir Séleucide : Territoire, administration, finances d'un royaume hellénistique, 312-129 av.J.C., Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2007.
Getzel M.Cohen :
- The Seleucid colonies : Studies in founding, administration and organization, Steiner, Wiesbaden, 1978.
Kay Ehling :
- Untersuchungen zur Geschichte der späten Seleukiden (164-63 v. Chr.) : Vom Tode des Antiochos IV. bis zur Einrichtung der Provinz Syria unter Pompeius, Steiner, Stuttgart, 2008.
Arthur Amory Houghton, Catharine C.Lorber, Brian Kritt et Oliver David Hoover :
- Seleucid coins : A comprehensive catalogue, The American Numismatic Society, New York, 2002.
Heinz Kreißig :
- Wirtschaft und gesellschaft im Seleukidenreich. Die eigentums- und die abhängigkeitsverhältnisse, Akademie Verlag, Berlin, 1978. 
Jeffrey D.Lerner :
- The Impact of Seleucid Decline on the Eastern Iranian Plateau. The foundations of Arsacid Parthia and Graeco-Bactria, Steiner, Stuttgart, Janvier 1999.
Edouard Will :
- Histoire politique du monde hellénistique : 323-30 av.J.C, Berger-Levrault, Nancy, 1966-1968 - Presses universitaires de Nancy, Nancy, 1967-1979-1982 - Éditions du Seuil, Paris, 2003.
Józef Wolski :
- - L'effondrement de la domination des Séleucides en Iran au IIIe siècle  av.J.C, Bulletin international de l'Académie Polonaise des Sciences et des Lettres 5, supplément, pt. 2, Cracovie, 1947.
- , Ejnar Munksgaard, Copenhague, 1956-57.
- The Seleucids : The decline and fall of their empire, Nakładem Polskiej Akademii Umiejętności, Kraków, 1999.
Ehsan Yarshater :
- The Seleucid, Parthian and Sasanian periods, Cambridge University Press, Cambridge, 1983.

 

......Retour  

 

Pour voir correctement les traductions des noms en Grec ancien,
vous pouvez télécharger et installer la police de caractère jointe.
  Copyright © Antikforever.com