Quelques  Rois  importants  :
Séleucos  I  Nikatôr
305  -  280
 

Nous avons besoin de vous

 

.....Retour à la dynastie des Séleucides

 

 
Sommaire

 
Son arrivée au pouvoir
Son règne, son histoire
Ses constructions
Sa famille
Bibliographie

Buste en bronze de Séleucos I -
Musée national d'archéologie -
Naples

 

Son arrivée au pouvoir

 
   Séleucos I Nikatôr (ou Séleucus ou Seleukos, en Grec : Σέλευκος A' Νικάτωρ Seleukos Nikatôr "Le vainqueur", en Hébreu : סלאוקוס הראשון  Slaokos I Nikator, en Persan : سلوکوس یکم  Seleucus I, en Arménien : Սելևկոս I Նիկատոր) fut le premier Roi de la dynastie Séleucide de 305 à 281 ou 305 à 280 av.J.C. Il fut Général (ou Diadoque), sous le règne d'Alexandre le Grand (336-323) et fut le fondateur de la dynastie Séleucide. Il naquit à Europos en Macédoine vers 358 et fut le fils d'Antiochos d'Orestis et de Laodice (ou Laodiké). Son père fut l'un des Généraux du Roi de Macédoine Philippe II (359-336). Au printemps de 334, alors qu'il est un jeune homme d'environ vingt-quatre ans, il fut nommé Lieutenant d'Alexandre le Grand et il l'accompagna dans la conquête de l'Asie en qualité d'officier. Il avait atteint le commandement du corps d'infanterie d'élite dans l'armée Macédonienne, les "porteurs de bouclier" (les hypaspistes ou hypaspistài tỗn hetaírôn, en Grec : πασπισταὶ τῶν ἑταίρων, plus tard connu sous le nom "chalkaspides" "Bouclier de bronze").


 

Monnaie de Séleucos I

 
   Il se distingua notamment en Inde, en 326. Ce fut également à cette époque qu'il rencontra celle qui fut sa première femme, la Princesse Persane Apama I, qui était la fille de Spatamenès (ou Spitaménès), Satrape de Bactriane, qu'il épousa lors des "Noces de Suse" au printemps 324 et qui l'accompagna dans ses conquêtes. Séleucos I fut l'un des rares Généraux qui conserva sa compagne après ces "noces" et qui plus tard devint sa Reine. À la mort d'Alexandre le Grand, en 323, l'Empire fut mis sous l'autorité d'un Régent en la personne de Perdiccas, qui prit le titre de Chiliarque et les territoires de son Empire furent répartis, au partage de Babylone, entre les Généraux (ou Diadoques) d'Alexandre, qui devinrent des Satrapes. Séleucos I n'hérita pas d'une satrapie lors de ce partage.
 
   Comme dit plus haut, il fut nommé officier d'une division d'infanterie, corps d'élite. Commandement prestigieux qu'ont exercé avant lui
Héphestion (ou Héphaestion ou Héphaistion ou Hêphaistíôn, 356-324) et Perdiccas. Les Diadoques se bousculèrent pour la suprématie sur les parties de l'Empire et Ptolémée (Futur Ptolémée I Sôter, 305-282), un de ceux-là, Satrape d'Égypte, fut le premier à contester la nouvelle règle. Perdiccas décida alors de faire respecter le traité et d'envahir l'Égypte. En 321, Séleucos I participa à un complot avec un groupe d'officiers révoltés. Avec le Satrape de Médie Peithon (ou Pithon, en Grec : Πείθω, v.355-316), ils assassinèrent Perdiccas dans sa tente à Memphis.
 


 

Buste de Séleucos I

Son règne, son histoire

 
   Les Diadoques décidèrent alors d'un nouveau partage pour mettre fin aux guerres naissantes. Ils se réunirent à Triparadisos avec Antipatros (ou Antipater, 321-319), le nouveau Régent de Macédoine. À l'occasion de ce second partage de l'Empire, la même année, Séleucos I reçut la satrapie de Babylonie, succédant à Archon qui était en place depuis 323, lors du partage de Babylone. En 319, à la mort d'Antipatros, Polyperchon (319 à 317) lui succéda comme Régent de Macédoine et commandant suprême de l'Empire. Il se retrouva rapidement face à l'animosité des Diadoques et plus particulièrement celle du fils d'Antipatros, Cassandre.
 
   Une guerre civile éclata parmi tous les successeurs d'Alexandre, Polyperchon s'allia avec Eumène de Cardia (ou Eumènès ou Eumenês, 362-316), un autre Diadoque d'Alexandre, maître de la Cappadoce, contre une coalition regroupant : Cassandre, Séleucos I, Antigonos I Monophtalmos (Roi de Macédoine, 306-301) et Ptolémée I Sôter (Roi d'Égypte, 305-282). Eumènes de Cardia rencontra l'armée de Séleucos I, il lui livra bataille sur les rives de l’Euphrate et prit la citadelle de Babylone.
 


 

Statère or de Séleucos I -
British Museum

 


 

Buste en marbre de Séleucos I -
Musée du Louvre

  Eumène tenta alors de traverser le Tigre mais Séleucos I fit inonder le passage en rompant les digues d’un canal. Cependant craignant que sa satrapie ne fut envahie, Séleucos I proposa une trêve à Eumène. Puis ce dernier forma une coalition avec les Satrapes des provinces orientales, leva une armée et marcha sur Antigonos I.
 
   Ils s'affrontèrent à deux reprises, en 317 et 316, aux confins de la Perse et de la Médie où par deux fois Antigonos I sortit vainqueur. Il captura Eumène et le fit mettre à mort. Fort de son succès, il tenta de reconstituer à son profit l'unité de l'Empire. Il étendit son autorité sur l'Asie Mineure, la Syrie et la plus grande partie de la Grèce dont il réclama de nouveau l'autorité et occupa en 316 la Babylonie.
 
   Séleucos I s'enfuit alors en Égypte et forma une coalition avec Ptolémée I, Cassandre et un autre Diadoque, Lysimaque (Roi de Thrace, 322-281). Dans la guerre qui suivit entre Antigonos I et les autres chefs, Séleucos I coopéra activement avec Ptolémée I et les escadrons de la mer Égée. En 312, ils infligèrent à Gaza une défaite à Démétrios I Poliorcète (Roi de Macédoine, 294-287), le fils d'Antigonos I, ce qui ouvrit la voie à Séleucos I pour reprendre ses territoires de l'Est. Séleucos I reconquit sa satrapie et se lança dans la conquête des provinces Iraniennes. Son retour à Babylone est officiellement considéré comme le début de l'Empire Séleucide et cette année comme la première de l'ère Séleucide.
 


 

Tétradrachme bronze de Séleucos I -
British Museum

   Toutefois Antigonos I fit la paix avec ses autres adversaires et se fit reconnaître l'intégralité de l'Asie, ce qui le mit de nouveau en conflit avec Séleucos I. Il attaqua ce dernier pour faire valoir ses droits et plusieurs raids en Babylonie furent effectués. En 311, par Démétrios I, en 311/310 par Antigonos I lui-même et enfin en 308 où le Macédonien fut définitivement repoussé, battu dans une grande bataille par Séleucos I.
 
   Dans le même temps, maître de Babylone et de la Mésopotamie, Séleucos I en profita pour étendre sa domination sur les hautes satrapies d'Asie. La Perse, la Médie, la Susiane, la Parthie, la Drangiane, l'Arie, la Bactriane, la Sogdiane, l'Hyrcanie, l'Arachosie etc... jusqu'à l'Inde tombèrent les unes derrières les autres sous son contrôle entre 310 et 308.
 
   Fort de ses succès, en 308, il commença un long conflit contre le Prince Indien Chandragupta (321-298), le fondateur de la dynastie des Maurya. En 305, après l'extinction de l'ancienne lignée royale de Macédoine, Séleucos I, comme les quatre autres principaux chefs de Macédoine, prit le titre de Roi (ou Basileus). La même année, Chandragupta reprit le Nord-ouest de son territoire où Séleucos I menaçait sa frontière. Il arrêta la progression des Séleucides et repoussa même sa frontière occidentale plus à l'Ouest, la positionnant dans ce qui est aujourd'hui l'Afghanistan. En 303, la guerre cessa entre les deux souverains qui arrivèrent à un accord dans lequel Séleucos I échangea des territoire : La satrapie Indienne du Gandhâra, ainsi que les parties orientales de l'Arachosie et de la Gédrosie, contre 500 des éléphants de guerre de Chandragupta. Une alliance fut scellée par un mariage entre l'Empereur Maurya avec une fille de Séleucos I. Il est quelques fois affirmé que cette fille portait le nom de Bérénice ?. Toutefois, il n'existe pas de documents contemporains des Indiens et de Chandragupta et presque tout ce qui nous est connu est basé sur les écrits de Mégasthènes (v.340-282), l'Ambassadeur de Séleucos I à la cour des Maurya à Pâtaliputra (Moderne Patna dans l'Etat du Bihar).

Répartition des territoires vers 300
 

 
   Strabon (Géographe Grec, v.63 av.J.C-v.23 ap.J.C) confirme ces faits (15.2.1 - 9). Certains auteurs affirment au contraire que tout ceci est une exagération, qui provient d'une déclaration faite par Pline l'Ancien (Histoire Naturelle VI, 23 [5]). Séleucos I à apparemment fait frapper des pièces de monnaies au cours de son séjour en Inde, plusieurs pièces en son nom, dans la norme de celles Indiennes, ont été mise au jour lors de fouilles en Inde.
 
   Ces pièces le décrivent comme "Basileus", ce qui implique une date postérieure à 305. Certaines d'entre elles mentionnent également Séleucos I en association avec son fils Antiochos I. Le Roi établit sa capitale à Séleucie du Tigre et tourna désormais ses ambitions vers l'Ouest. Dès 304, il se joignit à la coalition réunissant Ptolémée I, Cassandre, Lysimaque contre Antigonos I qui entendait établir sa domination sur la Grèce et la Mer Égée. En 301, Séleucos I regroupa son armée avec celle de Lysimaque en Phrygie. Ils écrasèrent Antigonos I à la bataille d'Ipsos où les 500 éléphants reçus de Chandragupta permirent à Séleucos I d'isoler Démétrios I et de remporter une victoire décisive en l'empêchant de porter secours à son père. Antigonos I fut tué, mais Démétrios I, réussit à prendre la fuite et put rejoindre sa flotte.
 


 

Tétradrachme argent de Séleucos I
 trouvé en Bactriane

   S'en suivit une nouvelle répartition de territoires. Le royaume d'Antigonos I fut partagé entre les vainqueurs à l'exception de quelques places qui restèrent entre les mains de Démétrios I. Séleucos I reçut la Syrie et la partie Est de l'Asie Mineure, la majeure partie revenant à Lysimaque. Ce partage va être à l'origine des guerres de Syrie entre Lagides et séleucides pour la possession de la Cœlé-Syrie (Liban). En 300, après la mort de son épouse Apama I, Séleucos I épousa Stratonice I, la fille du Roi de Macédoine Démétrios I Poliorcète. Séleucos I, devenu Nikatôr "Le vainqueur", fut alors avec Ptolémée I le plus puissant des ex Diadoques. La possession de la Syrie lui donna une ouverture sur la Méditerranée et immédiatement il créa la nouvelle ville d'Antioche sur l'Oronte qui devint le siège du gouvernement et la capitale de l'Ouest.
 


 

Buste de Séleucos I

   Séleucie du Tigre continua d'être la capitale des satrapies de l'Est. En 294, Séleucos I y installa son fils Antiochos I en tant que vice-Roi, la vaste étendue de l'Empire demandant semble-t-il un double gouvernement et il lui confia leur direction. À la mort de Cassandre, en 296, Démétrios I occupait le Nord et le centre de la Grèce ainsi que la Macédoine où, en 294, il s'était proclamé Roi. Puis il s'était emparé de Sparte, après avoir battu son Roi Archidamos IV (305-275). En 289, Ptolémée I organisa une révolte à Athènes. Puis Séleucos I et le Roi d'Épire Pyrrhos I (307-272), envahirent les territoires de Démétrios I.
 
   En 286, Démétrios I chassé de Macédoine, mena une contre-attaque et envahit l'Asie Mineure contrôlée par Séleucos I. Il prit l'Ionie, propriété de Lysimaque, la Lydie et la Carie. Mais la même année en Phrygie, où ses troupes furent décimées par la maladie, il fut battu, emprisonné et exilé à Apamée où Séleucos I l'assigna à résidence, mais le traita avec le respect dû à un beau-père. Démétrios I y mourut trois ans plus tard, en 283. Séleucos I lui reprit ses places fortes de Phénicie, la Cilicie et la partie méridionale de l’Asie Mineure. En 284, Ptolémée Kéraunos quitta l'Égypte car son père Ptolémée I lui préféra son demi-frère Ptolémée II Philadelphe (Roi d'Égypte, 282-246), né de Bérénice I.
 
   Il s'installa alors auprès du Roi de Thrace et Macédoine, Lysimaque (322-281), époux de sa sœur Arsinoé II Philadelphe. Il aida celle-ci à se débarrasser d'Agathoclès, l'héritier du trône de Thrace, fils aîné de Lysimaque. Arsinoé II, voulait écarter Agathoclès de la succession au profit de son propre fils. Elle obtint de Lysimaque l'exécution d'Agathoclès. Ce crime enleva au Roi de Thrace ses derniers appuis et provoqua une révolte de l'armée et du peuple. Lysandra sœur de Ptolémée Kéraunos et épouse d'Agathoclès avec tout son entourage partit se réfugier auprès de Séleucos I. En 282, Ptolémée Kéraunos poussa Séleucos I à entrer en guerre contre Lysimaque, son ex allié. Séleucos I, redoutant les ambitions de Lysimaque qui occupait la Macédoine avec le titre de Roi depuis 286 et qui formait une alliance avec Ptolémée II Philadelphe (282-246), envahit l'Asie Mineure et obtint le ralliement de Philetairos, Gouverneur de Pergame (282-263, fondateur avec son fils de la dynastie des Attalides).


 

Séleucos I avec le vice Roi Antiochos I -
Tétradrachme argent trouvé en Bactriane

 
   Lysimaque fut vaincu et tué par Séleucos I en Février 281 à la bataille de Couroupédion (ou Corupedion ou Curupedion, en Lydie). Séleucos I, désireux de régner sur la Thrace et la Macédoine, traversa l'Hellespont et marcha contre les royaumes, mais, en Septembre 280 (on trouve aussi 281), il fut assassiné, près de Lysimacheia (En Chersonèse de Thrace), par Ptolémée Kéraunos qui conforta son titre de Roi de Macédoine (281-279). Il est dit que le Prince de Pergame Philetairos (ou Philétairos ou Philétaire, 282-263) aurait acheté le corps de Séleucos I à Ptolémée Kéraunos pour une grosse somme d'argent, qu'il l'aurait brûlé et envoyé les cendres au fils de Séleucos I, Antiochos I Sôter (280-261). Celui-ci les aurait déposées à Séleucie de Piérie, où il y fit ériger un temple consacré à son père, auquel il donna le nom de Nicatoreum. Séleucos I y fut vénéré en tant que Zeus Nikatôr.

 

Ses constructions

 
   De son activité de Bâtisseur, il est dit de Séleucos I que "Peu de Princes ont vécu avec une si grande passion pour la construction de villes". Il est réputé pour avoir érigé dans les 9 Séleucie, 16 Antioche et 6 Laodicée. Ce fut entre 311 et 306 que Séleucos I fit construire, au cœur de la Mésopotamie, Séleucie du Tigre (Près de l'actuel Bagdad). Du fait de sa position géographique stratégique, Séleucie devint rapidement une grande cité commerciale, supplantant une Babylone dont le déclin avait déjà commencé.


 

Nécropole de Séleucie de Piérie

 
   Deux grandes autres réalisations du Roi se firent après sa victoire la bataille d'Ipsos en 301 sur le Macédonien Antigonos I Monophtalmos (306-301). Il fit ériger deux grande cités : Antioche sur l'Oronte, principal fleuve de la Syrie, ainsi que Séleucie de Piérie, ceci dans l'objectif de concurrencer l'hégémonie d'Alexandrie en Méditerranée orientale. Antioche fut créée par synœcisme de plusieurs villages avoisinants (Lopolis, Joppé, Méroé et Bottia) et connut un essor démographique rapide par l'apport de 3.500 familles Macédoniennes et Grecques déplacées d'Antigonie. La cité, grâce à Séleucos I, devint l'une des plus grandes villes de l'époque hellénistique.
 
   Il y construisit un sanctuaire à la Déesse, la Tyché (la Destinée) protectrice de la cité, un autel dédié à Zeus Bottiæos et dans les environs un temple d’Athéna avec une statue de bronze pour les colons Athéniens venus d’Antigonéia, ainsi qu’un bois sacré de cyprès, à proximité du Daphneion, le "Sanctuaire du Laurier", consacré à Apollon, sur les hauteurs de Daphné au Sud-ouest. Séleucos I construisit également des cités-forteresses et des garnisons dans plusieurs régions, comme celle de Doura Europos, du nom de sa cité natale (À l'extrême Sud-est de la Syrie sur le moyen Euphrate, 24 km. au Nord de Mari), colonisée par des vétérans Gréco-macédoniens.

 

Ses épouses et enfants

 
   Séleucos I à deux épouses attestées.
 
● Apama I (en Grec : 'Aπάμα A') dont le nom est parfois orthographié : Apame pour une femme et Apammes pour un homme. Elle fut la fille du Satrape de Bactriane, Spatamenès (ou Spitamenes, † 328). Séleucos I l'épousa en 324 lors des "Noces de Suse". Son nom fut donné à six villes appelées Apamée. Les plus importantes furent Apamée de Phrygie et Apamée sur l'Oronte. Elle lui donna quatre enfants :


 

Antiochos I et Stratonice I
par Jacques-Louis David

  Deux filles :

Apama (En Grec : 'Aπάμα), qui selon les sources est identifiée à la Apama II qui épousa le Roi de Cyrène Magas (275-250).
Laodice (ou Laodiké ou Laodicée, en Grec : Λαοδικη), dont on ne sait rien.

  Deux garçons :

Antiochos I Sôter  ("t;Le sauveur", en Grec : 'Aντίοχος Α' ò Σωτήρ, en Hébreux : אנטיוכוס הראשון Antiochus I Sotr, 280 à 261 ou 281 à 261) naquit en 325 (ou 324/3). Il succéda à son père.
Achaïos I (ou Achaeus, en Grec : 'Aχαιός A'). Il fut le père d'Andromaque (ou Andromachus ou Andromakhos) prétendant au trône et de Laodice I épouse d'Antiochos II Théos.

 
Stratonice I (En Grec : Στρατoνίκη A'), qui fut la fille du Roi de Macédoine Démétrios I Poliorcète. Séleucos I l'épousa en 300, elle était alors âgée de 17 ans. Apprenant par le médecin Érasistrate de Céos (ou Érasistrate de Julis, dit "l'infaillible", médecin clinicien et grand anatomiste Grec, v.310-v.250) que son fils se mourait d'amour pour Stratonice, Séleucos I la quitta pour laisser son fils Antiochos I l'épouser en 294. Elle eut une fille avec Séleucos I :

Phila II (ou Philæ, en Grec : Φίλα B') qui naquit entre 300 et 294/293, et qui épousa le Roi de Macédoine Antigonos II Gonatas (277-239) vers 275. Elle mourut en 240.

 
   Séleucos I eut une autre fille qui épousa, dans le cadre d'une alliance, le Prince Indien Chandragupta (321-298), le fondateur de la dynastie des Maurya. Il est quelques fois affirmé que cette fille, dont on ne connaît pas la mère par ailleurs, portait le nom de Bérénice ?. Toutefois, il n'existe pas de documents contemporains des Indiens et de Chandragupta et presque tout ce qui nous est connu est basé sur les écrits de Mégasthènes (v.340-282), l'Ambassadeur de Séleucos I à la cour des Maurya à Pâtaliputra (Moderne Patna dans l'Etat du Bihar).

 

 

 Bibliographie

 

   Pour plus de détails voir les ouvrages de :
 
Georges G.Aperghis :
- The Seleukid royal economy : The finances and financial administration of the Seleukid Empire, Cambridge University Press, Cambridge, New York, 2004.
André Aymard :
- Les grandes monarchies hellénistiques en Asie après la mort de Séleucos l er, Centre de documentation universitaire, Paris, 1944-1965.
Bezalel Bar-Kochva :
- The Seleucid army : Organization and tactics in the great campaigns, Cambridge University Press, Cambridge, New York, 1976.
Hermann Bengtson :
- Herrschergestalten des Hellenismus, pp : 37–61, Beck, München, 1975.
Edwyn Robert Bevan :
- The house of Seleucus, E. Arnold, London, 1902.
Albert B.Bosworth :
- The legacy of Alexander : Politics, warfare, and propaganda under the successors, Oxford University Press, Oxford, New York, 2002.
Auguste Bouché-Leclercq :
- Histoire des Séleucides (323-64 av.J.C), 2 volumes, Ernest Leroux, Paris 1913 et 1914 - Scientia-Verlag, Aalen, 1978.
Pierre Cabanes :
- Le monde hellénistique : De la mort d'Alexandre à la paix d'Apamée, 323 - 188, Éditions du Seuil, Paris, 2004.
John D.Grainger :
- Seleukos Nikator : Constructing a Hellenistic kingdom, Routledge, London, 1990 - ECIG, Genova, 1993.
- A Seleukid prosopography and gazetteer, E.J.Brill, New York, Leiden, 1997.
Arthur Amory Houghton, Catharine C.Lorber, Brian Kritt et Oliver David Hoover :
- Seleucid coins : A comprehensive catalogue, The American Numismatic Society, New York, 2002.
Georges Le Rider :
- De Séleucos I à Antiochos V : c. 300 - 161, Institut de France, Paris, 1999.
Andreas Mehl :
- Seleukos Nikator und sein Reich, Lovanii, Berlin, 1986.
Edouard Will :
- Histoire politique du monde hellénistique : 323-30 av.J.C, Berger-Levrault, Nancy, 1966-1968 - Presses universitaires de Nancy, Nancy, 1967-1979-1982 - Éditions du Seuil, Paris, 2003.

 

.....Retour à la dynastie des Séleucides

 

Pour voir correctement les traductions des noms en Grec ancien,
vous pouvez télécharger et installer la police de caractère jointe.
  Copyright © Antikforever.com