Les Achéménides
549  à  331
 

Nous avons besoin de vous

 

 Pour plus de détails voir aussi : La civilisation Achéménide, Persépolis - Pasargades,

Quelques Reines Achéménides

 

.....Retour  
 
Rois Achéménides

 

   Artaxerxès I Makrocheir "Longue-Main" (ou Artaserse, en Latín : Artaxerxes, en Persan : Ŗtachschaçā ou Artakhšassa ou Artaxšacā ou اردشیر یکم Ardeshir ou Ardašīr, en Hébreu : ארתחששתא הראשון en Grec : Aρταξέρξης  Artaxérxês ou Άρτοξέρξης Artoxérxês), Manéthon l’appelle Artaxerxês et lui compte quarante et un ans de règne (Africanus). Il est Roi des Perses Achéménides d'Août 465 à Décembre 424. Il fut le fils de Xerxès I et de la Reine Amastris (ou Amestris). Au début de son règne il fit assassiner Artaban, ministre et assassin de son père et certains de ses frères, dont à tort Darius, et Hystaspès le Satrape de Bactriane après sa révolte pour s’assurer le pouvoir. Comme son père, il dut faire face à une révolte de l'Égypte, de 465 à 456, menée par Inaros, Roi Libyen de Cyrène (Peut-être fils de Psammétique III, 526-525) et le Prince de Saïs Amyrthée, qui regroupa les forces nationalistes éparses dans le Delta et se déclara Roi (459-456).
 
   Athènes envoya une escadre pour aider Inaros à affronter les Perses. En 456, Artaxerxès I malgré tout l'emporta. Le corps expéditionnaire Athénien, retranché sur une île du Nil, fut massacré vers 454 tandis qu'une flotte de renfort fut anéantie. Puis, le Roi remplaça son frère Achéménès (ou Achaiménès) par Arsamès (ou Arsame) à la tête de la satrapie d’Égypte.   
 
   En 450, Artaxerxès I fut battu par l'Athénien, Cimon (v.510-450/449) qui reprit Chypre et en 449/448, il fut contraint de signer la paix avec les Grecs : Paix de Callias, qui mit fin aux Guerres Médiques. Pendant une génération, le calme revint dans l'Empire. La dernière inscription citant Artaxerxès I vivant peut être datée au 24 Décembre 424. Il eut au moins cinq épouses attestées : Damaspia, qui lui donna Xerxès II qui lui succéda ;  Alogyne (ou Alogine ou Alogune) de Babylone, une concubine, qui lui donna un fils, Sogdianos (ou Sekyndianos) ; Andia, une autre concubine, qui lui donna Parysatis et Bogapaeus (ou Bagapaios ou Bagapeo) ; Cosmartidène (ou Kosmartydène) de Babylone, qui lui donna deux fils, Darius II (ou Ochos) et Arsitès (ou Arsites ou Arsita) ; Une autre femme, dont le nom est inconnu, qui lui donna une fille dont le nom est inconnu. Par différentes autres épouses Artaxerxès I aurait eu onze autres enfants.

 

  Pour plus de détails sur le Roi voir : La vie d'Artaxerxès I

 


 

Buste Achéménide d'un Roi -
Université de Chicago

  Xerxès II (ou Jerjes en Persan : Xšayāršā ou ‏Chaschayārschā خشیارشا, en Grec : Ξέρξης B' Xerxès ou Ξέρξѽσ B' Xerxês, en Hébreu : חשיארש השני), Manéthon l’appelle Xerxês et lui compte deux mois de règne (Africanus, Eusebius). Il est Roi des Perses Achéménides pendant quarante-cinq jours en Décembre 424. Il fut le fils d'Artaxerxès I et de la Reine Damaspia. Il fut assassiné par l'eunuque Pharnacyas (ou Farnacias) et Menostanès (ou Manuštånu) fils du Satrape de Babylone, sur l'ordre de son demi-frère Sogdianos. La plupart des chronologies ne compte pas ce Roi vu son court règne. C'est un personnage historique obscur connu principalement par les écrits de Ctésias de Cnide (Médecin Grec d'Artaxerxès II, historien de la Perse et de l'Inde, mort v.398). Il aurait été le seul fils légitime d'Artaxerxès I. Il est connu pour avoir servi comme Prince héritier, mais il n'est apparemment seulement reconnu à ce titre qu'en Perse et en Élam.
 
   La dernière inscription citant Artaxerxès I vivant peut être datée au 24 Décembre 424. Xerxès II apparemment monta sur le trône à cette date, mais deux de ses frères illégitimes le revendiquèrent aussi. Le premier fut Sogdianos, fils d'une concubine d'Artaxerxès I, Alogyne (ou Alogune) et le second est Darius II, le fils de Cosmartidène (ou Kosmartydène). Ils furent tous les deux mariés avec leur demi-sœur Parysatis, fille d'Andia de Babylone.
Il n'y a pas de titulature Égyptienne pour ce Roi.
 

   Sogdianos (ou Sekyndianos ou Sogdien, en Persan : Sogdyậna سغدیانوس, en Grec : Σογδιανός Sogdianus, en Hébreu: סוגדיאנוס  Sogdianh), Manéthon l’appelle Sogdianus et lui compte sept mois de règne (Africanus, Eusebius) est Roi des Perses Achéménides six mois et demi de Décembre 424 à vers Juin/Juillet 423. Il fut le fils d'Artaxerxès I et Alogyne (ou Alogune) une concubine. Après avoir fait assassiner son demi-frère, Xerxès II, par l'eunuque Pharnacyas (ou Farnacias) et Menostanès (ou Manuštånu) fils du Satrape de Babylone à sa solde, il le remplaça sur le trône. Un autre de ses demi-frères, le Satrape d'Hyrcanie Ochos (ou Darius II) se souleva contre lui avec l'aide de ses troupes Babyloniennes. Il écrasa Sogdianos et le fit assassiner par Arbarios, commandant de la cavalerie.
 
   Pharnacyas fut exécuté et Menostanès se suicida. Sogdianos n'eut pas le temps de venir en Égypte pour devenir Pharaon, de ce fait il n'est rapporté dans aucune source Égyptienne. C'est un personnage historique obscur, qui n'est connu principalement que par les écrits de Ctésias de Cnide (Médecin Grec d'Artaxerxès II, historien de la Perse et de l'Inde, mort v.398). Il épousa sa demi-sœur Parysatis, fille d'Artaxerxès I et d'Andia de Babylone. Il n'y a pas de titulature Égyptienne pour ce Roi.


 

Le tombeau de Darius II
à Naqsh-e-Rostam

 
   Darius II
(ou Ochos ou Nothos, en Persan : Dārayavahusch ou Dārayavausch ou داریوش Dāriyūsch, en Hébreu : דריווש השני, en Grec : Δαρείος Β΄ Darius II), Manéthon l’appelle Dareiôs ou Deuterôs ou Darius fils de Xerxês et lui compte dix-neuf ans de règne (Africanus, Eusebius), est Roi des Perses Achéménides de Janvier 423 à 404. Il fut le fils d'Artaxerxès I et de la Reine Cosmartidène (ou Kosmartydène). Il est souvent surnommé Nothus du Grec : νοθος, qui signifie "bâtard". Nous savons très peu de chose au sujet du règne de Darius II si ce n'est qu'il fut ensanglanté par de nombreux assassinats. Il monta sur le trône après avoir assassiné son demi-frère Sogdianos. Une première inscription d'Ochus (Darius II) peut être datée au 10 Janvier 423.
 
   Il était déjà à cette époque Satrape d'Hyrcanie et il fut rapidement reconnue par les Mèdes, la Babylonie et l'Égypte. Sous son règne, la Perse chercha à profiter des conséquences de la Guerre du Péloponnèse qui déchirait la Grèce. Darius II intervint dans celle-ci, notamment à travers un soutien financier (Thucydide, La guerre du Péloponnèse VIII, 5, 37, 58), par l’intermédiaire des Satrapes, Pharnabaze et Tissapherne, qui soutinrent Athènes, puis Sparte. En 412, cette dernière signa le traité de Milet abandonnant les villes d'Ionie aux Perses.
 
   En 411 et 405, des soulèvements de Princes locaux à Tanis, avec à leur tête Amyrthée (Le futur Pharaon, 404-399), soutenu par les cités Grecques et tout particulièrement Sparte, vont mettre fin à la paisible occupation Perse en Égypte. Bien qu'il fut couronné Pharaon, Darius II ne mit jamais les pieds en Égypte. Toutefois, L'appui qu'il donna à la communauté Juive d'Éléphantine provoqua une hausse des attitudes anti-juives de la part de la population Égyptienne qui conduisit, autour de 407, à une émeute qui aboutit à la destruction du temple Juif sur l'île. Selon Hermann Alexander Schlögl, vers la fin du règne de Darius III, l'Égypte atteignit une autonomie partielle dans l'Empire Perse.


Shekel de Darius II


   Xénophon (Philosophe, historien et maître de guerre Grec, v.430-v.355) mentionne une rébellion des Mèdes en 409. Darius II eut aussi à faire face en 409 au soulèvement de la Lydie. En 408, il envoya son fils Cyrus le Jeune en Asie Mineure pour mater fermement la révolte. Darius II mourut à Babylone et sa mort mit en concurrence ses deux fils, prétendants au trône, Artaxerxès II et Cyrus le Jeune, ce dernier étant le favori de sa mère. Dans les extraits de Ctésias de Cnide (Médecin Grec d'Artaxerxès II, historien de la Perse et de l'Inde, mort v.398), qui présente Darius II comme un souverain assez faible, dominé par sa femme Parysatis, (Qui est aussi sa demi-sœur), certaines intrigues de harem sont enregistrées, dans lesquelles Darius II aurait joué un rôle douteux. Voir à Darius II - XXVIIe dynastie pour sa titulature de Pharaon.
 
   Darius II eut une ou deux épouses :
Parysatis (ou Parisátide, n Grec : Παρύσατις, en Persan : پروشات, en Babylonien : Puru-'-šátiš), sa demi-sœur, qui lui donna six enfants :
  Quatre fils :

Artaxerxès II Mnemon (ou Arsace ou Artaserse ou Artajerje, en Persan : Artaxšaçrā ou Ŗtachschaçā ou Ardaschīr اردشیر, en Hébreu : ארתחששתא השני, en Grec : Artaxerxês Αρταξέρξης Β') qui succéda à son père (404-359), il naquit en 453/450 selon Plutarque (Philosophe, biographe et moraliste Grec, 46-v.125 ap.J.C).
Cyrus le Jeune (En Grec : Κũρος Kyros, en Persan : Kurach ou Kuruš ou Kūruš ‏کوروش‎, en Babylonien : Kuraš, en Élamite : Kuraš, en Latin : Cyrus, en Araméen : Kureš, en Hébreux : כורש Koreš) qui mourut le 3 Septembre 401.
Oxathrès (ou Oxendares ou Oxendras ou Oxoathres ou Oxyathres ou Vaxšuvarda, en Persan : هُخشَتره‎‎, en Grec : Oξυαθρης).
Artaxerxès (ou Artoxexès, en Persan : Artaxšacā  اردشیر یکم, en Grec : 'Aρταξέρξης Artaxérxês).

  Deux filles :

Ostanes (ou Osthanes, en Persan : هوشتانه, en Grec : 'Oστάνης), son fils Arsamès (ou Astamès) épousa Sisygambis (ou Sisygambes) la fille d'Artaxerxès II, qui furent les parents de Darius III.
Amastris (ou Amestris, en Grec : Aμαστρις, en Persan : آماستریس)  qui naquit vers 425 et qui épousa le Satrape d'Arménie, Teritouchmès, puis son frère Artaxerxès II Mnemon.

 
• Artostès, qui est donnée par certains spécialistes. On ne connait pas d'enfant de cette union, mais le Roi aurait eu 7 autres enfants donc il est probable qu'elle fut la mère d'un ou plusieurs.


Cavalerie lourde Achéménide

 

   Cyrus le Jeune (En Grec : Κũρος Kyros, en Persan : Kurach ou Kuruš ou Kūruš ‏کوروش‎, en Babylonien : Kuraš, en Élamite : Kuraš, en latin : Cyrus, en Araméen : Kureš, en Hébreu : כורש Koreš, v.424 - 401) fut le fils de Darius II et de la Reine Parysatis. En 408, après des soulèvements en Asie Mineure il fut envoyé par son père comme commandant des armées Perses et Satrape de Lydie, de Phrygie et de Cappadoce. Il donna un soutien important à Sparte, au détriment d'Athènes, espérant obtenir son aide pour prendre le pouvoir sur son frère Artaxerxès II Mnemon. Il fut encouragé dans cette action par sa mère qui le préférait à son frère. Pour ce plan il trouva de l'aide en la personne du Spartiate Lysandre, nommé Navarque au début de 407.
 
   Ce dernier espérant devenir le maître absolu de la Grèce avec l'aide des Perses. Cyrus mit tous ses moyens à la disposition de Lysandre pour lui apporter son appui dans la Guerre du Péloponnèse. Dans le même temps, Darius II tomba malade et la mère de Cyrus, Parysatis l'appela pour qu'il revienne à Suse avec l’espérance que le Roi le nommât comme son successeur au trône. Mais Darius II déclara son fils aîné Roi, sous le nom d’Artaxerxès II et laissa à Cyrus le gouvernement de la Lydie et des provinces maritimes de l’Empire, avec les titres de Satrape et de Général. Cyrus livra alors tous ses trésors à Lysandre et poussé par sa mère il se rebella.
 
   Son père décédé, il tenta d’assassiner son frère Artaxerxès II, le jour de son couronnement. Tissapherne (Satrape de Carie, v.413-395) dénonça à temps les plans de Cyrus et il fut arrêté. Cependant grâce à l'intermédiaire de sa mère, il fut gracié et renvoyé dans sa satrapie de Lydie. Cyrus ne souhaitait pas en rester là et il conspira de nouveau pour renverser son frère. Il leva une importante armée, il fut aidé par, Cléarque (ou Clearchus) et son armée de mercenaires. Ménon de Pharsale et Xénophon (Philosophe, historien et maître de guerre Athénien, v.430-v.355) qui réunit lui aussi une troupe de mercenaires. Au printemps 401, avec cette armée hétéroclite de dix mille mercenaires Grecs et Asiatiques commandée par Cléarque il quitta Sardes pour attaquer son frère.
 
   En Septembre de la même année les troupes d'Artaxerxès II rencontrèrent celles de Cyrus en Babylonie à la bataille de Counaxa (ou Cunaxa ou Kounaxa), sur la rive gauche de l'Euphrate, à environ 70 km au Nord de Babylone. Cyrus savait que le sort de la bataille dépendait de la résistance du centre d'Artaxerxès II, il demanda alors à Cléarque de l'attaquer à cet endroit, mais celui-ci désobéit. Cyrus se jeta alors dans la bataille et il fut tué dans cette lutte désespérée. L'histoire de Cyrus le Jeune est décrite par Xénophon, dans la Cyropédie (Récit romancé de l'éducation de Cyrus) et surtout l'Anabase. Cyrus était bien considéré par les anciens. Il est certain qu'il était plus énergique, volontaire et compétent comme homme d'État et Général, que son frère Artaxerxès II.
 

  Pour plus de détails sur le Prince voir : La vie de Cyrus le Jeune

  


  

Le tombeau d'Artaxerxès II
à Naqsh-e-Rostam

   Artaxerxès II Mnémon "Qui a de la mémoire" (ou Artaserse ou Artajerje, en Persan : اردشیر دوم Artaxšaçrā ou Ardaschīr ou Ŗtachschaçā, en Hébreu : ארתחששתא השני, en Grec : Artaxerxês Αρταξέρξης B'), Manéthon l’appelle Artaxerxês II, est Roi des Perses Achéménides d'Avril 404 (Selon les sources Babyloniennes) à 359. Il naquit selon Plutarque (Philosophe, biographe et moraliste Grec, 46-v.125 ap.J.C) vers 453/450. Il fut le fils de Darius II et de la Reine Parysatis. Le début de son règne est marqué par l’échec d’une expédition en Égypte (Selon Isocrate, 436–338, un des dix orateurs attiques) et la perte d’une partie de Chypre au profit du Roi de Salamine de Chypre, Évagoras I (410-374), puis la perte de la Phénicie et de la Syrie.
 
   Son jeune frère Cyrus se révolta contre lui pour prendre le pouvoir, mais le 3 Septembre 401, à la bataille de Counaxa (ou Cunaxa ou Kounaxa), Artaxerxès II écrasa son armée et le tua. Le Roi signa avec Sparte, la "Paix d'Antalcidas" ou "paix du Roi", qui assura à la Perse le contrôle des cités Grecques d'Asie Mineure, tout en donnant à Sparte la domination sur le continent Grec.
 
   En 365, il dut affronter une révolte de tous les Satrapes d'Asie Mineure. Ce fut le début du déclin de l'Empire Perse Achéménide. En Égypte, à partir de 404, Amyrthée reprit le soulèvement contre l'envahisseur et progressivement les chassa du pays. Cette libération est mentionnée simplement sur les papyri en démotique du musée de Brooklyn retraçant les chroniques Araméennes de la communauté Juive d'Éléphantine Sur ces papyri Artaxerxès II est identifié comme Roi d'Égypte jusqu'en Septembre 400. Ils démontrent également qu'entre 404 et 400 (Voire 398) la Haute-Égypte est restée sous le commandement des Perses, alors que les forces d'Amyrthée dominaient le Delta. Artaxerxès II serait mort à l'âge de 90 ans.
 
   Les sources sont très diverses quant à ses épouses. À aujourd'hui il lui est attesté : Aspasie (ou Aspasia). On ne connait pas d'enfant de cette union ; Amastris (ou Amestris), avec qui il eut peut-être ses deux fils Darius et Arsamès (ou Arsame) ; Stateira, qui lui donna cinq enfants : Rhodogune (ou Rodogune) ;  Apama ; Sisygambis (ou Sisygambes) ; Artaxerxès III Ochos qui fut Roi en Perse à partir de 358 et Pharaon en 342 et Ocha.

 

 Pour plus de détails sur le Roi voir : La vie d'Artaxerxès II

 
   Artaxerxès III Okhos
(ou Artaserse ou Artajerje, en Persan : اردشير سوم‎  Ardeshir ou Artachschaçā ou Artaxšaçrā "Celui dont l'empire est bien", en Hébreu: ארתחששתא השלישי, en Grec : Aρταξέρξης Γ'  Artaxérxês ou Άρτοξέρξης Γ' Artoxérxês, en Babylonien : Artakshatsu, en Latin : Artaxerxes) est appelé par Manéthon, Ôchus. Il lui compte deux ans de règne (Africanus). Il est Roi des Perses Achéménides d'Avril 358 à l'été 338. Il fut le quatrième fils d'Artaxerxès II et de la Reine Stateira, il prit le pouvoir après des lutes internes. Il instaura de nouveau son autorité sur tout l’Empire et restaura provisoirement la puissance Achéménide. De 358 à 350, il partit avec ses armées à la conquête de la Syrie/Palestine. Il mata des rébellions en Asie Mineure (Lydie). En 351, il porta ses attaques vers l'Égypte.
 
   Il marcha sur le pays et engagea le Pharaon Nectanébo II (360-342). Après une année de lutte contre ce dernier, une épidémie de peste se déclara dans son armée. Il fut contraint de se retirer et de retarder son entreprise Égyptienne. Immédiatement, Artaxerxès III ordonna qu'une nouvelle armée soit assemblées à Sidon, mais la population de cette ville Phénicienne n'était pas en mesure de faire face au grand nombre d'étrangers et son Roi Tabnit (ou Tennès, 358-346/345) se révolta aidée par Nectanébo II et Mentor de Rhodes et ses 4000 mercenaires. La révolte s'étendit en gagnant Chypre où elle fut dirigée par Pnytagoras (351-332).


 

Artaxerxès III sur son Char
- British Museum


   En 346/345, Artaxerxès III prit personnellement les choses en main et reprit Sidon. En 344/343, le Perse envoya le souverain de Carie, Idrieos, avec une armée de 8.000 mercenaires et 40 navires que dirigeait l'Athénien Phocion (402–318) et le Roi de Salamine, Évagoras II (361-351) reprendre Chypre où ils mirent le siège devant Salamine. Mais ils échouèrent et Évagoras II dut abandonner définitivement Chypre. Pour le dédommager, Artaxerxès III lui attribua le gouvernement de Sidon. Après cet épisode le Roi Perse reprit son invasion de l'Égypte. En 343, lors d'une nouvelle campagne, il aligna plus de 330 000 hommes. Il attaqua sur trois fronts. Le Pharaon Nectanébo II obtint de l'aide de Chypre et de la Phénicie et fit face avec une armée de 100 000 hommes.
 
   Il occupa différentes branches du Nil avec des navires. Le caractère du pays traversé par de nombreux canaux et beaucoup de villes fortifiées lui permirent un premier succès où il réussit à repousser les Perses. Artaxerxès III ne s'avoua pas vaincu et ses nouvelles offensives eurent raison des Égyptiens et de leurs alliées. Il prit Péluse, qui protégeait l'entrée du Delta, puis il prit Bubastis. Nectanébo II fut obligé de fuir à Memphis. Les Perses s'avancèrent rapidement sur la ville qui tomba et le Pharaon dut fuir le pays vers la Nubie. Les Perses finirent alors tranquillement l'invasion et l'Égypte redevint une satrapie.
 
    À ce moment, en 342, Artaxerxès III se proclama Pharaon et commença un règne de terreur. Onze ans d’oppression suivirent, beaucoup de documents qui nous sont parvenus indiquent que les violations des temples et les massacres étaient communs. La religion fut persécutée et des livres sacrés furent volés. La Perse acquit une quantité importante de richesse grâce à ces pillages. Avant de retourner dans son pays, il nomma Pherendarès comme Satrape de l'Égypte. Artaxerxès III serait mort pendant l'été de 338, empoisonné par l’eunuque Bogoas (Son Ministre ou Général ?). Il épousa : Une fille de son frère Ocha avec qui il n'y a pas d'enfant connu, puis Atossa qui lui donna deux fils, Arsès (Oarsès ou Artaxerxès IV) qui lui succéda et Bisthenès qui est donné par Jona Lendering et une fille Parysatis. Il n'y a pas de titulature Égyptienne pour ce Roi.

 

  Pour plus de détails sur le Roi voir : La vie d'Artaxerxès III

 

   Artaxerxès IV / Arsès (En Hébreu : ארתחששתא הרביעי, en Grec : Aρταξέρξης Δ΄ Artaxérxês, en Persan : اردشيرچهارم Artaxšacā ou Aršaka ou Aršāma ou Arxes ou Oarses ou  ارشک Arashk, 338 à 336), Manéthon l’appelle Arsês et lui compte trois ans de règne (Africanus) ou 4 ans (Eusebius de Cesarea). Il fut le plus jeune fils d'Artaxerxès III Okhos et de la Reine Atossa. Il n'est connu dans les sources Grecques que sous le nom d'Arsès, ce qui semble être son vrai nom, mais des documents retrouvés à Samarie signalent qu'il avait pris le nom royal d'Artaxerxès IV. Il fut porté sur le trône par l'eunuque Bagoas, le puissant Ministre et Général de Perse, après l'assassinat de son père et la plupart de sa famille. Il n'est pas prouvé aujourd'hui qu'Arsès n'ait rien à voir dans ces meurtres. Bagoas, qui cherchait à garder sa fonction, voyait en remplaçant Artaxerxès III par son fils, plus facile à contrôler, le moyen d'avoir tous les pouvoirs. Arsès / Bagoas n’eurent pas un contrôle total de l'Égypte, un indigène du nom de, Khababach s’étant fait reconnaître comme Pharaon en Haute-Égypte.


 

Sicle (ou Shekel) d'Artaxerxès IV

 
   Celui-ci fut soutenu par une grande partie du peuple opprimé du pays, mais il n'eut jamais semble t-il de pouvoir au delà de son propre nome. L'autre souci important pour les Perses pendant le court règne de ce Roi fantoche, furent les hostilités sur les frontières occidentales avec la Macédoine de Philippe II (359-336) d'abord, puis de son fils d'Alexandre le Grand (336-323). Arsès, n'a jamais vraiment gouverné durant les deux années de son règne, alors que Bagoas agit comme s'il était sur le trône. Finalement, mécontent de cet état de chose et peut-être influencé par les nobles de la cour royale, qui généralement méprisaient Bagoas, Arsès planifia le meurtre de ce dernier. Mais le ministre, eut vent de l'attentat. Il prit les devants et réussit à empoisonner Arsès. Il porta ensuite sur le trône un cousin d'Arsès, Darius III Codoman. Il n'y a pas de titulature Égyptienne pour ce Roi.
 


 

La bataille d'Issos par Jan Brueghel
l'Ancien (1568-1625) - Musée du Louvre

   Darius III  Codoman (ou Dario ou Dareios ou Cadomanos, en Grec : Δαρεïος Γ' Dareiôs, en Persan : داریوش  Dāriūš ou Dāriyūsch ou Dārayavahusch ou Dārayavausch, en Hébreu : דריווש השלישי), Manéthon l’appelle Darius et lui compte quatre ans de règne (Africanus). Il est Roi des Perses Achéménides de l'été 336 à Juillet 330. Il fut le fils d'Ostanes et de Sisygambis (ou Sisygambes) la fille d'Artaxerxès II (404-359). Il fut porté au pouvoir par Bogoas qui empoisonna Artaxerxès III Okhos et son fil Arsès. Darius III se débarrassa à son tour de Bogoas en l’empoisonnant aussi.
 
   En 336, le Roi de Macédoine, Philippe II (359-336) fut autorisé par la Ligue de Corinthe pour lancer une guerre sacrée afin de se venger des Perses qui avaient profané et brûlé les temples Athéniens. Alors qu'il avait déjà pris les villes Grecques d'Asie Mineure depuis la cité de Troie jusqu'au fleuve Méandre, Philippe II fut assassiné et sa campagne fut suspendue. Cependant Darius III va devoir lutter contre le successeur de Philippe II, son fils Alexandre le Grand (336-323). Au printemps 334, Alexandre traversa l'Hellespont à la tête d’une immense armée et débarqua en Troade. Darius III, n'intervint pas durant la traversée. Son armée, menée par Memnon de Rhodes, elle, forte de 20.000 cavaliers et 18.000 fantassins, tenta d'arrêter les Macédoniens sur les rives du Granique au mois de Mai 334 (Voir la bataille du Granique).
 
   Cette bataille se solda par la victoire écrasante des Macédoniens sur les Satrapes d'Asie Mineure. L'armée Macédonienne affronta de nouveau les Perses concentrées dans la plaine d'Issos (Entre les monts Taurus et la mer) le 1 (ou 5 ou 12) Novembre 333. Cette fois Darius III dirigea lui-même son armée, mais Alexandre écrasa de nouveau Darius III qui s'enfuit au-delà de l'Euphrate, laissant en otage sa famille avec sa mère, sa femme, son fils de cinq ans, Ochus, ses deux filles ainsi qu'un immense butin. (Voir la bataille d'Issos).


 

Darius III, détail de la mosaïque Romaine
de Pompéi, représentant la bataille d'Issos -
Musée National Archéologique de Naples

 
    Darius III ne put empêcher Alexandre de conquérir la Phénicie et l'Égypte, dont il prit possession sans combattre et où il fut accueilli comme un libérateur par le peuple, heureux de s’être débarrassé de l’oppression des Perses. Alexandre se remit en marche en Mai/Juin 331 vers la Mésopotamie où il franchit en Juillet l'Euphrate, puis le Tigre en Septembre sans rencontrer de résistance. Puis il apprit que l'armée des Perses, de presque un million d’hommes selon certaines sources et 250 000 selon d'autres, l'attendait à Gaugamèles.
 
   L'affrontement intervient au matin du 01 Octobre 331. Les troupes Perses avaient un front qui s'étirait sur près de 4 km et les Grecs étaient au minimum quatre fois moins nombreux, mais malgré cela, grâce à une stratégie encore jamais utilisée sur un champ de bataille, les Perses connurent encore une fois la défaite. (Voir la bataille de Gaugamèles).
 
   Ce succès ouvrit la route de Babylone à Alexandre où la cité se rendit fin Octobre 331. Alexandre y séjourna un mois, tandis que Darius III, en fuite, tenta de réunir une nouvelle armée royale dans les hautes satrapies de Parthie. Alexandre prit la direction de Suse, laquelle se rendit à son tour en Janvier 330 sans grand combat, puis il franchit l'Araxe et parvint après une dernière confrontation avec les Perses à la bataille des Portes Persiques, dans la ville la plus symbolique du pouvoir Perse, Persépolis qu’il fit piller et incendier. En Juillet 330, Darius III fut poignardé par ses officiers, Nabarzane et Bessos (ou Bessus ou Artaxerxès V, en Persan : اردشیر پنجم Ardeshir V, Grec : Βήσσος, † été 329), le Satrape de Bactriane qui se proclama Roi sous le nom d'Artaxerxès V. Alexandre fit enterrer Darius III à Persépolis avec tous les honneurs du à son rang. Darius III épousa Stateira I, qui lui donna trois enfants. Deux filles : Stateira II (ou Barsine) et Drypteis et un fils : Ochus.
 

  Pour plus de détails sur le Roi voir : La vie de Darius III

 

.....Retour

 

  Pour plus de détails voir aussi : La civilisation Achéménide, Persépolis - Pasargades,

Quelques Reines Achéménides

 

 
 Copyright © Antikforever.com